Archives de catégorie : Lectures en cours

Appel à communications – Journée d’études FIRA-MSH Paris Nord – 15/06/17

  Appel à communications

 Journée d’études organisée par le groupe de recherche FIRA-MSH Paris Nord, UFRGS/Brésil et l’Université Nationale de Colombie

 Le 15 juin 2017 – 9h/18h

MSH Paris Nord – 20, avenue George Sand – 93210 La Plaine Saint Denis

Les subalternes, peuvent-elles/ils (parler) être écouté-e-s ?

En s’appuyant sur les travaux des séminaires du groupe de recherche FIRA-MSH Paris Nord (2015-2017) ̶ axés sur la décolonisation de toutes perspectives de connaissance euro-centrées ̶  nous nous proposons dans cette journée d’études de continuer à réfléchir et à élargir nos recherches vers une géopolitique des connaissances (E. Dussel). Il s’agit de saisir le projet d’actualisation du lieu d’énonciation, des récits historiques et culturels, de la pensée et de la production du savoir. Dans ce sens, le défi du tournant de la décolonialité s’inscrit sur la critique et la reconstitution des espaces interstitiels du cadre conceptuel hybride des différences coloniales (W. Mignolo).

Repenser les catégories de domination n’implique pas seulement la formulation d’un contre-discours, il s’agit plutôt de créer la possibilité d’un nouveau registre de l’expérience vécue et du savoir situé comme pratique de l’objectivité subalterne/objectivité incarnée (D. Haraway)  ̶ à partir des terrains de recherche. Le terrain, conçu comme un horizon de sens (E. Husserl) dévoile des nouveaux discours qui cherchent à dépasser la structure dialectique faussée du discours dominant. Dans le flux des cultures et des sociétés contemporaines, globalisées et de masse, définies comme paradoxales (S. Hall), émergent de nouveaux cadres théoriques et de nouvelles méthodologies qui défient les structures socio-économique et politique dominantes, ainsi que les prérogatives à caractère normatif de l’académie. Des pratiques en sciences sociales telles les récits de terrain, les récits biographiques, les observations participantes, les auto-ethnographies, les performances queer, les enactement artistiques  ̶ ou encore les études des citoyennetés multiples et des sexualités divergentes au cadre hétéronormatif ̶  permettent alors de re-situer/repositionner et de questionner les catégorisations réductionnistes et/ou binaires (L. Tuhiwai Smith ; J. Butler ; D. Haraway ; S. Hall ; A. Honneth ; W. Mignolo).

En suivant l’avertissement de Audre Lorde : « the master tools will never dismantle the masters’ house », cette journée d’étude se propose d’identifier et d’explorer les contre-discours capables de basculer, traverser et pervertir les centres et les bords du discours impérialiste en proposant un savoir nomade et contingent (A.C. Hostert ; W. Mignolo ; A. Quijano ; E. Dussel). En somme, ceci est une tentative de dépasser l’état de zombification (A.Mbembe) postcolonial en se demandant non seulement si le subalterne peut parler (G.C.Spivak), mais aussi comment et surtout qui veut et peut l’écouter (L.Tuhiwai Smith) ? Autrement dit, nous nous proposons de nous demander non seulement si le subalterne peut parler mais aussi s’il arrive à interpeller concrètement les destinataires de son discours, c’est à dire, qui est-il prêt à l’écouter ?

Deux axes sont proposés :

Axe 1 – Invertir, subvertir : dévoilement de la dialectique faussée du registre dominant

  • Quels outils analytiques des pratiques sociales sont-ils capables de déstabiliser et déconstruire la restauration dialectique des hiérarchies et des récits dominants : delinking (W. Mignolo) ; disidentification (J. E. Munoz) ; subjectivation (M. Foucault) ; desubjectivation (G. Agamben) ; savoir situé (Haraway) ; codage/décodage (S. Hall) ?
  • Quel rôle pour le chercheur : peut-on être chercheur-e et militant-e ? Quelles sont les implications académiques/politiques et/ou personnelles de cet engagement ? A quel point et dans quelles conditions est-il envisageable/permis aux chercheur-e-s de parler à la place des subalternes ? Car, laisser parler, écouter et entendre, consiste tout d’abord à ne pas parler à la place des autres.
  • Quelles sont les limites, les tensions et les conditions symboliques et matérielles de la prise de parole des subalternes ? Les subalternes, sont-elles/ils vraiment écouté-e-s et entendu-e-s ? Qu’en est-il de la capacité d’agir et de la puissance d’agir de l’expression autonome des subalternes ? Quels risques pour cette prise de parole (violence, répression, etc.) : quelle cadre de légitimité réelle au niveau des représentations, de la reconnaissance et du leadership (dirigeant, intellectuel, etc.) ; quelle performativité capable de déconstruire les épistémologies et les pratiques sociales, culturelles et politiques déterminées par la performativité normative des régimes dominants et impérialistes ?

Axe 2 – Pratiques discursives et colonialité(s) du pouvoir, du savoir et de l’être

  • Identification multi-située des espaces de superposition, d’intersection et de transversalité des pratiques discursives décoloniales dans l’analyse des catégories de genre, de sexe, de sexualité, de race, de classe sociale, d’ethnicité et de citoyenneté à l’intérieur des groupes sociaux subalternisés. Quels registres sont-ils possibles pour les pensées et les savoirs frontaliers/borders des expériences vécues dissidentes capables effectivement de déplacer la matrice coloniale en [re]situant et en transformant la colonialité du pouvoir, du savoir et de l’être ?
  • Critique appuyée sur des liens étroits entre les pratiques genrées et le system patriarcal afin de repérer les cadres normatifs déterminés par les idéologies patriarcales de contrôle et de domination capitaliste euro-centrée/impérialiste dans le contexte décolonial. Critique de la perspective moderne [inter]subjective du « sujet » (raison/âme/esprit) et du « corps » (object) comme territoire de domination capitaliste d’une part, et de résistance et de lutte d’autre part. Comment développer une conscience discursive éthique, émancipatrice, trans-moderne et responsable du vivre ensemble global-local (glocal) à la fois créative et pédagogique ?
  • Dans un contexte de transformation des relations de pouvoir et de crise civilisatrice, quels discours et contre-discours peuvent-ils être identifiés, construits ou déconstruits vis-à-vis des pouvoirs hégémoniques ? Quelle généalogie hégémonique, anti-hégémonique ou contre-hégémonique dans l’espace-temps culturel, territoriale et sociopolitique dans la construction de nouvelles rationalités souhaitables et opérationnelles ?

Calendrier 

Réception des résumés/date limite : 15 avril 2017

Résultat de la sélection des propositions : 30 avril 2017

Réception des communications : 30 mai 2017

Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou anglais (max.une page), avec une brève biographie indiquant le centre de rattachement et les recherches en cours. Les communications portant sur des données empiriques sont particulièrement les bienvenues, ainsi que les matériels audio-visuels et/ou performances.

Contact : Lenita Perrier lperrier@msh-paris.fr

Organisateurs : Marion BOTTERO (Paris X, MSH) ; Francesca DI LEGGE (Paris 8, MSH) ; Maica GUGOLATI (EHESS/IMAF, MSH) ; Roque Urbieta HERNANDEZ (EHESS/CERMA) ; Henrique NARDI (UFRGS/Brésil, IRIS-EHESS, MSH) ; Lenita PERRIER (EHESS, MSH) ; Oscar QUINTERO (Universidad Nacional de Colombia, IRD-URMIS, MSH).

Comité Scientifique : Rachele BORGHI (Sorbonne, Paris IV) ; Marion BOTTERO (Université Paris X, MSH), Philippe COLIN (Université de Limoges) ; Pascale GRUSON (EHESS/CEMS) ; Sébastien LEFÈVRE (Université Gaston Berger Saint Louis/Sénégal) ; Henrique NARDI (UFRGS/Brésil, IRIS-EHESS, MSH) ; João Pacheco de OLIVEIRA (Museu Nacional, UFRJ, Brésil) ; Lenita PERRIER (EHESS, MSH), Oscar QUINTERO (Universidad Nacional de Colombia, IRD-URMIS, MSH) ; Lionel SAPORITI (Université de Strasbourg).

Quelques références non exhaustives ayant orienté notre refléxion :

AGAMBEN, Giorgio (1995) Homo sacer. Il potere sovrano e la nuda vita, Torino: Einaudi

ANZALDUA, Gloria (1981) Borderlands / La Frontera, The New Mestiza, San Francisco, Aunt lute books.

APPADURAI, Arjun (2009)) Géographie de la Colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Éditions Payot & Rivages.

APPIAH, Kwame A.; GATES Jr. Henry Louis (1999) Africana: The Encyclopedia of the African and African-American Experience, Basic Civitas Books.

BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY.

BORGHI, Rachele, « Post-Porn », Rue Decartes, 3/2013 (N° 79), p.29-41.

BOTTERO, Marion (2015) Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie, Paris : Éditions L’Harmattan.

BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 154 p.

COLIN, Philippe (2014) « Penser l’envers obscur de la modernité : une anthropologie de la pensée décoloniale latinoaméricaine », EHIC-Espaces Humaines et Interactions Culturelles, Université de Limoges.

CORNWALL Andrea, EDWARDS, Jenny (2010) “Introduction: Negotiating Empowerment”, IDS Bulletin, Vol.41, Inst. of Development Studies, Blackwell Publishing Ltd., Oxford.

DIJK, van Teun, (2002) “Discourse and Racism”, in David T. Goldberg & John Solomos (EDS.) A companion to racial and ethnic studies, Oxford: Blackwell, pp.145-159.

DUSSEL, Enrique (1977) Filosofia ética latinoamericana, Vol. 1, Editorial Edicol.

FOUCAULT, Michel (1994). L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté, in Defert, D. & Ewald, F. Dits et Ecrits, Vol. IV. Paris : Gallimard, pp. 708-729.

GOFFMAN, Erving (1968) Stigma: Notes on the management of spoiled identity, Harmondsworth (Mddx.), USA, Penguin Books.

HADOT, Pierre (1981) Exercices Spirituelles et Philosophie Antique, Paris : Etudes augustiniennes.

HALL, Stuart (1992) “What is This ‘black’ in Black Popular Culture?”, edited by Gina Dent, Black Popular Culture, 20–333. Seattle: Bay Press.

HARAWAY, Donna (1998) “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.

HONNETH, Axel (2008 [2006]) La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Paris : Éditions La Découverte.

HOSERT, Anna Camaiti (2007) Passing. A Strategy to Dissolve Identities and Remap Differences, Madison, Farleigh Dickinson University Press.

HUSSERL, Edmund (1907) L’idée de la Phénoménologie : Cinq leçons, Paris : PUF, 1970.

LORDE, Audre G. (1984) “The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House”. Sister Outsider: Essays and Speeches. Ed. Berkeley, CA: Crossing Press. 110- 114. 2007.

MBEMBE, Achille (2001) On the Postcolony, University of California Press.

MIGNOLO, Walter (2011) Geopolitics of Sensing and Knowing, Transversal, Vol. 08, See: http://eipcp.net/transversal/0112/mignolo/en

MUNOZ, José Esteban (1999) Disidentifications: Queers Of Color And The Performance Of Politics, (Cultural Studies of the Americas, Vol 2) Minneapolis, London: University of Minnesota Press.

NARDI, Henrique C. (2006) Ética, Trabalho e Subjetividade : trajetórias de vida no contexto das transformações do capitalismo contemporâneo. Porto Alegre : Editora da UFRGS.

PERRIER, Lenita (2016) Couleur de peau et reconnaissance sociale. L’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris, Paris : Éditions L’Harmattan.

QUIJANO, Anibal. ([1992]2007) “Coloniality and Modernity/Rationality”, Cultural Studies 21(2): 168-78.

QUIJANO, Anibal (2000) “Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America” Nepantla: Views from South 1.3, Duke Univeristy Press.

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Paris : Éditions du Seuil.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1988) Can the Subaltern Speak? Macmillan.

STOLER, Ann Laura (2002) Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press.

TUHIWAI SMITH, Linda (2012) Decolonizing Methodologies, Research and Indigenous People, London, New York: Zed Books.

2-appel-2017

 

Parution livre : « Couleur de peau et reconnaissance sociale » – Lenita Perrier / L’Harmattan

Parution livre 

Couleur de peau et reconnaissance sociale. L’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris 

Editions L’Harmattan

Au Brésil, l’idéologie de la démocratie raciale a été pendant longtemps un sujet d’orgueil incontesté et le reflet de l’ethos national brésilien. C’est seulement à la fin du 20e siècle que cette idéologie s’est révélée être un mythe et que les Brésiliens ont dû reconnaître que des injustices socio-raciales n’avaient cessé d’affecter la population noire et métisse brésilienne de leur pays. En s’appuyant sur l’expérience vécue par les Brésiliens noirs et métis émigrés à Paris, l’auteure a souhaité prendre en considération la dynamique interculturelle à l’œuvre dans le contexte transnational européen. Elle a observé les processus relationnels dans lesquels ces immigrés pouvaient s’engager en contexte de vie français, afin d’analyser ce que ces processus révélaient des rapports socio-raciaux. L’accent a été mis en particulier sur la subjectivité et l’intersubjectivité de processus cognitifs qui sous-tendent les actions et les choix objectifs de cette population dans le cadre de sa vie quotidienne à Paris. Au-delà des processus d’identification qui, paradoxalement, sont à la fois fluides et marqués, la métamorphose de l’idéologie du métissage à la brésilienne, mise en relief par le contexte français, souligne les aléas du paradigme de couleur au Brésil, comme elle souligne aussi ceux des rapports socio-raciaux dans l’un et l’autre des pays.

Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et membre fondateur du Groupe de Recherche FIRA/Frontières identitaires et Représentations de l’altérité. Elle conduit des recherches sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-raciale de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.

Préface : Patrick Bruneteaux – Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CNRS

TABLE DES MATIÈRES
Remerciements
Préface
 
Introduction
 
I. Histoire : L’identité nationale brésilienne 
 
II. Le cadre théorique : mondes anglo-saxon, français et brésilien 
 
III. Le travail de terrain et la population brésilienne 
 
IV. Les filières de l’immigration 
 
V. Processus d’identitication : du Brésil à la France 
 
VI. Regards croisés sur les constructions et les représentations de l’altérité 
 
Conclusion
 
Bibliografie
ISBN : 978-2-343-08533-3 / avril 2016 / 312 pages

Séminaire Groupe FIRA – MSH Paris Nord (2015-2016)

« Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires »

http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/1968-frontieres-identitaires-et-representations-de-lalterite.html

Dirigé par 

 

Marion Bottero – Docteure, Université de Nanterre, Paris X

Francesca Di Legge – Doctorante, Université Paris VIII

Henrique Caetano Nardi – Professeur à l’Université Fédérale du Rio Grande du Sul/Brésil

Lenita Perrier – Docteure, École des Hautes Études en Sciences Sociales/Paris

 

Résumé 

 

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires

 

Dans la continuité des séminaires 2011-2012 et 2012-2013, organisés au CEAf-EHESS, le groupe de recherche FIRA se propose de reprendre la réflexion et la discussion approfondie des thématiques chères à notre projet de recherche, en collaboration avec la MSH Paris Nord.

Nous nous attachons à explorer, d’une part, les enjeux liés aux constructions et aux représentations identitaires −dans un monde globalisé où les diverses filières migratoires ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques− et d’autre part, l’émergence de mouvements sociaux nationaux et transnationaux dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans un contexte de transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une citoyenneté élargie. Ce monde, chaque fois moins étanche, mais qui construit en même temps des frontières symboliques et matérielles multiples  ̶ telles que des mesures politiques strictes anti-migration ̶  devient un terreau fécond à partir duquel une diversité de voix croisées s’élève contre toutes les formes d’inégalité, d’exclusion et de discrimination. »

 

Pour ce faire, nous nous proposons de focaliser notre réflexion sur la pertinence du cadre théorique développé par Anibal Quijano (1992, 2007) et le concept qu’il a forgé : la colonialité du pouvoir. Selon cet auteur la « race » et le « racisme » ont été, dans un premier temps, élaborés en Amérique et ensuite reproduits dans tout le monde colonisé en tant que fondement de la spécificité des relations de pouvoir entre l’Europe et les populations du reste du monde  ̶ au sein duquel l’idée de modernité a été construite (sa partie la plus obscure). L’idée de race  ̶ hétérogène et construite mentalement ̶  a servi de structure de base universelle et naturalisée de la classification sociale des individus jugés « inférieurs » (non-Européens) et « supérieurs » (Européens), tout en érigeant durablement la « configuration du pouvoir » (« power pattern »). La colonialité du pouvoir définit alors les relations sociales de domination, d’exploration et de conflit résultant de la dispute capitaliste pour le contrôle de quatre domaines : le travail, le sexe, l’autorité, la subjectivité et l’intersubjectivité ̶ chacun(e) avec ses ressources et ses produits. Le racisme, le patriarcat et la sexualité constituant ainsi des axes centraux d’une chaine hétérogène et systématique de la configuration du pouvoir. Le cadre analytique de la colonialité du pouvoir se situe au sein des régimes coloniaux et du système-monde moderne (Wallerstein 1980)  ̶ et en dialogue avec les postulats théoriques des études postcoloniales (Appadurai 2005, 2007 ; Said 1997 ; Bhabha 1990, 1994 ; Spivak 1988). L’articulation des ces courants théoriques portera finalement sur les travaux de Walter Mignolo (2002) qui propose, avec A. Quijano et E. Dussel, la décolonisation de toutes perspectives de connaissance euro-centrées afin de s’ouvrir vers une « géopolitique des connaissances » (Dussel 1977). La « différence épistémique coloniale » saisit le projet d’actualisation du lieu d’énonciation, des narratives historiques et culturelles, de la pensée et de la production du savoir. Le défi du tournant de la décolonialité s’inscrit alors sur la critique et la reconstitution des espaces interstitiels du cadre conceptuel hybride des différences coloniales (Mignolo 2012).

 

Dans ce sillage, nous nous proposons d’approfondir l’analyse des recherches socio-anthropologiques et ethnographiques fondées sur l’expérience vécue, en s’interrogeant sur « la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité où il a rapport à soi » (Foucault 1994). Afin de comprendre l’expérience que nous faisons de nous-mêmes à l’intérieur des jeux de vérités, il est nécessaire de distinguer dans le temps et dans une culture donnée, les discours et les énoncés qui ont effet de vérité, à savoir, comprendre les vecteurs de subjectivation qui permettent de dessiner le diagramme propre à un monde de subjectivation traversé par la pluralité des mouvements identitaires et des discours en dispute (Nardi 2006).

 

Bibliographie (non-exhaustive)

 

APPADURAI, Arjun (2009)) Géographie de la Colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, 208 p.

APPADURAI, Arjun (2005) Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Editions Payot & Rivages, Paris, 326 p. BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p.

BHABHA, Homi K. (1990) Nation and Narration, Routledge, New Delhi, 333 p.

BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p. BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 154 p.

DUSSEL, Enrique (1977) Filosofia ética latinoamericana, Vol. 1, Editorial Edicol.

FOUCAULT, Michel (1994). L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté. In: Defert, D. &   Ewald, F. Dits et Ecrits, Vol. IV. Paris : Gallimard, pp. 708-729.

MIGNOLO, Walter D. (2011) The Darker Side of Western Modernity, Durham: Duke University Press.

MIGNOLO, Walter D. (2002) «The Geopolitics of Knowledge and the Colonial Difference», The South Atlantic Quarterly, IOI-I. Durham: Duke University Press.

NARDI, Henrique  C. (2006) Ética, Trabalho e Subjetividade : trajetórias de vida no contexto das transformações do capitalismo contemporâneo. Porto Alegre : Editora da UFRGS.

QUIJANO, Anibal. ([1992]2007) «Coloniality and Modernity/Rationality», Cultural Studies 21(2): 168-78.

QUIJANO, Anibal (2000) «Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America» Nepantla: Views from South 1.3, Duke Univeristy Press.

QUIJANO, Anibal. (2007) «Questioning ‘Race’», Socialism and Democracy, 21:1, 45-53, Routledge, London. http://dx.doi.org/10.1080/08854300601116704

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Éditions du Seuil, Paris, 422 p.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990) Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1988) Can the Subaltern Speak? Macmillan, 43 pages.

STOLER, Ann Laura. Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press. 2002.

 

Programme des séances du séminaire (à venir)

 

Calendrier du séminaire

 

  • Première séance le 2 décembre de 17h à 19h
  • De janvier à juin : troisième mercredi du mois de 17h à 19h

 

Biographie des chercheurs/organisateurs du séminaire

 

  • Marion Bottero est docteure en anthropologie sociale de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Sa recherche porte sur l’analyse des rapports de pouvoir et de hiérarchie (genre, classe et « race ») dans le contexte des relations amoureuses mondialisées.

 

  • Francesca Di Legge est doctorante en anthropologie de l’Université Paris VIII. Sa recherche porte sur la question raciale en Italie. Elle analyse les processus d’identification nationale et ethnique des Italiens ainsi que la construction d’un discours commun revendiquant une appartenance culturelle et territoriale forte.

 

  • Henrique Nardi est professeur et directeur d’études en Psychologie Sociale et Santé Publique de l‘Université Fédérale du Rio Grande do Sul. Chercheur au CNPq et chercheur associé à l’IRIS-EHESS. Il analyse la constitution de la subjectivité contemporaine à partir de régimes de vérités concernant la santé, le travail, l´éducation ̶ dans une approche intersectionelle (race-classe-genre-sexualité).

 

  • Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Sa recherche porte sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-racial de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.

 

 

Dossier « Frontières affirmées, frontières contestées – Polis e Psique, Brésil (org. Perrier L., Nardi H., Gruson P.)

Chères et chers collègues,

Nous sommes heureux de vous faire part de la publication en ligne de notre dossier « Frontières affirmées, frontières contestées: citoyennetés, multi/inter-culturalités, subjectivités » dans la revue brésilienne Polis e Psique de l’Université Fédérale du Rio Grande du Sul.

http://seer.ufrgs.br/index.php/PolisePsique/issue/view/2516

A l’issue de ce travail de longue haleine, nous tenons à remercier de leur patiente cooperation tous les chercheurs contributeurs qui ont travaillé avec les membres du groupe FIRA et l’équipe de la revue Polis e Psique et qui ont ainsi permis l’aboutissement de ce projet.

Nous vous remercions de diffuser ce dossier dans vos différents listes et réseaux.

Bien cordialement,

Lenita Perrier, Henrique Nardi, Pascale Gruson

Groupe de Recherche FIRA, IMAF-EHESS

Revue Polis e Psique, UFRGS, Brésil

 

Parution livre : Marion Bottero, « Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie », l’Harmattan

« Tu me ramèneras une petite thaïlandaise ? » est sans doute la réflexion que l’on m’a le plus adressée lors de mon départ sur le terrain thaïlandais. Tout est dit : la représentation fantasmée des Thaïlandaises, leur objetisation, leur disponibilité, ainsi que l’intérêt du voyage. Avec le développement des échanges mondialisés, les interactions sexuelles et/ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus fréquentes. A travers l’étude comparative des relations entre Occidentaux et Thaïlandais ou Malaisiens ce livre explique comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Si en Thaïlande les femmes issues d’une classe défavorisée peuvent espérer une certaine assurance financière, dans le pays voisin les femmes d’un milieu aisé souhaitent accéder à davantage de liberté face à l’emprise de la culture et de la religion locales. Ce désir de l’autre cache souvent chez les Occidentaux un rejet des dites « valeurs occidentales », notamment l’égalité des sexes, et une volonté de retour vers des valeurs considérées plus « stables », « traditionnelles » et « hiérarchisées ». L’auteur démontre ainsi comment les interactions amoureuses mondialisées sont un instrument de valorisation du capital et un moyen de redéfinir les hiérarchies sociales.

Marion Bottero est Docteure en ethnologie de l’Université de Nanterre. Elle a effectué sa thèse de Doctorat, basée sur un terrain de trois ans en Malaisie et en Thaïlande, sur le thème des échanges amoureux et sexuels à travers le prisme du pouvoir, du genre et de la mondialisation.

Editions l’Harmattan

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47086

Lenita Perrier – REALIS – Revista de Estudos AntiUtilitaristas e PosColoniais

Article : Lenita Perrier

Novembre 2014

« Race, genre et sexualité. La mise à l’épreuve des représentations identitaires des femmes brésiliennes noires et métisses à Paris »

 

 v. 4, n. 1 (2014)
Capa da revista
Este trabalho está licenciado sob uma Licença Creative Commons Attribution 3.0 .

ISSN: 2179-7501