Tous les articles par Marion Bottero

Appel à contribution d’un numéro thématique pour la revue Emulations

Émulations – Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales lance un appel à coordination de numéros thématiques en vue de ses deux livraisons de 2017. Émulations est une revue de sciences sociales, francophone et internationale, éditée entièrement par un réseau de jeunes chercheuses et chercheurs possédant un comité de lecture et publiant des articles soumis à une évaluation en double aveugle. Elle édite deux numéros thématiques par an, publiés en version papier par les Presses universitaires de Louvain (Belgique) et est mise en ligne en en libre accès un an après la parution de la version papier sur son site internet (www.revue-emulations.net).

Argumentaire
Émulations – Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales lance un appel à coordination de numéros thématiques en vue de ses deux livraisons de 2017.

Émulations est une revue de sciences sociales, francophone et internationale, éditée entièrement par un réseau de jeunes chercheuses et chercheurs possédant un comité de lecture et publiant des articles soumis à une évaluation en double aveugle. Elle édite deux numéros thématiques par an, publiés en version papier par les Presses universitaires de Louvain (Belgique) et est mise en ligne en en libre accès un an après la parution de la version papier sur son site internet (www.revue-emulations.net).

Les articles publiés en ligne par la revue sont répertoriés par Google Scholar et Google Books. La version papier de la revue est disponible à la vente en librairie et sur les sites i6doc.com (la librairie scientifique en ligne) ainsi qu’Amazon.

Nous sommes à la recherche de propositions de dossiers thématiques. Chaque numéro papier est ainsi coordonné par deux ou trois jeunes chercheur∙e∙s (doctorant∙e∙s en fin de thèse et post-doctorant∙e∙s) et rassemble une dizaine de contributions (total de 300 000 caractères espaces comprises) qui participent de manière cohérente à la compréhension d’un phénomène social particulier.

À titre d’exemples, les derniers numéros thématiques parus portent sur les sujets suivants :

n° 15, 2015 : La construction scientifique des sexes
n° 14, 2014 : Femmes et écologie
n° 13, 2014 : Résistance(s) et vieillissement(s)
Les numéros thématiques doivent proposer une cohérence forte, à la manière d’un ouvrage collaboratif, et ne peuvent être une simple juxtaposition d’articles vaguement liés. Ces numéros thématiques peuvent être issus d’un travail préalable tel qu’une journée d’étude (doctorale) ou un panel de conférences, mais ne peuvent se réduire à de simples actes, sans travail éditorial supplémentaire. Ils doivent reposer sur un appel à contribution (spécifique pour le numéro de revue ou lié à la tenue d’une conférence) permettant à des jeunes chercheur∙e∙s de l’ensemble de la francophonie de pouvoir contribuer et suivre une procédure de double évaluation à l’aveugle par des pairs. La dimension internationale et interinstitutionnelle des numéros est un point important de notre politique éditoriale. Il s’agit de favoriser, au niveau de la francophonie, la rencontre de jeunes chercheuses et chercheurs travaillant sur des questions similaires.

Les numéros paraîtront durant l’année 2017. L’ensemble du processus éditorial prend habituellement entre 15 et 18 mois.

Les coordinateur∙rices sont responsables de la proposition d’une thématique, de la collecte des propositions d’article, du suivi du processus d’évaluation en double aveugle (en collaboration avec les comités de rédaction et de lecture de la revue) et du suivi des modifications par l’auteur. Le comité de rédaction d’Émulations s’occupe de l’évaluation de la cohérence de la thématique retenue et des articles avec le projet éditorial de la revue, de la mise en page finale ainsi que du processus de publication en version papier et en ligne. La revue alloue un budget couvrant les frais de réalisation de couverture, les frais liés au premier tirage papier ainsi que ceux liés au lancement du processus d’édition à la demande. Aucun frais n’est à charge des coordinateurs.

Critères de sélection
Les critères de sélection du projet sont les suivants :

la thématique traitée devra être une thématique innovante pour les sciences sociales, favorisant l’interdisciplinarité et susceptible d’intéresser les jeunes chercheur∙e∙s ;
la thématique ne peut avoir été déjà traitée par la revue ;
le projet doit être porté par deux ou trois jeunes chercheur∙e∙s (idéalement appartenant à des institutions différentes et en fin de thèse ou post-doctorant∙e∙s) ;
les modalités d’appel à proposition d’articles doivent être clairement précisées.
Nous invitons les chercheur∙e∙s intéressé∙e∙s à se rendre sur le site de la revue pour plus d’informations concernant notre politique éditoriale (www.revue-emulations.net), à nous contacter par mail ou à déposer directement une proposition sur l’adresse de la revue (redac@revue-emulations.net).

Les candidatures seront examinées par

Dr. Marion Bottero
Maximilien Cogels
Antoine Delporte
Lionel Francou
Anh Thy Nguyen
Dr. Fanny Robles
François Romijn
Quentin Verreycken
Échéancier prévisionnel et modalités de dépôt des propositions
Au plus tard le 1er mai 2016: dépôt de proposition de numéro thématique contenant les documents suivants :

document 1 : présentation de la thématique, du processus de collecte des articles, et éventuellement des réseaux de recherche qui sous-tendent le projet (max 2 pages) ;
document 2 : CV des coordinateur∙trices ;
document 3 : premier jet de l’appel à contributions qui sera envoyé pour identifier des auteur∙e∙s potentiel∙le∙s (entre 4500 et 6000 caractères espaces comprises).
Calendrier

Fin mai 2016 : sélection des dossiers par le comité de rédaction de la revue et, si nécessaire, en concertation avec les coordinateur∙trices, diffusion de l’appel à contributions.
15 juillet 2016 : envoi par les auteur∙e∙s potentiels d’un résumé de proposition d’article de 1000 mots.
15 septembre 2016 : retour vers les auteur∙e∙s.
1er décembre 2016 : envoi des manuscrits (entre 25.000 et 30.000 caractères espaces comprises).
15 février 2016 : retour des évaluations vers les auteur∙e∙s.
1er avril 2017 : envoi des manuscrits retravaillés.
15 avril : retour des évaluations vers les auteur∙e∙s.
juin – novembre 2017 : publication des numéros

Parution livre : Marion Bottero, « Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie », l’Harmattan

« Tu me ramèneras une petite thaïlandaise ? » est sans doute la réflexion que l’on m’a le plus adressée lors de mon départ sur le terrain thaïlandais. Tout est dit : la représentation fantasmée des Thaïlandaises, leur objetisation, leur disponibilité, ainsi que l’intérêt du voyage. Avec le développement des échanges mondialisés, les interactions sexuelles et/ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus fréquentes. A travers l’étude comparative des relations entre Occidentaux et Thaïlandais ou Malaisiens ce livre explique comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Si en Thaïlande les femmes issues d’une classe défavorisée peuvent espérer une certaine assurance financière, dans le pays voisin les femmes d’un milieu aisé souhaitent accéder à davantage de liberté face à l’emprise de la culture et de la religion locales. Ce désir de l’autre cache souvent chez les Occidentaux un rejet des dites « valeurs occidentales », notamment l’égalité des sexes, et une volonté de retour vers des valeurs considérées plus « stables », « traditionnelles » et « hiérarchisées ». L’auteur démontre ainsi comment les interactions amoureuses mondialisées sont un instrument de valorisation du capital et un moyen de redéfinir les hiérarchies sociales.

Marion Bottero est Docteure en ethnologie de l’Université de Nanterre. Elle a effectué sa thèse de Doctorat, basée sur un terrain de trois ans en Malaisie et en Thaïlande, sur le thème des échanges amoureux et sexuels à travers le prisme du pouvoir, du genre et de la mondialisation.

Editions l’Harmattan

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47086

Enregistrement de l’émission radio d’anthropologie « Les voix du crépuscule » au musée du quai Branly

Ce samedi 26 avril 2014 à 18 heures aura lieu, au salon de lecture du musée du quai Branly, l’enregistrement de l’émission radio anthropologique « Les voix du crépuscule » (Radio Campus Paris). L’émission d’avril aura pour thème les peuples autochtones dans l’Afrique coloniale.
L’entrée est libre et les spectateurs sont invités à interagir à la fin de l’émission en posant des questions aux invités.

Si, comme le disait le philosophe et homme politique sénégalais Cheikh Anta Diop, « les africains sont tous des autochtones », alors le titre de cet article est un non-sens. Puisque tous les africains sont des autochtones, aucune distinction ne peut être faite entre eux sur le plan du rapport au territoire. S’il n’y a pas de définition juridique internationale de l’autochtonie, il y a depuis 2007 une déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones et l’on s’accorde pour dire que l’autochtonie revêt un faisceau de critères tels que l’antériorité d’occupation d’un territoire, la continuité avec les populations précédant la conquête/colonisation du territoire, le mode de vie en étroite dépendance des écosystèmes locaux, l’attachement à des savoir-faire et des pratiques culturelles distincts de ceux des populations majoritaires, etc…

Or, une partie des populations africaines les plus marginalisées se reconnaît dans cette catégorie de l’ »autochtonie », comme en témoigne la création en 1997, et l’essor depuis, de l’IPACC (en français: Comité de Coordination des Peuples Autochtones d’Afrique). Pour le continent africain et d’après cette organisation, voici ce que signifie précisément être autochtone:

De nos jours, les groupes qui déclarent être des « autochtones » d’Afrique sont avant tout ceux qui vivent de la chasse et de la cueillette ou du pastoralisme transhumant (migrateurs nomades). Il s’agit de différentes peuples qui ont suivi les trajectoires d’une évolution culturelle et économique liée à des conditions environnementales spécifiques telles qu’on les rencontre dans les forêts pluviales équatoriales, les chaînes de montagnes de l’Atlas, du Hoggar et du Tibesti, la Vallée du Rift ainsi que les déserts du Sahara et du Kalahari. (http://www.ipacc.org.za/fre/who.asp)

L’objectif de cette émission sera de donner quelques pistes de réflexion pour comprendre la situation des peuples autochtones dans les Empires coloniaux. Pour ce faire, nous partirons du cas, méconnu en France, de l’empire colonial portugais (Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe, Guinée-Bissau, Angola et Mozambique) avec un jeune historien, Victor Barros, doctorant de l’Université de Coimbra, au Portugal, et une jeune anthropologue, Carolina Cardoso, doctorante également et membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de l’Université Paris-Ouest Nanterre.

Soutenance thèse Marion Bottero, 14 juin 2013 université Paris X

Marion Bottero soutiendra sa thèse d’ethnologie intitulée « L’ambigüité des relations amoureuses entre Occidentaux et autochtones en Asie du Sud-Est. Approche comparative des cas malaisien et thaïlandais » à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense le vendredi 14 juin à 14h à la MAE salle F308.
La soutenance est publique.

Le jury sera composé de :

M. Georges Augustin, professeur émérite université Paris X.
M. Eric Fassin, professeur université Paris VIII.
M. Bernard Formoso, professeur université Paris X.
M. Richard Pottier, professeur émérite université Paris Descartes.

 

Résumé :

Avec le développement des échanges mondialisés, les interactions sexuelles et/ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus fréquentes. A travers l’étude comparative des relations entre Occidentaux et Thaïlandais ou Malaisiens nous verrons comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Si en Thaïlande les femmes issues d’une classe défavorisée peuvent espérer une certaine assurance financière, dans le pays voisin les femmes d’un milieu aisé souhaitent accéder à davantage de liberté face à l’emprise de la culture et de la religion locales. Ce désir de l’autre cache souvent chez les Occidentaux un rejet des dites « valeurs occidentales », notamment l’égalité des sexes, et une volonté de retour vers des valeurs considérées plus « stables », « traditionnelles » et « hiérarchisées ». Nous verrons ainsi comment les interactions amoureuses mondialisées sont un instrument de valorisation du capital bourdieusien et un moyen de redéfinir les hiérarchies sociales.

Mots-clefs : Mondialisation, pouvoir, capital, don, couples mixtes, Asie sud-est.

 

The ambiguity of love relationships between occidental and native people in South East Asia. Comparative approach of malaysian and thai cases.

With the development of globalized exchanges, sexual and/or sentimental relationships between Occident and developping countries become more and more frequent. Through the comparative study of occidental people and thai or malay people relationships we will see how, with hierarchies of gender, class and race, occidental and oriental actors try to valorise their economic, cultural, social and symbolic capital. If in Thailand lower class women can acceed to financial stability, in the neighbour country upper class women can aspire to freedom from local culture and religion. This desire of the other often hide among occidental men a reject of « occidental values », especially sexual egality, and a return to values considered more « stable », « traditional », and « hierarchized ». Thereby we will see how globalized love interactions are an instrument to valorise Bourdieu’s capital and a way to redefine social hierarchies.

Keywords : Globalization, power, capital, gift, mixt couples, South East Asia.