Marie-Catherine Scherer – Séminaire Centre d’études africaines/FIRA : le 14 mai 2013

1er mardi du mois de 13 h à 15 h (CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2012 au 7 juin 2013. Le 14 mai (salle des artistes, RDC, 96 bd Raspail, même heure) et le vendredi, 7 juin (salle 3, 105 bd Raspail, même heure)

 Marie-Catherine Scherer (CEAf-EHESS)

“Réflexion autour du sentiment d’appartenance dans l’imaginaire fictionnel, élaborée à partir du cinéma de fiction cubain”

À l’aide de plusieurs exemples tirés de mes recherches sur le cinéma cubain, je parlerai de l’intérêt que représente l’étude des imaginaires fictionnels dans le cadre de recherches menées sur les sentiments d’appartenance, les références collectives et les processus identitaires. Comme l’a relevé, entre autres, Marc Augé dans son livre « La Guerre des rêves », l’imaginaire fictif est alimenté par l’imaginaire collectif et par l’imaginaire individuel et les alimente à son tour. Ainsi, la relation que les individus entretiennent avec le ou les collectivités de référence, ou sont censés entretenir idéalement, se retrouve, d’une façon ou d’une autre, dans les histoires fictives où au cours de l’intrigue, les personnages sont amenés à tisser des liens avec d’autres personnages et à être insérés, ou non, dans des groupes fondés sur des critères divers comme la famille, le milieu social et/ou professionnel, le lieu de résidence et/ ou d’origine, la religion, la couleur de peau, la nationalité. En évoquant plusieurs films de fiction cubains et en les mettant en dialogue, je chercherai à montrer comment l’analyse de ces films réalisés à différentes époques peut contribuer à appréhender la dynamique de l’appartenance et de l’exclusion entre l’individu et le/les Nous. Dans un premier temps, l’analyse de trois films (Historias de la Revolución, Un día de Noviembre et Clandestinos) et le visionnage de quelques extraits permettront d’aborder la problématique de l’engagement individuel en tant qu’élément intégrateur au Nous révolutionnaire cubain, ainsi que le questionnement de cet idéal au fil du temps. Dans un deuxième temps, l’analyse et les extraits de trois autres films (De cierta manera, Lista de espera et La vida es silbar) serviront de matériaux pour élaborer une réflexion sur l’idéal d’un Peuple cubain métissé et déracialisé, idéal qui semble perdurer au fil des décennies tout en s’ouvrant à une revalorisation de l’héritage africain.