Lionel Saporiti : Séminaire Centre d’études africaines/FIRA, le 2 avril 2013

Lionel Saporiti (Université de Strasbourg)

Les récits de vie élaborés dans la rue : une méthode d’enquête et d’analyse des processus identitaires en action chez des individus sans domicile fixe

Lors de la précédente journée d’étude, nous nous étions attachés à présenter les processus participant à une reconstruction identitaire de survie en marche chez des individus sans domicile fixe et en lien avec leur position dans le social ; un processus montrant toutes les logiques d’action mises en œuvre pour faire encore partie de ce « tout » afin de lutter contre ce phénomène de distanciation – d’exclusion – engendré par un positionnement social atypique, à l’extérieur de frontières symboliques elles-mêmes issues de cette « conscience collective ».

À l’occasion de ce séminaire, nous souhaiterions approfondir les hypothèses de notre recherche faite auprès de personnes sans abri, en montrant toute la dimension sociale que peut dégager ce type d’existences, et qui se dévoile à travers la construction de récits de vie et la réalisation d’observations faites sur le terrain en proximité avec cet autre qu’ils incarnent au sens simmelien du terme.

Nous verrons en fonction des éléments synchroniques et diachroniques qui dessinent ces trajectoires sociales, les manières de « dire » décelées dans les discours constitutives d’une reconstruction identitaire de survie, auxquelles s’ajoutent dans certains cas les observations in situ de manières de « faire » en lien avec l’histoire de ces individus permettant l’élaboration de véritables « récits de pratiques » montrant la réactivation d’acquis antérieurs dont certains font preuve, afin de résister aux conditions extrêmes d’une existence dans la rue. Un type de procédé qui vient accentuer davantage ce processus de reconstruction identitaire présent chez l’ensemble des personnes rencontrées.

De manière plus générale il s’agira de mettre en perspective, l’importance dans notre travail de la prise en compte du « fait social total » et son aspect « tri-dimensionnel » pour l’appréhension et la compréhension de ces existences caractérisées par leur position interstitielle dans l’espace social et synonyme de résistance.