Stéphanie Pouessel : « Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires », ed. Khartala, 2012

POUESSEL Stéphanie (sous la direction de)
Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires

19,00 € TTC

Résumé

Si le Maghreb est souvent considéré comme en marge de l’Afrique – bien que le Sahara n’ait jamais été infranchissable – son appartenance à ce continent fantasmé est aujourd’hui largement interrogée. Cet ouvrage questionne l’africanité du Maghreb dans ses multiples expressions.

Détails

ISBN 9782811108083
Nombre de pages 180
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2012
Date de publication 07/12/2012

Editeur

Karthala

Collection

Hommes et sociétés

Zone(s) géographique(s)

Afrique

Thématique(s)

Histoire, Peuples et sociétés, Questions sociales

Description complète

Coédition Karthala – IRMC Tunis.

Si le Maghreb est souvent considéré comme en marge de l’Afrique – bien que le Sahara n’ait jamais été infranchissable – son appartenance à ce continent fantasmé est aujourd’hui largement interrogée.

Cet ouvrage questionne l’africanité du Maghreb dans ses multiples expressions. Historiques : à contre-pied des historiographies nationales, une histoire transafricaine révèle un background commun, dont l’Islam peut être l’emblème, ou de larges points de divergences à l’instar de la traite transsaharienne. Anthropologiques : les liens établis entre une appartenance au monde arabo-musulman, les ressources amazighes (berbères) et une marge identitaire imaginée dans l’Afrique subsaharienne. Politiques : les évolutions du panafricanisme, les revendications socio-politiques en Mauritanie. Sociologiques : l’explosion d’une présence africaine, notamment dans le cadre des mobilités et des migrations qualifiées de la Banque Africaine de Développement (BAD) vers la Tunisie.

Les textes ici proposés entraînent le lecteur dans le paradoxe de la « question noire » maghrébine entre cosmopolitisme et ségrégation : les actuelles patrimonialisations de « traditions à traits africains » (gnawa, stambeli) ou la mise en spectacle d’une « culture » noire spécifique, l’histoire et la culture partagée avec l’Afrique, les enjeux de l’identité nationale, le traitement politique des « minorités », être de couleur « noire » au Maghreb. Enfin et en filigrane, émerge un questionnement sur le traitement différentiel réservé aux populations noires, laissant place à un débat sur le racisme, au miroir des situations américaines et européennes.

Stéphanie Pouessel est anthropologue à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis. Elle travaille sur la politisation des « cultures », les enjeux des questions « raciales » au Maghreb, la refonte des identifications culturelles et les revendications linguistiques dans le contexte de la postarabisation. Elle coordonne actuellement un programme collectif de l’IRMC qui réfléchit à un nouveau paradigme des identités culturelles au Maghreb.

Ont contribué à cet ouvrage : Driss Abbassi, Maha Abdelhamid, Riccardo Ciavolella, Mohamed Jouili, Salim Khiat, Sylvie Mazzella, Stéphanie Pouessel, Jean Schmitz, Ridha Tlili.