Archives de catégorie : Actualités

Parution livre : « Couleur de peau et reconnaissance sociale » – Lenita Perrier / L’Harmattan

Parution livre 

Couleur de peau et reconnaissance sociale. L’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris 

Editions L’Harmattan

Au Brésil, l’idéologie de la démocratie raciale a été pendant longtemps un sujet d’orgueil incontesté et le reflet de l’ethos national brésilien. C’est seulement à la fin du 20e siècle que cette idéologie s’est révélée être un mythe et que les Brésiliens ont dû reconnaître que des injustices socio-raciales n’avaient cessé d’affecter la population noire et métisse brésilienne de leur pays. En s’appuyant sur l’expérience vécue par les Brésiliens noirs et métis émigrés à Paris, l’auteure a souhaité prendre en considération la dynamique interculturelle à l’œuvre dans le contexte transnational européen. Elle a observé les processus relationnels dans lesquels ces immigrés pouvaient s’engager en contexte de vie français, afin d’analyser ce que ces processus révélaient des rapports socio-raciaux. L’accent a été mis en particulier sur la subjectivité et l’intersubjectivité de processus cognitifs qui sous-tendent les actions et les choix objectifs de cette population dans le cadre de sa vie quotidienne à Paris. Au-delà des processus d’identification qui, paradoxalement, sont à la fois fluides et marqués, la métamorphose de l’idéologie du métissage à la brésilienne, mise en relief par le contexte français, souligne les aléas du paradigme de couleur au Brésil, comme elle souligne aussi ceux des rapports socio-raciaux dans l’un et l’autre des pays.

Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et membre fondateur du Groupe de Recherche FIRA/Frontières identitaires et Représentations de l’altérité. Elle conduit des recherches sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-raciale de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.

Préface : Patrick Bruneteaux – Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CNRS

TABLE DES MATIÈRES
Remerciements
Préface
 
Introduction
 
I. Histoire : L’identité nationale brésilienne 
 
II. Le cadre théorique : mondes anglo-saxon, français et brésilien 
 
III. Le travail de terrain et la population brésilienne 
 
IV. Les filières de l’immigration 
 
V. Processus d’identitication : du Brésil à la France 
 
VI. Regards croisés sur les constructions et les représentations de l’altérité 
 
Conclusion
 
Bibliografie
ISBN : 978-2-343-08533-3 / avril 2016 / 312 pages

Séminaire Groupe FIRA – MSH Paris Nord (2015-2016)

« Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires »

http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/1968-frontieres-identitaires-et-representations-de-lalterite.html

Dirigé par 

 

Marion Bottero – Docteure, Université de Nanterre, Paris X

Francesca Di Legge – Doctorante, Université Paris VIII

Henrique Caetano Nardi – Professeur à l’Université Fédérale du Rio Grande du Sul/Brésil

Lenita Perrier – Docteure, École des Hautes Études en Sciences Sociales/Paris

 

Résumé 

 

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires

 

Dans la continuité des séminaires 2011-2012 et 2012-2013, organisés au CEAf-EHESS, le groupe de recherche FIRA se propose de reprendre la réflexion et la discussion approfondie des thématiques chères à notre projet de recherche, en collaboration avec la MSH Paris Nord.

Nous nous attachons à explorer, d’une part, les enjeux liés aux constructions et aux représentations identitaires −dans un monde globalisé où les diverses filières migratoires ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques− et d’autre part, l’émergence de mouvements sociaux nationaux et transnationaux dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans un contexte de transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une citoyenneté élargie. Ce monde, chaque fois moins étanche, mais qui construit en même temps des frontières symboliques et matérielles multiples  ̶ telles que des mesures politiques strictes anti-migration ̶  devient un terreau fécond à partir duquel une diversité de voix croisées s’élève contre toutes les formes d’inégalité, d’exclusion et de discrimination. »

 

Pour ce faire, nous nous proposons de focaliser notre réflexion sur la pertinence du cadre théorique développé par Anibal Quijano (1992, 2007) et le concept qu’il a forgé : la colonialité du pouvoir. Selon cet auteur la « race » et le « racisme » ont été, dans un premier temps, élaborés en Amérique et ensuite reproduits dans tout le monde colonisé en tant que fondement de la spécificité des relations de pouvoir entre l’Europe et les populations du reste du monde  ̶ au sein duquel l’idée de modernité a été construite (sa partie la plus obscure). L’idée de race  ̶ hétérogène et construite mentalement ̶  a servi de structure de base universelle et naturalisée de la classification sociale des individus jugés « inférieurs » (non-Européens) et « supérieurs » (Européens), tout en érigeant durablement la « configuration du pouvoir » (« power pattern »). La colonialité du pouvoir définit alors les relations sociales de domination, d’exploration et de conflit résultant de la dispute capitaliste pour le contrôle de quatre domaines : le travail, le sexe, l’autorité, la subjectivité et l’intersubjectivité ̶ chacun(e) avec ses ressources et ses produits. Le racisme, le patriarcat et la sexualité constituant ainsi des axes centraux d’une chaine hétérogène et systématique de la configuration du pouvoir. Le cadre analytique de la colonialité du pouvoir se situe au sein des régimes coloniaux et du système-monde moderne (Wallerstein 1980)  ̶ et en dialogue avec les postulats théoriques des études postcoloniales (Appadurai 2005, 2007 ; Said 1997 ; Bhabha 1990, 1994 ; Spivak 1988). L’articulation des ces courants théoriques portera finalement sur les travaux de Walter Mignolo (2002) qui propose, avec A. Quijano et E. Dussel, la décolonisation de toutes perspectives de connaissance euro-centrées afin de s’ouvrir vers une « géopolitique des connaissances » (Dussel 1977). La « différence épistémique coloniale » saisit le projet d’actualisation du lieu d’énonciation, des narratives historiques et culturelles, de la pensée et de la production du savoir. Le défi du tournant de la décolonialité s’inscrit alors sur la critique et la reconstitution des espaces interstitiels du cadre conceptuel hybride des différences coloniales (Mignolo 2012).

 

Dans ce sillage, nous nous proposons d’approfondir l’analyse des recherches socio-anthropologiques et ethnographiques fondées sur l’expérience vécue, en s’interrogeant sur « la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité où il a rapport à soi » (Foucault 1994). Afin de comprendre l’expérience que nous faisons de nous-mêmes à l’intérieur des jeux de vérités, il est nécessaire de distinguer dans le temps et dans une culture donnée, les discours et les énoncés qui ont effet de vérité, à savoir, comprendre les vecteurs de subjectivation qui permettent de dessiner le diagramme propre à un monde de subjectivation traversé par la pluralité des mouvements identitaires et des discours en dispute (Nardi 2006).

 

Bibliographie (non-exhaustive)

 

APPADURAI, Arjun (2009)) Géographie de la Colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, 208 p.

APPADURAI, Arjun (2005) Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Editions Payot & Rivages, Paris, 326 p. BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p.

BHABHA, Homi K. (1990) Nation and Narration, Routledge, New Delhi, 333 p.

BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p. BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 154 p.

DUSSEL, Enrique (1977) Filosofia ética latinoamericana, Vol. 1, Editorial Edicol.

FOUCAULT, Michel (1994). L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté. In: Defert, D. &   Ewald, F. Dits et Ecrits, Vol. IV. Paris : Gallimard, pp. 708-729.

MIGNOLO, Walter D. (2011) The Darker Side of Western Modernity, Durham: Duke University Press.

MIGNOLO, Walter D. (2002) «The Geopolitics of Knowledge and the Colonial Difference», The South Atlantic Quarterly, IOI-I. Durham: Duke University Press.

NARDI, Henrique  C. (2006) Ética, Trabalho e Subjetividade : trajetórias de vida no contexto das transformações do capitalismo contemporâneo. Porto Alegre : Editora da UFRGS.

QUIJANO, Anibal. ([1992]2007) «Coloniality and Modernity/Rationality», Cultural Studies 21(2): 168-78.

QUIJANO, Anibal (2000) «Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America» Nepantla: Views from South 1.3, Duke Univeristy Press.

QUIJANO, Anibal. (2007) «Questioning ‘Race’», Socialism and Democracy, 21:1, 45-53, Routledge, London. http://dx.doi.org/10.1080/08854300601116704

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Éditions du Seuil, Paris, 422 p.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990) Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1988) Can the Subaltern Speak? Macmillan, 43 pages.

STOLER, Ann Laura. Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press. 2002.

 

Programme des séances du séminaire (à venir)

 

Calendrier du séminaire

 

  • Première séance le 2 décembre de 17h à 19h
  • De janvier à juin : troisième mercredi du mois de 17h à 19h

 

Biographie des chercheurs/organisateurs du séminaire

 

  • Marion Bottero est docteure en anthropologie sociale de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Sa recherche porte sur l’analyse des rapports de pouvoir et de hiérarchie (genre, classe et « race ») dans le contexte des relations amoureuses mondialisées.

 

  • Francesca Di Legge est doctorante en anthropologie de l’Université Paris VIII. Sa recherche porte sur la question raciale en Italie. Elle analyse les processus d’identification nationale et ethnique des Italiens ainsi que la construction d’un discours commun revendiquant une appartenance culturelle et territoriale forte.

 

  • Henrique Nardi est professeur et directeur d’études en Psychologie Sociale et Santé Publique de l‘Université Fédérale du Rio Grande do Sul. Chercheur au CNPq et chercheur associé à l’IRIS-EHESS. Il analyse la constitution de la subjectivité contemporaine à partir de régimes de vérités concernant la santé, le travail, l´éducation ̶ dans une approche intersectionelle (race-classe-genre-sexualité).

 

  • Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Sa recherche porte sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-racial de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.

 

 

Article : Lenita Perrier – « Afro-Brazilians’ life experiences in Paris »

Routledge – Taylor & Francis Online

African and Black Diaspora: An International Journal / Vol. 10, Issue 1, 2017 [2015] Black Paris and the Lived Eperiences of Black Subjects 

Lenita Perrier : « Afro-Brazilians’ life expériences in Paris. Ethno-racial identification and social recognition: new positioning, new negotiation » (pages 35-46)

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17528631.2015.1085667?src=recsys

 

Dossier « Frontières affirmées, frontières contestées – Polis e Psique, Brésil (org. Perrier L., Nardi H., Gruson P.)

Chères et chers collègues,

Nous sommes heureux de vous faire part de la publication en ligne de notre dossier « Frontières affirmées, frontières contestées: citoyennetés, multi/inter-culturalités, subjectivités » dans la revue brésilienne Polis e Psique de l’Université Fédérale du Rio Grande du Sul.

http://seer.ufrgs.br/index.php/PolisePsique/issue/view/2516

A l’issue de ce travail de longue haleine, nous tenons à remercier de leur patiente cooperation tous les chercheurs contributeurs qui ont travaillé avec les membres du groupe FIRA et l’équipe de la revue Polis e Psique et qui ont ainsi permis l’aboutissement de ce projet.

Nous vous remercions de diffuser ce dossier dans vos différents listes et réseaux.

Bien cordialement,

Lenita Perrier, Henrique Nardi, Pascale Gruson

Groupe de Recherche FIRA, IMAF-EHESS

Revue Polis e Psique, UFRGS, Brésil

 

Appel à communication pour la troisième édition Rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines (JCEA 2016)

Cher-e-s collègues,

Le Groupe FIRA a le plaisir de vous annoncer le lancement de l’appel à communication pour la troisième édition Rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines (JCEA) qui se tiendra les 14, 15 et 16 janvier 2016 à Paris.

Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et postdoctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels, dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication ci-joint.

Toute proposition de communication (maximum 500 mots), doit être déposée avant le 15 juillet 2015 à l’adresse suivante:http://jcea2016.sciencesconf.org/

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheur.e.s. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com avant le 15 juillet 2015.

Appel à communication 3e rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Merci de diffuser cet appel auprès de vos réseaux et/ou étudiants.

Cordialement,

Pamela Millet Mouity pour le comité d’organisation

Soutenance thèse Lionel Saporiti, 02 avril 2015 Université de Strasbourg

Lionel Saporiti soutiendra sa thèse en ethno-sociologie intitulée

« Comprendre des vies de plus de dix années dans la rue par une approche biographique menée dans la durée »

Institut Le Bel de Strasbourg (Université de Strasbourg) le jeudi 02 avril à 14h dans la salle Ourisson

La soutenance est publique

Le jury sera composé de Mme. Catherine Delcroix, Professeur à l’Université de Strasbourg (directrice de thèse); M. David Le Breton, Professeur à l’Université de Strasbourg (directeur de thèse); M. Marc-Henry Soulet, Professeur, titulaire de la Chaire de Travail Social et politiques Sociales de l’Université de Fribourg; M. Patrick Bruneteaux, Directeur au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne CNRS/Paris I (rapporteur); M. Cédric Frétigné, Professeur à l’Université de Créteil (rapporteur); Mme Claudia Girola, Maître de conférence à l’Université Paris Diderot.

Résumé :

Ancrée dans une tradition ethnosociologique et dans une perspective compréhensive, cette thèse se fonde sur l’analyse des conditions d’existence de dix hommes « sans domicile » vivant dans la rue hors des circuits d’assistance depuis au moins une dizaine d’années.

L’ambition de cette thèse était de recueillir sur leur lieu de vie, les témoignages de ces hommes qui nourrissent ce paradigme sur la grande « exclusion » ; celui-là même faisant d’eux, ces « inutiles au monde » fréquemment présentés comme des êtres « désocialisés », rétifs à toutes action sociales, sous l’emprise d’une pathologie psychique expliquant leur situation d’(auto) « exclusion ». Il s’agissait ainsi de tenter de briser ces représentations au principe même de cette « individualité négative » pour mieux saisir les tenants mais surtout les aboutissants de telles existences, et pour mieux montrer toutes les logiques en action afin de survivre à leur condition d’existence infrahumaine et aux effets du déclassement portés par ce phénomène de régression sociale.

Pour ce faire et d’un point de vue méthodologique, l’approche biographique a été privilégiée en adoptant la technique du récit de vie répétés agrémentée d’observations in situ. La particularité de la méthode choisie a été d’être engagée sur la durée, souvent sur plusieurs mois, afin d’analyser en détails leurs trajectoires sociales pour au final découvrir, malgré la singularité des personnes et de leurs histoires de vie, cette forme commune de résistance aux interstices de l’espace social. Une résistance fondée sur une renégociation identitaire utilisant des réminiscences d’un passé d’avant la chute, bien présentes dans les discours et dans les actes, pour laisser s’exprimer cette continuité de l’être malgré les circonstances et cette constance à soi salvatrice.

Mots-clefs : « sans domicile », renégotiation identitaire, approche biographique, résistance.

Lettre de remerciements aux intervenants qui ont présenté un poster scientifique lors du colloque international « L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité »

Paris, 27 février 2014

A tous les intervenants qui ont présenté un poster scientifique lors du colloque international de novembre 2014.

Chères amies, chers amis, chers collègues,

Soyez vivement remerciés de votre participation au colloque international que nous avons organisé sur le thème « L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité » les 17 et 18 novembre 2014 à l’IMAF-EHESS, Paris, France.

Nous avons reçu un grand nombre de propositions, toutes d’une grande qualité, mais la durée du colloque d’une journée et demie, a fait que certains chercheurs n’ont pas pu présenter oralement leurs communications.  Nous avons alors proposé la création de posters scientifiques afin de favoriser la formation d’un réseau d’intérêt mutuel et de donner une plus grande visibilité aux travaux forts intéressants des chercheurs qui nous ont envoyé des propositions.

Les posters de Franchesca Di Legge, Joseph Désiré SOM I, Marame Cissé, Anastasie Aboule-Abath, Janaina Figueiredo, Emery Etoughe, Pamela Millet, Doline Raisa Betdji, Sana Ammari, Mborandaa Bengie A’Kiara, ont alors confirmé l’importance de la thématique de l’altérité et des contructions identitaires prises dans ses diverses déclinations. Vos posters ont contribué à la richesse de notre colloque et au-delà à ouvrir un réseau de chercheurs intéressés par la thématique de l’altérité au sein du groupe FIRA.

En espérant pouvoir travailler avec vous dans un avenir proche nous réitérons nos remerciements à chacune et à chacun de vous,

Bien cordialement,

Toute l’équipe du groupe de recherche FIRA – Frontières identitaires et Représentations de l’altérité et de l’IMAF – Institut des mondes africains/EHESS. 

Livre : Anne Unterreiner – « Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités »

Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités

Cet ouvrage analyse de façon comparative les discours identitaires de fils et de filles de couples mixtes en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Quatre aspects sont développés : la transmission au sein de la famille, les liens sociaux, le regard porté par autrui sur soi et les répertoires d’identification nationale mobilisés dans ces trois pays. Anne Unterreiner a mené pour cette enquête une centaine d’entretiens auprès d’individus âgés de 14 à 56 ans, dont les parents sont nés dans des pays différents.

2015

Anne Unterreiner

filet

Domaine : Sciences humaines et sociales | Sociologie

Collection : Le Sens social

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 312 p.

ISBN : 978-2-7535-3614-2

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

Préface de Serge Paugam

  •  Le cadre théorique et méthodologique de recherche
  • Nations, politiques d’intégration et mixité en France, en Allemagne et au Royaume-Uni
  • Les répertoires nationaux d’identification mobilisés en France, en Allemagne et au Royaume-Uni
  • Une identité d’héritier
  • Une identité d’enraciné
  • Une identité d’étranger
  • Une identité au-delà du national
  • Du parcours de vie au parcours d’identification

Presses Universitaires de Rennes – Dernière mise à jour : 16 février 2015

Presses Universitaires de Rennes