Archives de catégorie : Séminaire MSH Paris Nord

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires

Séminaire Groupe FIRA – MSH Paris Nord (2015-2016)

« Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires »

http://www.mshparisnord.fr/fr/actualites/manifestations-scientifiques/item/1968-frontieres-identitaires-et-representations-de-lalterite.html

Dirigé par 

 

Marion Bottero – Docteure, Université de Nanterre, Paris X

Francesca Di Legge – Doctorante, Université Paris VIII

Henrique Caetano Nardi – Professeur à l’Université Fédérale du Rio Grande du Sul/Brésil

Lenita Perrier – Docteure, École des Hautes Études en Sciences Sociales/Paris

 

Résumé 

 

Réflexion croisée sur les constructions et les représentations identitaires

 

Dans la continuité des séminaires 2011-2012 et 2012-2013, organisés au CEAf-EHESS, le groupe de recherche FIRA se propose de reprendre la réflexion et la discussion approfondie des thématiques chères à notre projet de recherche, en collaboration avec la MSH Paris Nord.

Nous nous attachons à explorer, d’une part, les enjeux liés aux constructions et aux représentations identitaires −dans un monde globalisé où les diverses filières migratoires ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques− et d’autre part, l’émergence de mouvements sociaux nationaux et transnationaux dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans un contexte de transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une citoyenneté élargie. Ce monde, chaque fois moins étanche, mais qui construit en même temps des frontières symboliques et matérielles multiples  ̶ telles que des mesures politiques strictes anti-migration ̶  devient un terreau fécond à partir duquel une diversité de voix croisées s’élève contre toutes les formes d’inégalité, d’exclusion et de discrimination. »

 

Pour ce faire, nous nous proposons de focaliser notre réflexion sur la pertinence du cadre théorique développé par Anibal Quijano (1992, 2007) et le concept qu’il a forgé : la colonialité du pouvoir. Selon cet auteur la « race » et le « racisme » ont été, dans un premier temps, élaborés en Amérique et ensuite reproduits dans tout le monde colonisé en tant que fondement de la spécificité des relations de pouvoir entre l’Europe et les populations du reste du monde  ̶ au sein duquel l’idée de modernité a été construite (sa partie la plus obscure). L’idée de race  ̶ hétérogène et construite mentalement ̶  a servi de structure de base universelle et naturalisée de la classification sociale des individus jugés « inférieurs » (non-Européens) et « supérieurs » (Européens), tout en érigeant durablement la « configuration du pouvoir » (« power pattern »). La colonialité du pouvoir définit alors les relations sociales de domination, d’exploration et de conflit résultant de la dispute capitaliste pour le contrôle de quatre domaines : le travail, le sexe, l’autorité, la subjectivité et l’intersubjectivité ̶ chacun(e) avec ses ressources et ses produits. Le racisme, le patriarcat et la sexualité constituant ainsi des axes centraux d’une chaine hétérogène et systématique de la configuration du pouvoir. Le cadre analytique de la colonialité du pouvoir se situe au sein des régimes coloniaux et du système-monde moderne (Wallerstein 1980)  ̶ et en dialogue avec les postulats théoriques des études postcoloniales (Appadurai 2005, 2007 ; Said 1997 ; Bhabha 1990, 1994 ; Spivak 1988). L’articulation des ces courants théoriques portera finalement sur les travaux de Walter Mignolo (2002) qui propose, avec A. Quijano et E. Dussel, la décolonisation de toutes perspectives de connaissance euro-centrées afin de s’ouvrir vers une « géopolitique des connaissances » (Dussel 1977). La « différence épistémique coloniale » saisit le projet d’actualisation du lieu d’énonciation, des narratives historiques et culturelles, de la pensée et de la production du savoir. Le défi du tournant de la décolonialité s’inscrit alors sur la critique et la reconstitution des espaces interstitiels du cadre conceptuel hybride des différences coloniales (Mignolo 2012).

 

Dans ce sillage, nous nous proposons d’approfondir l’analyse des recherches socio-anthropologiques et ethnographiques fondées sur l’expérience vécue, en s’interrogeant sur « la manière dont le sujet fait l’expérience de lui-même dans un jeu de vérité où il a rapport à soi » (Foucault 1994). Afin de comprendre l’expérience que nous faisons de nous-mêmes à l’intérieur des jeux de vérités, il est nécessaire de distinguer dans le temps et dans une culture donnée, les discours et les énoncés qui ont effet de vérité, à savoir, comprendre les vecteurs de subjectivation qui permettent de dessiner le diagramme propre à un monde de subjectivation traversé par la pluralité des mouvements identitaires et des discours en dispute (Nardi 2006).

 

Bibliographie (non-exhaustive)

 

APPADURAI, Arjun (2009)) Géographie de la Colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, 208 p.

APPADURAI, Arjun (2005) Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Editions Payot & Rivages, Paris, 326 p. BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p.

BHABHA, Homi K. (1990) Nation and Narration, Routledge, New Delhi, 333 p.

BHABHA, Homi K. (1994) The Location of Culture, Routledge, London and NY, 408 p. BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 154 p.

DUSSEL, Enrique (1977) Filosofia ética latinoamericana, Vol. 1, Editorial Edicol.

FOUCAULT, Michel (1994). L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté. In: Defert, D. &   Ewald, F. Dits et Ecrits, Vol. IV. Paris : Gallimard, pp. 708-729.

MIGNOLO, Walter D. (2011) The Darker Side of Western Modernity, Durham: Duke University Press.

MIGNOLO, Walter D. (2002) «The Geopolitics of Knowledge and the Colonial Difference», The South Atlantic Quarterly, IOI-I. Durham: Duke University Press.

NARDI, Henrique  C. (2006) Ética, Trabalho e Subjetividade : trajetórias de vida no contexto das transformações do capitalismo contemporâneo. Porto Alegre : Editora da UFRGS.

QUIJANO, Anibal. ([1992]2007) «Coloniality and Modernity/Rationality», Cultural Studies 21(2): 168-78.

QUIJANO, Anibal (2000) «Coloniality of Power, Eurocentrism and Latin America» Nepantla: Views from South 1.3, Duke Univeristy Press.

QUIJANO, Anibal. (2007) «Questioning ‘Race’», Socialism and Democracy, 21:1, 45-53, Routledge, London. http://dx.doi.org/10.1080/08854300601116704

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Éditions du Seuil, Paris, 422 p.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990) Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1988) Can the Subaltern Speak? Macmillan, 43 pages.

STOLER, Ann Laura. Carnal Knowledge and Imperial Power: Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press. 2002.

 

Programme des séances du séminaire (à venir)

 

Calendrier du séminaire

 

  • Première séance le 2 décembre de 17h à 19h
  • De janvier à juin : troisième mercredi du mois de 17h à 19h

 

Biographie des chercheurs/organisateurs du séminaire

 

  • Marion Bottero est docteure en anthropologie sociale de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. Sa recherche porte sur l’analyse des rapports de pouvoir et de hiérarchie (genre, classe et « race ») dans le contexte des relations amoureuses mondialisées.

 

  • Francesca Di Legge est doctorante en anthropologie de l’Université Paris VIII. Sa recherche porte sur la question raciale en Italie. Elle analyse les processus d’identification nationale et ethnique des Italiens ainsi que la construction d’un discours commun revendiquant une appartenance culturelle et territoriale forte.

 

  • Henrique Nardi est professeur et directeur d’études en Psychologie Sociale et Santé Publique de l‘Université Fédérale du Rio Grande do Sul. Chercheur au CNPq et chercheur associé à l’IRIS-EHESS. Il analyse la constitution de la subjectivité contemporaine à partir de régimes de vérités concernant la santé, le travail, l´éducation ̶ dans une approche intersectionelle (race-classe-genre-sexualité).

 

  • Lenita Perrier est docteure en anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Sa recherche porte sur les représentations et l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris et les processus d’identification sociale et ethno-racial de cette population dans le contexte migratoire transnational européen.