Tous les articles par lperrier

Appel à communications – Journée d’études FIRA-MSH Paris Nord – 15/06/17

  Appel à communications

 Journée d’études organisée par le groupe de recherche FIRA-MSH Paris Nord, UFRGS/Brésil et l’Université Nationale de Colombie

 Le 15 juin 2017 – 9h/18h

MSH Paris Nord – 20, avenue George Sand – 93210 La Plaine Saint Denis

Les subalternes, peuvent-elles/ils (parler) être écouté-e-s ?

En s’appuyant sur les travaux des séminaires du groupe de recherche FIRA-MSH Paris Nord (2015-2017) ̶ axés sur la décolonisation de toutes perspectives de connaissance euro-centrées ̶  nous nous proposons dans cette journée d’études de continuer à réfléchir et à élargir nos recherches vers une géopolitique des connaissances (E. Dussel). Il s’agit de saisir le projet d’actualisation du lieu d’énonciation, des récits historiques et culturels, de la pensée et de la production du savoir. Dans ce sens, le défi du tournant de la décolonialité s’inscrit sur la critique et la reconstitution des espaces interstitiels du cadre conceptuel hybride des différences coloniales (W. Mignolo).

Repenser les catégories de domination n’implique pas seulement la formulation d’un contre-discours, il s’agit plutôt de créer la possibilité d’un nouveau registre de l’expérience vécue et du savoir situé comme pratique de l’objectivité subalterne/objectivité incarnée (D. Haraway)  ̶ à partir des terrains de recherche. Le terrain, conçu comme un horizon de sens (E. Husserl) dévoile des nouveaux discours qui cherchent à dépasser la structure dialectique faussée du discours dominant. Dans le flux des cultures et des sociétés contemporaines, globalisées et de masse, définies comme paradoxales (S. Hall), émergent de nouveaux cadres théoriques et de nouvelles méthodologies qui défient les structures socio-économique et politique dominantes, ainsi que les prérogatives à caractère normatif de l’académie. Des pratiques en sciences sociales telles les récits de terrain, les récits biographiques, les observations participantes, les auto-ethnographies, les performances queer, les enactement artistiques  ̶ ou encore les études des citoyennetés multiples et des sexualités divergentes au cadre hétéronormatif ̶  permettent alors de re-situer/repositionner et de questionner les catégorisations réductionnistes et/ou binaires (L. Tuhiwai Smith ; J. Butler ; D. Haraway ; S. Hall ; A. Honneth ; W. Mignolo).

En suivant l’avertissement de Audre Lorde : « the master tools will never dismantle the masters’ house », cette journée d’étude se propose d’identifier et d’explorer les contre-discours capables de basculer, traverser et pervertir les centres et les bords du discours impérialiste en proposant un savoir nomade et contingent (A.C. Hostert ; W. Mignolo ; A. Quijano ; E. Dussel). En somme, ceci est une tentative de dépasser l’état de zombification (A.Mbembe) postcolonial en se demandant non seulement si le subalterne peut parler (G.C.Spivak), mais aussi comment et surtout qui veut et peut l’écouter (L.Tuhiwai Smith) ? Autrement dit, nous nous proposons de nous demander non seulement si le subalterne peut parler mais aussi s’il arrive à interpeller concrètement les destinataires de son discours, c’est à dire, qui est-il prêt à l’écouter ?

Deux axes sont proposés :

Axe 1 – Invertir, subvertir : dévoilement de la dialectique faussée du registre dominant

  • Quels outils analytiques des pratiques sociales sont-ils capables de déstabiliser et déconstruire la restauration dialectique des hiérarchies et des récits dominants : delinking (W. Mignolo) ; disidentification (J. E. Munoz) ; subjectivation (M. Foucault) ; desubjectivation (G. Agamben) ; savoir situé (Haraway) ; codage/décodage (S. Hall) ?
  • Quel rôle pour le chercheur : peut-on être chercheur-e et militant-e ? Quelles sont les implications académiques/politiques et/ou personnelles de cet engagement ? A quel point et dans quelles conditions est-il envisageable/permis aux chercheur-e-s de parler à la place des subalternes ? Car, laisser parler, écouter et entendre, consiste tout d’abord à ne pas parler à la place des autres.
  • Quelles sont les limites, les tensions et les conditions symboliques et matérielles de la prise de parole des subalternes ? Les subalternes, sont-elles/ils vraiment écouté-e-s et entendu-e-s ? Qu’en est-il de la capacité d’agir et de la puissance d’agir de l’expression autonome des subalternes ? Quels risques pour cette prise de parole (violence, répression, etc.) : quelle cadre de légitimité réelle au niveau des représentations, de la reconnaissance et du leadership (dirigeant, intellectuel, etc.) ; quelle performativité capable de déconstruire les épistémologies et les pratiques sociales, culturelles et politiques déterminées par la performativité normative des régimes dominants et impérialistes ?

Axe 2 – Pratiques discursives et colonialité(s) du pouvoir, du savoir et de l’être

  • Identification multi-située des espaces de superposition, d’intersection et de transversalité des pratiques discursives décoloniales dans l’analyse des catégories de genre, de sexe, de sexualité, de race, de classe sociale, d’ethnicité et de citoyenneté à l’intérieur des groupes sociaux subalternisés. Quels registres sont-ils possibles pour les pensées et les savoirs frontaliers/borders des expériences vécues dissidentes capables effectivement de déplacer la matrice coloniale en [re]situant et en transformant la colonialité du pouvoir, du savoir et de l’être ?
  • Critique appuyée sur des liens étroits entre les pratiques genrées et le system patriarcal afin de repérer les cadres normatifs déterminés par les idéologies patriarcales de contrôle et de domination capitaliste euro-centrée/impérialiste dans le contexte décolonial. Critique de la perspective moderne [inter]subjective du « sujet » (raison/âme/esprit) et du « corps » (object) comme territoire de domination capitaliste d’une part, et de résistance et de lutte d’autre part. Comment développer une conscience discursive éthique, émancipatrice, trans-moderne et responsable du vivre ensemble global-local (glocal) à la fois créative et pédagogique ?
  • Dans un contexte de transformation des relations de pouvoir et de crise civilisatrice, quels discours et contre-discours peuvent-ils être identifiés, construits ou déconstruits vis-à-vis des pouvoirs hégémoniques ? Quelle généalogie hégémonique, anti-hégémonique ou contre-hégémonique dans l’espace-temps culturel, territoriale et sociopolitique dans la construction de nouvelles rationalités souhaitables et opérationnelles ?

Calendrier 

Réception des résumés/date limite : 15 avril 2017

Résultat de la sélection des propositions : 30 avril 2017

Réception des communications : 30 mai 2017

Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou anglais (max.une page), avec une brève biographie indiquant le centre de rattachement et les recherches en cours. Les communications portant sur des données empiriques sont particulièrement les bienvenues, ainsi que les matériels audio-visuels et/ou performances.

Contact : Lenita Perrier lperrier@msh-paris.fr

Organisateurs : Marion BOTTERO (Paris X, MSH) ; Francesca DI LEGGE (Paris 8, MSH) ; Maica GUGOLATI (EHESS/IMAF, MSH) ; Roque Urbieta HERNANDEZ (EHESS/CERMA) ; Henrique NARDI (UFRGS/Brésil, IRIS-EHESS, MSH) ; Lenita PERRIER (EHESS, MSH) ; Oscar QUINTERO (Universidad Nacional de Colombia, IRD-URMIS, MSH).

Comité Scientifique : Rachele BORGHI (Sorbonne, Paris IV) ; Marion BOTTERO (Université Paris X, MSH), Philippe COLIN (Université de Limoges) ; Pascale GRUSON (EHESS/CEMS) ; Sébastien LEFÈVRE (Université Gaston Berger Saint Louis/Sénégal) ; Henrique NARDI (UFRGS/Brésil, IRIS-EHESS, MSH) ; João Pacheco de OLIVEIRA (Museu Nacional, UFRJ, Brésil) ; Lenita PERRIER (EHESS, MSH), Oscar QUINTERO (Universidad Nacional de Colombia, IRD-URMIS, MSH) ; Lionel SAPORITI (Université de Strasbourg).

Quelques références non exhaustives ayant orienté notre refléxion :

AGAMBEN, Giorgio (1995) Homo sacer. Il potere sovrano e la nuda vita, Torino: Einaudi

ANZALDUA, Gloria (1981) Borderlands / La Frontera, The New Mestiza, San Francisco, Aunt lute books.

APPADURAI, Arjun (2009)) Géographie de la Colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Éditions Payot & Rivages.

APPIAH, Kwame A.; GATES Jr. Henry Louis (1999) Africana: The Encyclopedia of the African and African-American Experience, Basic Civitas Books.

BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY.

BORGHI, Rachele, « Post-Porn », Rue Decartes, 3/2013 (N° 79), p.29-41.

BOTTERO, Marion (2015) Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie, Paris : Éditions L’Harmattan.

BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 154 p.

COLIN, Philippe (2014) « Penser l’envers obscur de la modernité : une anthropologie de la pensée décoloniale latinoaméricaine », EHIC-Espaces Humaines et Interactions Culturelles, Université de Limoges.

CORNWALL Andrea, EDWARDS, Jenny (2010) “Introduction: Negotiating Empowerment”, IDS Bulletin, Vol.41, Inst. of Development Studies, Blackwell Publishing Ltd., Oxford.

DIJK, van Teun, (2002) “Discourse and Racism”, in David T. Goldberg & John Solomos (EDS.) A companion to racial and ethnic studies, Oxford: Blackwell, pp.145-159.

DUSSEL, Enrique (1977) Filosofia ética latinoamericana, Vol. 1, Editorial Edicol.

FOUCAULT, Michel (1994). L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté, in Defert, D. & Ewald, F. Dits et Ecrits, Vol. IV. Paris : Gallimard, pp. 708-729.

GOFFMAN, Erving (1968) Stigma: Notes on the management of spoiled identity, Harmondsworth (Mddx.), USA, Penguin Books.

HADOT, Pierre (1981) Exercices Spirituelles et Philosophie Antique, Paris : Etudes augustiniennes.

HALL, Stuart (1992) “What is This ‘black’ in Black Popular Culture?”, edited by Gina Dent, Black Popular Culture, 20–333. Seattle: Bay Press.

HARAWAY, Donna (1998) “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.

HONNETH, Axel (2008 [2006]) La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Paris : Éditions La Découverte.

HOSERT, Anna Camaiti (2007) Passing. A Strategy to Dissolve Identities and Remap Differences, Madison, Farleigh Dickinson University Press.

HUSSERL, Edmund (1907) L’idée de la Phénoménologie : Cinq leçons, Paris : PUF, 1970.

LORDE, Audre G. (1984) “The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House”. Sister Outsider: Essays and Speeches. Ed. Berkeley, CA: Crossing Press. 110- 114. 2007.

MBEMBE, Achille (2001) On the Postcolony, University of California Press.

MIGNOLO, Walter (2011) Geopolitics of Sensing and Knowing, Transversal, Vol. 08, See: http://eipcp.net/transversal/0112/mignolo/en

MUNOZ, José Esteban (1999) Disidentifications: Queers Of Color And The Performance Of Politics, (Cultural Studies of the Americas, Vol 2) Minneapolis, London: University of Minnesota Press.

NARDI, Henrique C. (2006) Ética, Trabalho e Subjetividade : trajetórias de vida no contexto das transformações do capitalismo contemporâneo. Porto Alegre : Editora da UFRGS.

PERRIER, Lenita (2016) Couleur de peau et reconnaissance sociale. L’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris, Paris : Éditions L’Harmattan.

QUIJANO, Anibal. ([1992]2007) “Coloniality and Modernity/Rationality”, Cultural Studies 21(2): 168-78.

QUIJANO, Anibal (2000) “Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America” Nepantla: Views from South 1.3, Duke Univeristy Press.

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Paris : Éditions du Seuil.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1988) Can the Subaltern Speak? Macmillan.

STOLER, Ann Laura (2002) Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press.

TUHIWAI SMITH, Linda (2012) Decolonizing Methodologies, Research and Indigenous People, London, New York: Zed Books.

2-appel-2017

 

Parution livre : « Couleur de peau et reconnaissance sociale » – Lenita Perrier / L’Harmattan

Parution livre 

Couleur de peau et reconnaissance sociale. L’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris 

Editions L’Harmattan

Au Brésil, l’idéologie de la démocratie raciale a été pendant longtemps un sujet d’orgueil incontesté et le reflet de l’ethos national brésilien. C’est seulement à la fin du 20e siècle que cette idéologie s’est révélée être un mythe et que les Brésiliens ont dû reconnaître que des injustices socio-raciales n’avaient cessé d’affecter la population noire et métisse brésilienne de leur pays. En s’appuyant sur l’expérience vécue par les Brésiliens noirs et métis émigrés à Paris, l’auteure a souhaité prendre en considération la dynamique interculturelle à l’œuvre dans le contexte transnational européen. Elle a observé les processus relationnels dans lesquels ces immigrés pouvaient s’engager en contexte de vie français, afin d’analyser ce que ces processus révélaient des rapports socio-raciaux. L’accent a été mis en particulier sur la subjectivité et l’intersubjectivité de processus cognitifs qui sous-tendent les actions et les choix objectifs de cette population dans le cadre de sa vie quotidienne à Paris. Au-delà des processus d’identification qui, paradoxalement, sont à la fois fluides et marqués, la métamorphose de l’idéologie du métissage à la brésilienne, mise en relief par le contexte français, souligne les aléas du paradigme de couleur au Brésil, comme elle souligne aussi ceux des rapports socio-raciaux dans l’un et l’autre des pays.

Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et membre fondateur du Groupe de Recherche FIRA/Frontières identitaires et Représentations de l’altérité. Elle conduit des recherches sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-raciale de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.

Préface : Patrick Bruneteaux – Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CNRS

TABLE DES MATIÈRES
Remerciements
Préface
 
Introduction
 
I. Histoire : L’identité nationale brésilienne 
 
II. Le cadre théorique : mondes anglo-saxon, français et brésilien 
 
III. Le travail de terrain et la population brésilienne 
 
IV. Les filières de l’immigration 
 
V. Processus d’identitication : du Brésil à la France 
 
VI. Regards croisés sur les constructions et les représentations de l’altérité 
 
Conclusion
 
Bibliografie
ISBN : 978-2-343-08533-3 / avril 2016 / 312 pages

CR 07/12/14 – Rapport Colloque International 2014

Rapport

Le 7 décembre 2014

Colloque international – 17 et 18 novembre 2014

FIRA Groupe de Recherche, IMAf-EHESS, UFRGS

« L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité »

Notre colloque s’est déroulé avec beaucoup de succès. Toute l’équipe du groupe de recherche FIRA et du IMAF a vivement remercié les intervenants pour la grande qualité de leurs travaux qui nous a permis d’exploiter quelques thématiques sensibles et importantes pour les recherches actuelles en France. Suite à notre colloque nous sommes en train de réfléchir à une journée d’étude internationale pour l’année 2016. 

Historique :   

  • Organisation du colloque et de l’appel à communications (2013-2014)

A la suite de notre colloque de 2013, pendant lequel nous avons exploré les points de tension entre les frontières identitaires contestées d’une part et les frontières identitaires affirmées de l’autre, nous avons décidé des nous inspirer des travaux de Z Bauman (tel qu’il a été développé dans la thèse de Marion Bottero) pour réfléchir à notre nouveau colloque international. Cela a été fait dans le but d’ouvrir la thématique de l’altérité et de l’identité dans ses aspects les plus ambivalents afin de faire ressortir les processus de fluidité propres aux identifications, la fragilité des liens sociaux et institutionnels, et par là les actions individuelles et/ou collectives des acteurs sociaux. Nous avons alors menée une discussion au sein du groupe FIRA pendant les mois de novembre et décembre 2013 sur ces thématiques. La suggestion de Pascale Gruson sur le besoin de questionner le cadre  institutionnel dans l’école, l’université, ou encore au sein de la famille, parmi d’autres, nous a également aidés à orienter surtout le deuxième axe de notre appel à communications.

Vers le mois de janvier 2014 nous avions alors conclu le texte de l’appel à communications qui a été approuvé par Pascale Gruson, Marion Bottero, Henrique Nardi, Marie-Christine Scherer, Katia Machado, Ulrike Zander et Oscar Quintero. Nous avons ensuite invité Rémy Bazenguissa Ganga à rejoindre le groupe FIRA en tant que l’un des organisateurs, du fait qu’il avait confirmé son intérêt pour les travaux de Z Bauman. Nous lui sommes très reconnaissants de la confiance qu’il nous a portée du début à la fin de ce projet de colloque.

En février 2014 notre appel à communications à été lancé. La date d’échéance pour les propositions de communication a été fixée pour le 17 juillet 2014. Nous avons reçu un total de 40  propositions. Le Comité Scientifique (Lenita Perrier, IMAF-EHESS ; Rémy Bazenguissa Ganga, IMAF-EHESS ; Henrique Nardi, IRIS-EHESS/Université Fédérale du Rio Grande du Sul, Brésil ; Pascale Gruson, CEMS-CNRS-EHESS ; Oscar Quintero, Université Nacional de Colombie ; João Pacheco de Oliveira, Université Fédérale du Rio de Janeiro, Brésil ; Jean Paul Colleyn, IMAF-EHESS ; Michael Banton, Bristol University, UK ; Ulrike Zander, IMAF-EHESS) a fait un premier tri en choisissant 25 propositions parmi lesquelles 13 propositions −les plus adaptées à la thématique de notre colloque−, ont été retenues.

Les chercheurs membres du groupe de recherche FIRA, invités à présenter une communication ̶ Henrique Nardi et João Pacheco de Oliveira ̶  ont réussi à être financés par leurs universités au Brésil pour les frais de voyage et d’hôtel. Nous avons payé les frais d’hôtel pour Oscar Quintero qui a été aussi financé par son université en Colombie pour les frais de voyage. Pour les autres chercheurs invités résidant hors Paris, des attestations signées par Rémy Bazenguissa Ganga leur ont été envoyées, ce qui leur a permis de demander une aide à leur laboratoire. En ont bénéficié : Pascal Politanski (Strasbourg), Zoé Adam (Lille), Camille Lagarde (Montpellier), Benoît Carteron (Angers).

Nous avons regretté que Z Bauman, après avoir confirmé sa présence, ait dû annuler sa participation à notre colloque. Cette annulation de dernière minute ne nous a pas laissé suffisamment de temps  pour trouver un remplaçant.   

  • La qualité des interventions et le déroulement des journées

Le déroulement du colloque a été marqué par la grande qualité des interventions. Une semaine avant le colloque, une copie de la plupart des communications a été envoyée à chaque discutant et président de séance (Eric Fassin, Kadya Tall, Marc Bessin, Lionel Saporiti, Katia Machado, Isabelle Lacroix, Rémy Bazenquissa-Ganga, Jean Paul Colleyn, Henrique Nardi et João Pacheco de Oliveira) afin de faciliter le débat en préparant à l’avance leurs remarques et suggestions.

Les enregistrements du colloque ont été réalisés par Philippe Kergraisse et sont disponibles sur le fichier provisoire de l’EHESS. Mes collègues chercheurs ont pu compter avec la présence, en moyenne, d’environ 35 à 40 personnes pendant le premier jour et une moyenne de 30 personnes pour le deuxième jour.

  • Le déjeuner, le buffet, les pauses café

Nous avons commandé les services du traiteur « Le Cœur du Liban » et de la société « Sobise » qui nous ont préparé le déjeuner et les pauses cafés ainsi que le buffet de réception.

  • Les affiches, brochures, badges et posters (corrections diverses)

Nous avons pu compter sur le travail de Lenita Perrier pour la réception et le suivi de toutes les communications, l’organisation générale ainsi que la conception et la diffusion du programme simple/complet et la confection des affiches et des brochures. Nous avons aussi pu compter sur le travail de Marion Bottero pour la coordination des posters scientifiques, ainsi que pour les corrections diverses partagées également avec l’aide de Pascale Gruson. Nous sommes très reconnaissants à nos amis de la MSH qui nous ont gracieusement offerts le papier et l’impression des posters, des affiches et des brochures. Nous remercions aussi Katia Machado de nous avoir aidés avec la confection des étiquètes de table.

  • Budget

En ce qui concerne le budget utilisé nous remercions Rémy Bazenguissa Ganga qui nous a aidés à avoir la subvention de l’IMAF de 1000 euros.

  • Publication des communications (sous forme d’articles) pour l’année 2015-2016.

Nous avons prévu la publication d’une édition spéciale de notre colloque 2014 soit sur papier soit dans une revue en ligne. Cette publication sera dirigée par le groupe de recherche FIRA/Lenita Perrier, Henrique Nardi, João Pacheco de Oliveira et Oscar Quintero, conjointement avec Rémy Bazenguissa Ganga.

Lenita Perrier

Summer Conference 2014, Oxford University/Kudos – « Neuroscience » – Learning to Succeed Through Emergenetics

Conference: Neuro-science: How to succeed with Emergenetics?

NEURO-SCIENCE IS TODAY’S NEWS TOPIC

Kudos Training, in association with Emergenetics, presents a thought-provoking, lively, innovative and informative Summer Conference which promises:

  • To inform you on understanding how the behavioural aspects of Neuro-Science can benefit Education, Social and Business applications
  • To advise you on how it can be used to effectively benefit both private lives and workplace environments
  • To give delegates access to the Emergenetics Profile tool and feedback on what the results say about you – your unique thinking and behaviour

Conference Title: Neuro-science:  How to succeed with Emergenetics
Where: Harris Manchester College, University of Oxford
When: Monday 11 to Wednesday 13 August 2014

Options are:

  1. Residential three days on campus (with conference accommodation) will cover Neuro-science in Education, Personal and Business
  2. One or two day attendance to cover Neuro-science in Education, and/or Personal and Business

The cost of the conference

Attend all three days: £1,295
Attend one day: £495.00

For further information and booking please go to:
Website: http://kudostraining.us8.list-manage1.com/track/click?u=0b982900190d237e6576dd7f2&id=e707e9382a&e=29c19e014f
Email info@kudostraining.org
Phone: 020 3542 3593

Learnings from Neuroscience : 11 and 13 August 2014 at Harris Manchester College, University of Oxford

CR réunion du 09/07/2013

CR de la réunion du Groupe FIRA, le 09/07/2013 (et les activités du groupe des derniers mois).

 Étaient présents : Henrique, Lenita, Marion et Katia.

 

  •  Colloque international « Frontières affirmées, frontières contestées »  

Suite à notre colloque des 3 et 4 juin 2013, qui s’est déroulé avec beaucoup de succès, nous avons décidé qu’il était important de publier les travaux présentés lors du colloque, sous forme d’articles, dans une revue scientifique. Henrique nous a proposé, dans un premier temps, de vérifier cette possibilité auprès d’une revue brésilienne avant de lancer cette proposition à d’autres maisons d’édition.  Nous sommes très heureux de vous informer qu’à la fin du mois de juillet la revue brésilienne Polis e Psique a accepté notre proposition pour la publication d’une édition spéciale internationale de notre colloque « Frontière affirmées, frontières contestées ». Les travaux de coordination de cette publication ont été déjà engagés par Henrique et Lenita. La publication est prévue pour la fin du premier semestre 2014.

 

  • Collection FIRA (HAL-SHS) Hyper Article en Ligne 

La Collection FIRA –avec les Actes de Colloque de la Journée d’étude de janvier/2012 (org. L. Perrier)– a été conclue et est disponible en ligne. Sept articles, une référence d’article et l’Introduction de Pascale Gruson et Henrique Nardi sont actuellement disponibles (cf. aussi http://frontieres.hypotheses.org/groupe-fira-hal-2). Notre Collection sera prochainement divulguée sur le site de l’EHESS.

 

  • Séminaire Groupe FIRA – Projet de recherche 

C’est avec grand regret que nous vous informons que notre séminaire « Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires » n’a pas pu être reconduit pour l’année 2013-2014. Suite à la fusion du CEAf avec le CEMAF (Paris I), les séminaires ont été réduits afin de favoriser les changements au sein du CEAf. Nous avons donc décidé de nous consacrer au travail et à la recherche des financements institutionnels afin de développer un nouveau projet de recherche pour l’année 2014.

 

  • Prochaine Journée d’étude internationale – 2014

Nous sommes en train de réfléchir à une Journée d’étude internationale pour l’année 2014, suivant les thématiques proposées par notre projet de recherche ainsi que notre journée d’étude de 2012 et le colloque de 2013. Tous les membres du groupe sont dès maintenant conviés à nous proposer soit de nouvelles thématiques soit d’autres suggestions susceptibles de nourrir les propositions centrales à notre projet de recherche.

 

  • Carnet de recherche (blog) 

Nous avons procédé à la mise en ligne d’un article (ou une référence) pour chaque membre du groupe FIRA. Nous attendons toujours une participation plus soutenue des membres du groupe. Les contacts individuels ont été déjà engagés et nous nous excusons auprès de ceux et celles qui n’ont pas pu encore être connectés avec leur login et leur mot de passe. Marion et Lenita doivent vous contacter afin de continuer le développement de notre carnet de recherche dans les mois à venir.

 

Lenita Perrier / Pascale Gruson

 

CR réunion du 29.1.13

CR de la réunion du Groupe FIRA, 29/01/13 (activités du groupe de juin 2012 à janvier 2013)

Étaient présents : Pascale, Marion, Henrique, Lenita et Ulrike.

 

Colloque « Frontières affirmées, frontières contestées » – 3 et 4 juin 2013 :

Nous avons d’abord fait un point sur l’organisation et le déroulement de notre Colloque du 3-4 juin 2013. Nous souhaitions confier l’ouverture du Colloque à Jean-Paul Colleyn, ce que ce dernier a eu la gentillesse d’accepter lors de la réunion qui a eu lieu le même jour avec M. Colleyn, Ulrike, Henrique et Lenita.

Les chercheurs invités à discuter les interventions sont, à ce jour : Nancy Green (confirmé), Eric Fassin (à confirmer), Pap Ndiaye (confirmé), Michael Banton (confirmé), Bernard Formoso, (à confirmer), Rémy Bazenquissa-Ganga (à confirmer). Il paraît raisonnable de n’avoir qu’un discutant par intervention afin de laisser une large place au débat général. Mais cela peut encore être discuté.

Nous avons aussitôt commencé à réfléchir aux regroupements thématiques des propositions. Henrique en a suggéré trois : (a) une thématique frontalière (géographique mais aussi symbolique) ; (b) une thématique se rapportant aux questions de genre et de sexualité ; (c) une thématique se référant à des questions théoriques et épistémologiques. L’appel à propositions sera clos le 17 février prochain. Une réunion avec Pascale et Henrique est  prévue avant le départ d’Henrique afin de faire un premier choix parmi les propositions, celles qui seront retenues étant envoyées ensuite à Hamid, Angela et João Pacheco.

Les chercheurs membres du groupe conviés à présenter une communication sont : Ulrike (à confirmer), Marion (confirmé) et Henrique (confirmé). Oscar, qui soutiendra sa thèse le 28 février à l’Université de Rennes, pourrait peut-être présenter une communication ou nous présenter sa thèse dans une séance exceptionnelle dans le cadre du Groupe FIRA, début mars (à confirmer). Ceux et celles qui ont présenté une communication lors de la Journée d’étude de 2012 sont alors conviés à participer à l’organisation générale du Colloque 2013.

Notre Colloque se déroulera le premier jour de 9h à 18h et le deuxième jour de 13h à 18/19h. Cette répartition devrait permettre le déroulement des journées selon un budget raisonnable.

Collection FIRA (HAL-SHS) Hyper Article en Ligne :

Nous sommes heureux de vous informer que notre Collection FIRA – avec les Actes de Colloque de notre Journée d’étude de janvier 2012 – a été mise en ligne au mois d’octobre 2012 (http://halshs.archives-ouvertes.fr/FIRA/fr/). Six articles sont déjà disponibles. Nous allons mettre en ligne prochainement l’Introduction de Pascale et d’Henrique et une Préface de Pap Ndiaye. Il nous manque aussi la construction de la page de présentation ainsi qu’un ou deux résumés d’articles déjà publiés sur d’autres supports.

Le Groupe FIRA remercie vivement Marie-Christine Vouloir qui nous a aidé à la mise en forme de la feuille de style des articles et, au-delà, a accepté de faire une lecture attentive de certains articles. Nous remercions également Jacqueline Nivard de nous avoir aidé à construire la page website et le bandeau de la Collection FIRA, ainsi que l’équipe HAL-SHS pour leur patience et pour le travail efficace et important fourni avant et au cours des dépôts des articles.

Nous voulons également remercier le travail accompli des auteurs des articles ainsi que leur  patience et coopération. Nous nous excusons pour d’éventuelles erreurs qui n’auraient pas été décelées. Un comité de lecture crée, dans un premier temps, avec Ulrike, Marion, Pascale, Henrique et Lenita doit nous aider à profiter d’une meilleure qualité d’édition pour nos prochaines publications. D’autres membres du groupe ou encore d’autres chercheurs extérieurs au groupe (susceptibles de nous rejoindre) y seront conviés.

Le website de  notre Collection FIRA (HAL SHS) est un nouvel outil scientifique encore à être exploité par les membres du Groupe. Nous devons réfléchir aux nouvelles possibilités de publications pour les membres du groupe mais aussi à y associer d’autres publications/articles utiles à nos travaux – une sorte de bibliothèque thématique.

Blog :

Nous avons repris la discussion au sujet de la participation des membres du groupe à notre blog. Les liens des articles en ligne, des annonces ou encore d’autres expressions relevant de la recherche scientifique sont fortement souhaités. Un contact individuel avec les membres du groupe afin de les informer et faire le point sur les possibilités du blog sera prochainement engagé.

Dans un premier temps, nous avons ouvert une colonne du coté droit du blog afin d’y publier les activités des membres du groupe/d’autres chercheurs. Nous devons y diffuser au moins un article en ligne de chaque membre : soit un article récemment publié ailleurs soit une communication/rapport de recherche, etc.

Chaque membre aura également un login et un mot de passe afin de pouvoir déposer ses textes ou ses billets. Nous avons aussi décidé que les commentaires resteraient fermés dû au fait que la priorité doit être la visibilité des travaux scientifiques. Mais cela pourrait être réévalué au fur et à mesure de l’évolution et de la participation des membres. Tous les membres du groupe sont également conviés à réfléchir et à contribuer à construire la liste des liens pertinents à la thématique du Groupe (cf. côté droit de la page principale du blog).

Le Portail OpenEdition (Revue.org, Calenda et les carnets Hypothèses.org) est de plus en plus reconnu comme outil et réseau scientifique. Il est souhaitable que notre carnet de recherche soit utilisé de façon régulière par les membres du groupe. Pour plus d’information voire les liens internet sur les possibilités et les propositions du portail OpenEdition et du carnet Hypothèses.org  (http://www.openedition.org/)

Projet de Recherche :

À la suite de notre Colloque 2013 nous allons revoir/élargir l’argumentaire de notre projet de recherche. Tous les membres du groupe sont alors conviés à lire attentivement et à proposer des changements et/ou des corrections sur le texte du projet. Au vu du caractère interdisciplinaire et hétérogène de notre projet nous nous proposons de mettre en regard les axes de recherche convergents afin de faire le point sur la proposition initiale. Notre Journée d’étude de 2012 ainsi que notre Colloque de 2013 doivent nous servir d’appui pour l’élargissement mais aussi pour la convergence des thématiques centrales de notre argumentaire.

Séminaire Groupe FIRA – Centre d’études africaines (CEAf) :

Moodle – Ulrike s’est engagée à vérifier et à développer cet outil.

Nous allons aussi réfléchir au sujet du rapport final de notre séminaire afin de faire le point sur les thématiques et l’évolution du séminaire au cours de la période 2011-2013.

Lenita Perrier / Pascale Gruson

Première séance du Séminaire Centre d’études africaines, (FIRA) – Dorothée Serges, CREDA/Paris 3

Le 6 novembre 2012

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires
1er mardi du mois de 13 h à 15 h (CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2012 au 4 juin 2013. Séance supplémentaire le 8 janvier (même heure, même salle) et le 14 mai (salle des artistes, RDC, 96 bd Raspail), même heure

Henrique Nardi, professeur à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul, Brésil

Lenita Perrier, docteure

Ulrike Zander, docteure

Dans la continuité du séminaire 2011-2012, nous nous attachons à explorer, d’une part, les enjeux liés aux constructions et aux représentations identitaires − dans un monde globalisé où les diverses filières migratoires ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques − et d’autre part, l’émergence de mouvements sociaux nationaux et transnationaux dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans un contexte de transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une citoyenneté élargie. Ce monde, chaque fois moins étanche, mais qui construit en même temps des frontières symboliques multiples, devient un terreau fécond à partir duquel une diversité de voix croisées s’élèvent contre toutes les formes d’inégalité, d’exclusion et de discrimination.

Ce séminaire sera par ailleurs, l’occasion d’interroger « la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité où il a rapport à soi » (Foucault, 1994). Afin de comprendre l’expérience que nous faisons de nous-mêmes à l’intérieur des jeux de vérités, il est nécessaire de distinguer dans le temps et dans une culture donnée, les discours et les énoncés qui ont effet de vérité, à savoir, comprendre les vecteurs de subjectivation qui permettent de dessiner le diagramme propre à un monde de subjectivation traversé par les multiples mouvements identitaires et une pluralité des discours en dispute (Nardi, 2006).

Dorothée Serges (CREDA/Paris 3, Sorbonne Nouvelle)

Trajectoires migratoires, familiales et professionnelles au cœur de la construction d’autonomies économiques des migrantes brésiliennes en Guyane française

L’insertion économique des migrantes brésiliennes en Guyane française s’inscrit dans le processus global de la féminisation des migrations et du marché du travail, initiant les déplacements d’une main-d’œuvre peu qualifiée des pays des Suds, notamment des États du Pará et de l’Amapá (nord du Brésil) vers les pays des Nords, la Guyane, département d’outre-mer. Cette insertion économique est intrinsèquement liée à des déterminants migratoires, familiaux et professionnels. Cette thèse analyse les formes d’autonomies économiques acquises par les femmes migrantes, à partir de trois générations et compte tenu des possibilités offertes par le marché du travail de la société guyanaise, ethnostratifié. La complémentarité entre des méthodes qualitatives et quantitatives a permis de dégager des trajectoires (a)typiques reliant morale familiale et esprit d’entreprise.

 

Appel à communications – english version

Call for Papers

AFFIRMING BOUNDARIES, CONTESTING BOUNDARIES

Citizenships, Multi/Inter-cultures, Subjectivities

Following on from our Journée d’étude of January 27, 2012, the research group Frontières identitaires et Représentations de l’altérité proposes to follow the dialogue on identity boundaries in its multiple constructions and deconstructions. In this first discussion, we paid particular attention to migration and minority groups – encompassed by the intersection/crossing of socio-racial, nationality, class, gender/sex discriminations and inequalities. We will now try to expand this dialogue and examine/compare the contradictions and the difficulties emerging from the exercise of democracy emphasizing the question of ethics or morals, of social justice, of the right to equality and the recognition of plural identities, which can be found mostly within postcolonial studies (subaltern/queer/cultural studies). This initiative will allow us to highlight the tension between affirmative and contested identity boundaries in its fluidity/displacements, also taking into account social actor’s capacity to negotiate and/or relocate identity boundaries as well as to superpose different affiliations.

Based on political, cultural, socio-economic, national/transnational issues of today’s societies we propose to address the following issues (a) the construction and the praxis attached to the notion of citizenship in its multiples dimensions − formal and informal, material and symbolic; (b) the different configurations deployed within the complex and paradoxical debate on multicultural and/or inter-cultural societies around public politics (identity politics); (c) the comparison of strategies of resistance and empowerment underlying the [inter]subjective actions and choices of individuals’ life experiences, of those who are exposed to discrimination, exclusion, stigmatization and marginalization − which underpin the social and cultural invisible citizenship of the most fragile populations in Europe, Africa, Latin America and elsewhere.

Two approaches are proposed:

(I)

How do we ask the question of social and political equality in terms of recognition of the multiple differences that constitutes and give sense to everyday life?  By individual and collective actions many voices are claiming for difference to be recognized (of nationality, of culture, of gender or sexuality), and these requests become more and more pressing when one considers that the traditional social compromise is not compelling. We will ask how to conceive of a democratic and multi-cultural citizenship underlying the hopes of recognition firmly rooted in the individual and in the groups. Beyond the hegemonic approaches, we will inquire how the new perceptions of social life are at present transforming modern societies entangled in a flux of globalization. What are the challenges in terms of politics of equality and identity politics both on the level of the public/governmental initiatives and on the level of the requests of civil society (autonomous institutions, associative world, NGOs) in Europe, in Latin America, in the revolutionary North Africa and elsewhere? How in the new jeux and enjeux de vérités can we conjugate citizenship dignity when it is absent or subalternized by the constraints imposed on women and men, ethnic/racial/sexual or national minorities? What are the new paradigms nowadays and what are the new concerns pointing to the conflicts generated by the social, cultural and political pluralism − and the rising request for equity − which have been re-orientated within the old multicultural and/or intercultural models? Could we say that the Canadian multicultural model (in its new version of accommodements raisonables) or the English multicultural model (recently redefined by the tenants of the community cohesion) have somehow lost their breath? What should we think of the French and Brazilian republican models (quite different) based on the universal and indivisible ideologies at a time when the assimilation/integration theories − blind to differences − find themselves ever more contested?

(II)

In this second part, we will return to the life experiences of the individuals (very much present in our Journée of January 2012) whom in their everyday lives have to face their powerlessness, the restrictions of their social status, their phenotypic/cultural marks, the ethno-racial stereotypes, their sexual preferences, in short, their invisible citizenship and/or abject visibility (J. Butler): social, cultural and politic. This reading frame draws attention to the [inter]subjective and subjective cognitive process which underlies the paradoxical everyday life experiences of men and women who are stigmatized, disadvantaged and “speechless” − and for whom power relations are more stark. We will inquire about matters of respect and self-esteem. How can we find an authentic relationship to the other, to oneself and to the world? What are the strategies of resistance that social actors articulate in order to create new symbolic and material configurations for self-construction in the contact with the “other”? How could we reinforce Goffman’s postulate on the normal and the stigmatized individuals as perspectives: one and the other representing the mirror of the same: a troubled mirror. How to convey human agency (collective/individual) in its decentralized, creative and fluid nature as a source of social actor’s capacity to renovate narrations and contradictory existential spaces? In a transversal logic where the affirmation and the contestation of an identity can be operated by imaginary poles of the same face, displaced and transformed within history and memory, we will analyze the subjective construction of the self and the human hierarchy vis-à-vis nationality, ethnicity, class/status, gender/sex/sexuality and social-racial relations.

Par Lenita Perrier and Kathleen Hughes

Appel à communications – Colloque International 3 et 4 juin 2013

Appel à communications

Colloque International – 3 et 4 juin 2013 – Paris, France

 

FRONTIÈRES AFFIRMÉES, FRONTIÈRES CONTESTÉES

Citoyennetés, Multi/Inter-culturalités, Subjectivités

École des Hautes Études en Sciences Sociales, CEAF-IRD, Groupe de Recherche FIRA, France

Université Fédérale du Rio Grande du Sul, Brésil

Université de Manchester, Angleterre

À la suite de notre Journée d’étude du 27 janvier 2012, le groupe de recherche Frontières identitaires et Représentations de l’altérité, se propose de poursuivre la réflexion sur les frontières identitaires dans leurs multiples constructions et déconstructions. Après s’être concentré sur les filières migratoires et les groupes minoritaires − compris dans l’intersection et/ou le croisement des inégalités et des discriminations socio-raciales, de classe, de genre/sexe et de nationalité − il s’agit maintenant d’élargir cette réflexion. Nous nous proposons d’examiner et de comparer les contradictions et les difficultés propres à l’exercice de la démocratie, en soulignant les questions éthiques ou morales, de justice sociale, du droit à l’égalité et à la reconnaissance des identités plurielles repérées notamment dans les études postcoloniales (subalterne/queer/cultural studies). Cette initiative devrait permettre, entre autres, de prendre acte de la tension entre affirmation et contestation des frontières identitaires avec leurs fluidités et déplacements, en tenant compte de la capacité des acteurs sociaux à les négocier, à les repositionner et à superposer différentes affiliations.

À partir d’enjeux politiques, culturels, socio-économiques, nationaux/transnationaux des sociétés actuelles, nous nous attacherons à faire ressortir les questions liées (a) à la construction et à la praxis attachées à la notion de citoyenneté dans ses multiples dimensions formelles/informelles, matérielles/symboliques ; (b) aux différentes configurations déployées dans le débat complexe et paradoxal des sociétés multiculturelles et/ou interculturelles autour des politiques publiques − les politiques de l’identité (identity politics) ; (c) à la mise en regard des stratégies de résistance et d’empowerment sous-tendant les actions et les choix [inter]subjectifs de l’expérience vécue des individus exposés à la discrimination, à l’exclusion, à la stigmatisation et à la marginalisation qui sont à la source de l’invisibilité citoyenne, sociale et culturelle des populations les plus fragilisées en Europe, en Afrique, en Amérique Latine et ailleurs.

 Deux axes sont proposés :

(I)

Comment poser la question de l’égalité sociale et politique en termes de reconnaissance des multiples différences qui constituent et donnent sens à la vie quotidienne ? Au travers d’actions individuelles et collectives de nombreuses voix cherchent à faire reconnaître une différence (de nationalité, de culture, de genre ou de sexualité), et ces revendications se font de plus en plus pressantes dans la mesure où les recettes du compromis social traditionnel ne sont guère performantes. Nous nous demanderons comment envisager une citoyenneté démocratique et multiculturelle sous-tendant des fortes attentes de reconnaissance des individus et des groupes. Au-delà des approches hégémoniques, nous interrogerons comment de nouvelles perceptions de la vie en société sont à l’heure actuelle en train de bouleverser les sociétés modernes prises dans la globalisation. Quels sont les enjeux des politiques de l’égalité et de l’identité tant au niveau des initiatives gouvernementales/publiques qu’au niveau des revendications de la société civile (les institutions autonomes, le monde associatif, les ONG) en Europe, en Amérique Latine, au Maghreb révolutionnaire, en Afrique et ailleurs ? Comment dans les nouveaux jeux et enjeux de vérités peut-on faire conjuguer la dignité citoyenne lorsqu’elle est absente ou subalternisée par des contraintes subies par les femmes et les hommes, les minorités ethniques/raciales, sexuelles ou nationales ? Quels sont aujourd’hui les paradigmes et les enjeux pointant les conflits générés par le pluralisme social, culturel, politique − et les demandes d’équité de plus en plus marquées − qui ont été réorientés au sein des anciens modèles multiculturels et/ou interculturels ? Est-ce que le modèle multiculturel canadien (dans sa nouvelle version d’accommodements raisonnables) ou le modèle multiculturel anglais (récemment redéfini par les tenants du « community cohesion »), entre autres, sont à bout de souffle ? Que doit-on penser des modèles républicains français et brésilien (aussi différents) fondés sur les idéologies universalistes et indivisibles à l’heure où les théories sur l’assimilation et l’intégration aveugles à la différence se trouvent de plus en plus contestées ?

(II)

Dans ce deuxième axe nous reviendrons à l’expérience vécue des acteurs sociaux (très présente lors de notre journée de janvier 2012) qui dans leur vie quotidienne doivent faire face à l’impuissance, à la contrainte de leurs statuts sociaux, à leurs marqueurs phénotypiques ou culturels, aux stéréotypes ethno-raciaux, à leurs préférences sexuelles, à leurs invisibilités citoyennes et/ou visibilités abjectes (J. Butler) : sociales, culturelles et politiques. Cette grille de lecture met l’accent sur l’intersubjectivité et la subjectivité des processus cognitifs sous-tendant l’expérience du vécu quotidien paradoxale des hommes et des femmes stigmatisés, démunis et « sans voix » − pour qui les rapports de pouvoir et de domination sont les plus rudes. Il s’agira d’interroger la question du respect et de l’estime de soi. Comment retrouver une relation authentique à autrui, à soi-même et au monde ? Quelles sont les stratégies de résistance que les sujets mettent en place afin de créer et d’articuler de nouvelles configurations symboliques et matérielles de construction du soi dans le rapport à autrui ? Comment faire valoir les postulats de Goffman au sujet de la position entre l’individu normal et l’individu stigmatisé comme un jeu de perspectives ? L’un et l’autre n’étant que le miroir du même : un miroir troublé. Comment appréhender l’agir ensemble (ou individuel) dans sa nature décentralisée, fluctuante et créatrice comme source de sa capacité dialectique à renouveler les narrations et les espaces existentiels contradictoires ? Dans une logique transversale où l’affirmation et/ou la contestation d’une identité peut s’opérer par le biais des pôles imaginaires d’une même face, déplacées et transformées dans l’espace, dans l’histoire/mémoire, il s’agira d’analyser les vecteurs de subjectivation dans la construction du soi et de la hiérarchie de l’humain vis-à-vis des rapports socio-raciaux, d’ethnicité, de nationalité, de classe/statut et de genre/sexe/sexualité.

Calendrier :

Les propositions de communication devront être envoyées dans une des deux langues : français ou anglais (une page).

Réception des résumés : au plus tard le 17 février 2013

Résultat de sélection des propositions : 17 mars 2013

Réception des communications : 10 mai 2013

 

Contact : Lenita Perrier

Adresse courriel : lperrier@msh-paris.fr

Organisateurs : Lenita Perrier (EHESS-CEAF), Pascale Gruson (EHESS-CEMS), Henrique Nardi (EHESS-IRIS, UFRGS), Angela Torresan (Université de Manchester)

Comité scientifique : Abdelhamid Benkhattab (Université Sidi Mohamed Ben Abdallah, Maroc), Pascale Gruson (Institute Marcel Mauss, CNRS, EHESS-CEMS, France), Henrique Nardi (UFRGS, Brésil), João Pacheco de Oliveira (Museu Nacional, UFRJ, Brésil), Angela Torresan (Université de Manchester, Angleterre).

Comité d’organisation : Équipe Groupe de Recherche FIRA – Frontières identitaires et Représentations de l’altérité [blog : frontieres.hypotheses.org]

Version en anglais :

Par Lenita Perrier and Kathleen Hughes

 Call for Papers

AFFIRMING BOUNDARIES, CONTESTING BOUNDARIES

Citizenships, Multi/Inter-cultures, Subjectivities

Following on from our Journée d’étude of January 27, 2012, the research group Frontières identitaires et Représentations de l’altérité proposes to follow the dialogue on identity boundaries in its multiple constructions and deconstructions. In this first discussion, we paid particular attention to migration and minority groups – encompassed by the intersection/crossing of socio-racial, nationality, class, gender/sex discriminations and inequalities. We will now try to expand this dialogue and examine/compare the contradictions and the difficulties emerging from the exercise of democracy emphasizing the question of ethics or morals, of social justice, of the right to equality and the recognition of plural identities, which can be found mostly within postcolonial studies (subaltern/queer/cultural studies). This initiative will allow us to highlight the tension between affirmative and contested identity boundaries in its fluidity/displacements, also taking into account social actor’s capacity to negotiate and/or relocate identity boundaries as well as to superpose different affiliations.

Based on political, cultural, socio-economic, national/transnational issues of today’s societies we propose to address the following issues (a) the construction and the praxis attached to the notion of citizenship in its multiples dimensions − formal and informal, material and symbolic; (b) the different configurations deployed within the complex and paradoxical debate on multicultural and/or inter-cultural societies around public politics (identity politics); (c) the comparison of strategies of resistance and empowerment underlying the [inter]subjective actions and choices of individuals’ life experiences, of those who are exposed to discrimination, exclusion, stigmatization and marginalization − which underpin the social and cultural invisible citizenship of the most fragile populations in Europe, Africa, Latin America and elsewhere.

Two approaches are proposed:

(I)

How do we ask the question of social and political equality in terms of recognition of the multiple differences that constitutes and give sense to everyday life?  By individual and collective actions many voices are claiming for difference to be recognized (of nationality, of culture, of gender or sexuality), and these requests become more and more pressing when one considers that the traditional social compromise is not compelling. We will ask how to conceive of a democratic and multi-cultural citizenship underlying the hopes of recognition firmly rooted in the individual and in the groups. Beyond the hegemonic approaches, we will inquire how the new perceptions of social life are at present transforming modern societies entangled in a flux of globalization. What are the challenges in terms of politics of equality and identity politics both on the level of the public/governmental initiatives and on the level of the requests of civil society (autonomous institutions, associative world, NGOs) in Europe, in Latin America, in the revolutionary North Africa and elsewhere? How in the new jeux and enjeux de vérités can we conjugate citizenship dignity when it is absent or subalternized by the constraints imposed on women and men, ethnic/racial/sexual or national minorities? What are the new paradigms nowadays and what are the new concerns pointing to the conflicts generated by the social, cultural and political pluralism − and the rising request for equity − which have been re-orientated within the old multicultural and/or intercultural models?  Could we say that the Canadian multicultural model (in its new version of accommodements raisonables) or the English multicultural model (recently redefined by the tenants of the community cohesion) have somehow lost their breath? What should we think of the French and Brazilian republican models (quite different) based on the universal and indivisible ideologies at a time when the assimilation/integration theories − blind to differences − find themselves ever more contested?

(II)

In this second part, we will return to the life experiences of the individuals (very much present in our Journée of January 2012) whom in their everyday lives have to face their powerlessness, the restrictions of their social status, their phenotypic/cultural marks, the ethno-racial stereotypes, their sexual preferences, in short, their invisible citizenship and/or abject visibility (J. Butler): social, cultural and politic. This reading frame draws attention to the [inter]subjective and subjective cognitive process which underlies the paradoxical everyday life experiences of men and women who are stigmatized, disadvantaged and “speechless” − and for whom power relations are more stark. We will inquire about matters of respect and self-esteem. How can we find an authentic relationship to the other, to oneself and to the world? What are the strategies of resistance that social actors articulate in order to create new symbolic and material configurations for self-construction in the contact with the “other”? How could we reinforce Goffman’s postulate on the normal and the stigmatized individuals as perspectives: one and the other representing the mirror of the same: a troubled mirror. How to convey agency (collective/individual) in its decentralized, creative and fluid nature as a source of social actor’s capacity to renovate narrations and contradictory existential spaces? In a transversal logic where the affirmation and the contestation of an identity can be operated by imaginary poles of the same face, displaced and transformed within history and memory, we will analyze the subjective construction of the self and the human hierarchy vis-à-vis nationality, ethnicity, class/status, gender/sex/sexuality and social-racial relations.

Le Groupe FIRA