Agenda de Travail – 28 janvier 2011

1)      Définir titre thématique.

2)     Niveau théorique : Une problématique d’ensemble qui soit poussée vers un regard analytique sur la diversité – les rapports sociaux, raciaux, de genre, de sexe, etc.  Spinoza/Hegel/Touraine : le « vivre ensemble ».

3)      Affiner l’hypothèse avancée par Byasdeb sur le concept de « classe », groupes sociaux, etc. (Cf. Althusser).

4)      Attention de ne pas pousser trop loin la recherche des traits distinctifs pour éviter le « politiquement correct ».

5)      Poser les questions de fond pour qu’on puisse faire évoluer utilement la discussion.

6)    Pascale Gruson propose la lecture de quelques ouvrages généralistes : (a) Pierre Bouretz, D’un ton guerrier en philosophie. Habermas, Derrida & Co., 2011 ; (b) Marx Weber, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme ; (c) Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Ed. du Cerf, 2000, Les pathologies de la liberté : une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel, Ed. La Découverte, 2008 et La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Ed. La Découverte, 2008 ; (d) Paul Ricœur, De la reconnaissance. Pour la réunion de février, les travaux d’Axel Honneth on été retenus.

Compte rendu de la réunion du 28 janvier 2011. Étaient présents Pascale, Henrique, Ulrike, Zubeida, Helena, Patricia et Lenita.

La notion d’identité doit-elle apparaître dans le titre thématique ?

Ulrike : La notion d’identité est très vaste. Je pense que classe, genre, discrimination raciale et citoyenneté sont des termes qui se trouvent en quelques sortes englobées par la notion d’identité. Zubeida, Helena et Lenita partagent le même avis.

Henrique : Je ne travaille pas avec le concept d’identité en soi mais plutôt avec l’idée de subjectivation (Freud) et je pense qu’il y a une utilisation du concept d’identité, à l’instar des travaux du Cultural Studies (Stuart Hall), qui sont proches d’une idée de fluidité. Dans le domaine de la psychologie sociale le concept d’identité est très compliqué. Ce concept se rapporte à l’idée d’identité fixe, cohérente, un peu liée à une certaine intériorité et une certaine essence subjective. Et comme je suis à l’opposé de cela j’évite les concepts. Actuellement je travaille avec ce que j’appelle « des changements à l’intérieure du dispositif de la sexualité ». Dans un contexte où les gouvernements de l’Amérique Latine commencent à travailler avec des politiques identitaires liées aux politiques d’égalité de genre, de race (séparées des politiques identitaires indigènes). Et, dernier dans l’agenda, le droit lié à la sexualité et/ou la diversité sexuelle. Cela s’inscrit dans un projet républicain d’où l’idée serait de capturer le monde identitaire, c’est-à-dire, il faut être reconnu par l’Etat à partir de « certaines identités » pour y avoir des droits spécifiques. Enfin, pour ma part je pense qu’il faudrait bien définir ce concept afin de savoir de quelle identité on est en train de parler.

Zubeida : Elle souligne que, dans son travail, elle fait une distinction entre les identités collectives d’une part et les identités individuelles d’autre part.

Helena : Elle s’interroge sur l’expression « Études Croisées ». Est-ce que cette notion s’applique au croisement des différents champs de recherche (genre, race, classe) ou faut-il trouver une formule qui, elle,  rendrait compte de cette articulation de façon ouverte ?

Pascale : Le titre proposé est trop long, il met les différentes recherches les unes à côté des autres sans dégager de points communs. Il faut peut-être trouver une formule aphoristique qui désigne ces points communs. Il faut peut-être travailleur autour des « frontières identitaires » et après on essayera de repérer la richesse du contenue de chaque recherche et ce qui se dessine à partir de là, les informations qu’elles apportent. On doit penser aussi que ce concept porte l’idée de repli identitaire lié parfois à l’idée du « politiquement correct ».

Lenita : Elle suggère la lecture de l’article de Roger Brubaker, Au-delà de l’Identité, et celle de Fredrik Barth, Ethnic Groups and Boundaries (pour une meilleure compréhension de la notion de « frontière » dans le contexte barthien).

Quels sont les points convergents des différentes recherches ?

Henrique : Je pense aussi que si on part de l’idée de « frontière identitaire » on pourrait après ajouter quelque chose comme les enjeux politiques ou les revendications sociales. Il y a dans les études de genre au sein des études postcoloniales une approche conceptuelle qui met ensemble l’idée de classe, genre, race, etc. C’est le concept d’intersection qui essaye d’éviter l’isolement des concepts et des sujets de recherche.

Patricia : On doit travailler les points avancés dans les lignes directrices de notre projet et élaborer ensemble un texte de recherche solide. Je pense que le titre thématique devrait venir après ce travail de longue haleine sur les différentes recherches et les points de croisement. On pourrait demander un autre résumé à chaque chercheur sur les recherches et les approches …

Lenita (Henrique) : Dans cette première phase l’idée était de résumer les grandes lignes des différents travaux de chacun et chacune pour mettre en regard les points communs. Ceci ayant été fait, nous devons maintenant avancer et poser un certain nombre des questions à partir de ces résumés, puis trouver des « points convergentes » ou divergents avec d’autres recherches.

Pascale : Par exemple on peut reprendre les questions de classe : Est-ce qu’on doit parler de « classe » ou « non-classe » ? Est-ce que le rapport de domination passe par des rapports de classe ou par des rapports qui sont autre que des rapports de classe ? Par ailleurs les résumés soulignent une gamme de problèmes extrêmement contemporains : de l’urbanisme en Algérie au quartier d’Anger, des groupes particuliers sont définis qui se trouvent dans des rapports d’anomie, ou de dominant/dominé. Enfin, je crois qu’il faut repérer ce qui donne lieu à une idée un peu généraliste du type : Qu’est-ce que la reconnaissance sociale ? Il y a des clarifications à faire qui sont intéressantes sur le plan généraliste de tous ces sujets qu’il faut problématiser, qu’il faut les traiter, qu’il faut les mettre sur le devant de la scène sous une forme forte d’interrogation concitoyenne. Il faudrait voir ce qui nécessite des données généralistes d’abord et ensuite ce qui nécessite des données informatifs, descriptifs.

Henrique : Il faudrait éviter les concepts qui aplatissent afin de faire ressortir ce qui ressemble, les similarités, mais aussi les singularités.

Lenita : Suggère une réflexion sur les « inégalités » dans nos sociétés de façon générale à partir d’un aphorisme fort banalisé : «  Pourquoi certains sont plus égaux que les autres ? »

Lenita Perrier

 


3 réflexions sur « Agenda de Travail – 28 janvier 2011 »

  1. Oscar :

    En effet la notion d’identité est très compliquée. Peut être l’intérêt que chacun porte est sur des différentes composantes de la domination sociale ? i.e. genre, classe, race, etc…Dans mon travail de rechercher j’ai bien commencé par la question des identités mais je l’ai surmonté à partir l’étude des discriminations et du racisme, des processus qui en découlent sur des identités socio-raciales…

  2. Henrique :

    Bonsoir, pour le CR, je n’ai pas parlé de Freud, mais de Foucault pour le processus de subjectivation,
    Amicalement,
    Henrique

  3. Lenita :

    J’ouvre ici un espace on line qui doit servir comme espace de discussion du groupe :

    A lire la transcription de la discussion de notre réunion je me suis rendu compte qu’il était important de revenir à une question qui ne fut pas abordée directement dans la discussion, mais qui reste un enjeu central dans la formation de ce groupe de recherche : la « question raciale ».
    Dans la discussion du titre nous sommes arrivés à un certain consensus sur la formule « frontières identitaires ». Cette formule serait ensuite intégrée par d’autres termes, encore à définir pendant l’élaboration du texte du projet. Mais, nous ne devons pas oublier que l’un des objectifs centraux de la formation de ce groupe était de porter les questions dites « sensibles » sur la scène du débat académique en France. Lorsque j’ai avancé la formule « discrimination raciale » cela avait été motivé tout d’abord par les dernières évolutions sur les questions raciales en France. Et si je tiens à cette formule, plutôt que « race » ou « études raciales » dans le titre thématique, c’est parce que la formule discrimination raciale semble être de plus en plus acceptée en France (même si cela reste un débat difficile à engager). Il est vrai que depuis l’apparition du CRAN (2005) et des recherches plus pointues de Didier/Eric Fassin, Pap Ndiaye, Pascal Blanchard, Michel Wieviorka, parmi d’autres, un certain consensus autour de la notion de « discrimination raciale » a pu faire son chemin au sein des revendications portées par la lutte antiraciste en France. Dans ce sillage, les recherches des chercheurs membres de ce groupe sont pour la plupart plus ou moins liées aux questions des rapports de force et de domination présents dans le champs des études raciales, de genre, de sexe, de classe sociale, mais aussi dans les processus d’identification ethnique/culturelle/nationale. Il est vrai que les travaux des historiens ne se trouvent pas forcément liées aux travaux des sociologues, anthropologues/ethnologues, mais il y a des points communs portant sur les questions historiques et politiques qui sont effectivement liés aux sujets centraux de la plupart des recherches. Les études des historiennes, Nora et Patricia, semblent dégager la dynamique des enjeux politiques et socio-économiques des rapports sociaux dans l’espace urbain du quartier d’Alger et dans l’espace rural du Sertão brésilien, qui sont plus ou moins conflictuels. La question de mobilité-lieu avancée par Nora dans le titre thématique était aussi une tentative de placer sa recherche au sein de notre groupe. Patricia avait également attiré mon attention à ce propos car sa recherche semblerait aller aussi dans le sens des questions liées à la mobilité/ territoire (Voir aussi Angela, espace urbain/identité/classe sociale). Nous nous devons donc de tenter d’intégrer dans le texte les mouvements migratoires au niveau local mais aussi transnational (Ulrike et Lenita). Ces variables doivent émerger de la problématique centrale autour des enjeux de classe, race, genre et sexe (toujours, bien évidement, à la lumière des multiples enjeux historiques, culturels, socio-économiques et politiques). Le plus important sera de bien préciser que ces sujets/objets d’études, considérés ici comme centraux, ne peuvent pas être compris de façon isolée ou étanche, ceux-ci sont forcément reliés/corrélés et suggèrent l’idée d’intersection inspirés du courant anglo-saxon .
    ——————————–
    Je dois commencer l’écriture du texte de projet avec l’aide de Pascale, d’Henrique et d’Ulrike. Ensuite, Patricia et Nora, doivent travailler le texte dans l’état de construction afin de l’ajuster et trouver la place juste de l’Histoire au sein de nos travaux communs. Cela est important car nous le savons bien que la plupart des recherches de notre groupe sont orientées par les champs d’études de l’anthropologie, de la sociologie et de l’ethnographie, mais aussi de l’économie et de la psychologie. Je vous prie donc d’intervenir avec vos propositions …
    Je vous convie à participer à cet échange par mail afin de faire ressortir la problématique centrale. Il est importante PLEASE que tous les membres du groupe, sans aucune distinction, puissent s’exprimer en toute liberté dans cette première phase de construction de projet. Nous devons également songer à la mise au point d’une « Charte de Principes Éthiques » dans laquelle les mots d’ordre de notre groupe puissent être « le respect de l’autre, l’empathie et l’écoute ».

Les commentaires sont fermés.