Première séance du Séminaire Centre d’études africaines, (FIRA) – Dorothée Serges, CREDA/Paris 3

Le 6 novembre 2012

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires
1er mardi du mois de 13 h à 15 h (CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2012 au 4 juin 2013. Séance supplémentaire le 8 janvier (même heure, même salle) et le 14 mai (salle des artistes, RDC, 96 bd Raspail), même heure

Henrique Nardi, professeur à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul, Brésil

Lenita Perrier, docteure

Ulrike Zander, docteure

Dans la continuité du séminaire 2011-2012, nous nous attachons à explorer, d’une part, les enjeux liés aux constructions et aux représentations identitaires − dans un monde globalisé où les diverses filières migratoires ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques − et d’autre part, l’émergence de mouvements sociaux nationaux et transnationaux dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans un contexte de transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une citoyenneté élargie. Ce monde, chaque fois moins étanche, mais qui construit en même temps des frontières symboliques multiples, devient un terreau fécond à partir duquel une diversité de voix croisées s’élèvent contre toutes les formes d’inégalité, d’exclusion et de discrimination.

Ce séminaire sera par ailleurs, l’occasion d’interroger « la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité où il a rapport à soi » (Foucault, 1994). Afin de comprendre l’expérience que nous faisons de nous-mêmes à l’intérieur des jeux de vérités, il est nécessaire de distinguer dans le temps et dans une culture donnée, les discours et les énoncés qui ont effet de vérité, à savoir, comprendre les vecteurs de subjectivation qui permettent de dessiner le diagramme propre à un monde de subjectivation traversé par les multiples mouvements identitaires et une pluralité des discours en dispute (Nardi, 2006).

Dorothée Serges (CREDA/Paris 3, Sorbonne Nouvelle)

Trajectoires migratoires, familiales et professionnelles au cœur de la construction d’autonomies économiques des migrantes brésiliennes en Guyane française

L’insertion économique des migrantes brésiliennes en Guyane française s’inscrit dans le processus global de la féminisation des migrations et du marché du travail, initiant les déplacements d’une main-d’œuvre peu qualifiée des pays des Suds, notamment des États du Pará et de l’Amapá (nord du Brésil) vers les pays des Nords, la Guyane, département d’outre-mer. Cette insertion économique est intrinsèquement liée à des déterminants migratoires, familiaux et professionnels. Cette thèse analyse les formes d’autonomies économiques acquises par les femmes migrantes, à partir de trois générations et compte tenu des possibilités offertes par le marché du travail de la société guyanaise, ethnostratifié. La complémentarité entre des méthodes qualitatives et quantitatives a permis de dégager des trajectoires (a)typiques reliant morale familiale et esprit d’entreprise.