Plinio W. Prado Jr.

Vous trouverez ci-joint une petite bibliographie concernant Plinio W. Prado Jr., Professeur de Philosophie, qui nous a fait un exposé tout à fait original, pédagogue et très intéressant sur le parcours de l’Ecole de Francfort.

Nous tenons également à votre disposition son essai sur Habermas, Lyotard (et Adorno), où il est question en filigrane de l’héritage, aujourd’hui, de ladite école de Francfort (le différend Habermas / Adorno), t intitulé « Ce que parler veut dire : communication et différend ».

Bien amicalement,

Lenita Perrier

P.W. PRADO – Notice biographique

Agenda de Travail – 28 janvier 2011

1)      Définir titre thématique.

2)     Niveau théorique : Une problématique d’ensemble qui soit poussée vers un regard analytique sur la diversité – les rapports sociaux, raciaux, de genre, de sexe, etc.  Spinoza/Hegel/Touraine : le « vivre ensemble ».

3)      Affiner l’hypothèse avancée par Byasdeb sur le concept de « classe », groupes sociaux, etc. (Cf. Althusser).

4)      Attention de ne pas pousser trop loin la recherche des traits distinctifs pour éviter le « politiquement correct ».

5)      Poser les questions de fond pour qu’on puisse faire évoluer utilement la discussion.

6)    Pascale Gruson propose la lecture de quelques ouvrages généralistes : (a) Pierre Bouretz, D’un ton guerrier en philosophie. Habermas, Derrida & Co., 2011 ; (b) Marx Weber, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme ; (c) Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Ed. du Cerf, 2000, Les pathologies de la liberté : une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel, Ed. La Découverte, 2008 et La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Ed. La Découverte, 2008 ; (d) Paul Ricœur, De la reconnaissance. Pour la réunion de février, les travaux d’Axel Honneth on été retenus.

Compte rendu de la réunion du 28 janvier 2011. Étaient présents Pascale, Henrique, Ulrike, Zubeida, Helena, Patricia et Lenita.

La notion d’identité doit-elle apparaître dans le titre thématique ?

Ulrike : La notion d’identité est très vaste. Je pense que classe, genre, discrimination raciale et citoyenneté sont des termes qui se trouvent en quelques sortes englobées par la notion d’identité. Zubeida, Helena et Lenita partagent le même avis.

Henrique : Je ne travaille pas avec le concept d’identité en soi mais plutôt avec l’idée de subjectivation (Freud) et je pense qu’il y a une utilisation du concept d’identité, à l’instar des travaux du Cultural Studies (Stuart Hall), qui sont proches d’une idée de fluidité. Dans le domaine de la psychologie sociale le concept d’identité est très compliqué. Ce concept se rapporte à l’idée d’identité fixe, cohérente, un peu liée à une certaine intériorité et une certaine essence subjective. Et comme je suis à l’opposé de cela j’évite les concepts. Actuellement je travaille avec ce que j’appelle « des changements à l’intérieure du dispositif de la sexualité ». Dans un contexte où les gouvernements de l’Amérique Latine commencent à travailler avec des politiques identitaires liées aux politiques d’égalité de genre, de race (séparées des politiques identitaires indigènes). Et, dernier dans l’agenda, le droit lié à la sexualité et/ou la diversité sexuelle. Cela s’inscrit dans un projet républicain d’où l’idée serait de capturer le monde identitaire, c’est-à-dire, il faut être reconnu par l’Etat à partir de « certaines identités » pour y avoir des droits spécifiques. Enfin, pour ma part je pense qu’il faudrait bien définir ce concept afin de savoir de quelle identité on est en train de parler.

Zubeida : Elle souligne que, dans son travail, elle fait une distinction entre les identités collectives d’une part et les identités individuelles d’autre part.

Helena : Elle s’interroge sur l’expression « Études Croisées ». Est-ce que cette notion s’applique au croisement des différents champs de recherche (genre, race, classe) ou faut-il trouver une formule qui, elle,  rendrait compte de cette articulation de façon ouverte ?

Pascale : Le titre proposé est trop long, il met les différentes recherches les unes à côté des autres sans dégager de points communs. Il faut peut-être trouver une formule aphoristique qui désigne ces points communs. Il faut peut-être travailleur autour des « frontières identitaires » et après on essayera de repérer la richesse du contenue de chaque recherche et ce qui se dessine à partir de là, les informations qu’elles apportent. On doit penser aussi que ce concept porte l’idée de repli identitaire lié parfois à l’idée du « politiquement correct ».

Lenita : Elle suggère la lecture de l’article de Roger Brubaker, Au-delà de l’Identité, et celle de Fredrik Barth, Ethnic Groups and Boundaries (pour une meilleure compréhension de la notion de « frontière » dans le contexte barthien).

Quels sont les points convergents des différentes recherches ?

Henrique : Je pense aussi que si on part de l’idée de « frontière identitaire » on pourrait après ajouter quelque chose comme les enjeux politiques ou les revendications sociales. Il y a dans les études de genre au sein des études postcoloniales une approche conceptuelle qui met ensemble l’idée de classe, genre, race, etc. C’est le concept d’intersection qui essaye d’éviter l’isolement des concepts et des sujets de recherche.

Patricia : On doit travailler les points avancés dans les lignes directrices de notre projet et élaborer ensemble un texte de recherche solide. Je pense que le titre thématique devrait venir après ce travail de longue haleine sur les différentes recherches et les points de croisement. On pourrait demander un autre résumé à chaque chercheur sur les recherches et les approches …

Lenita (Henrique) : Dans cette première phase l’idée était de résumer les grandes lignes des différents travaux de chacun et chacune pour mettre en regard les points communs. Ceci ayant été fait, nous devons maintenant avancer et poser un certain nombre des questions à partir de ces résumés, puis trouver des « points convergentes » ou divergents avec d’autres recherches.

Pascale : Par exemple on peut reprendre les questions de classe : Est-ce qu’on doit parler de « classe » ou « non-classe » ? Est-ce que le rapport de domination passe par des rapports de classe ou par des rapports qui sont autre que des rapports de classe ? Par ailleurs les résumés soulignent une gamme de problèmes extrêmement contemporains : de l’urbanisme en Algérie au quartier d’Anger, des groupes particuliers sont définis qui se trouvent dans des rapports d’anomie, ou de dominant/dominé. Enfin, je crois qu’il faut repérer ce qui donne lieu à une idée un peu généraliste du type : Qu’est-ce que la reconnaissance sociale ? Il y a des clarifications à faire qui sont intéressantes sur le plan généraliste de tous ces sujets qu’il faut problématiser, qu’il faut les traiter, qu’il faut les mettre sur le devant de la scène sous une forme forte d’interrogation concitoyenne. Il faudrait voir ce qui nécessite des données généralistes d’abord et ensuite ce qui nécessite des données informatifs, descriptifs.

Henrique : Il faudrait éviter les concepts qui aplatissent afin de faire ressortir ce qui ressemble, les similarités, mais aussi les singularités.

Lenita : Suggère une réflexion sur les « inégalités » dans nos sociétés de façon générale à partir d’un aphorisme fort banalisé : «  Pourquoi certains sont plus égaux que les autres ? »

Lenita Perrier

 

Compte rendu de la réunion du 18 février 2011

Étaient présents : Pascale, Patricia, Helena, Nora et Lenita.

  • Journée d’Etudes (Janvier 2012)

Ceux qui sont prêts à faire une communication ? Chercheurs du groupe en France, chercheurs du groupe outre-mer ? Inviter d’autres chercheurs en France/ailleurs ? La priorité est donnée à tous les chercheurs du groupe qui sont alors vivement invités à nous proposer des communications. Nous devons, bien évidement, inviter aussi d’autres chercheurs extérieurs au groupe. Les membres du groupe habitant outre-mer doivent se préparer à payer le déplacement car pour l’instant nous n’avons pas d’argent pour les frais de voyage et de logement. En espérant que cela viendra…

Définir la thématique centrale de la journée d’études. Pour l’heure, nous avons retenu le titre « Frontières Identitaires » et la suggestion de Patricia pour le sous-titre « discriminations, mobilités, lieux ». Mais, nous nous sommes mis d’accord pour que ce titre soit retouché en fonction des communications et autres suggestions.

Organisatrices : Pascale et Lenita

Comité Scientifique : Jean Hebrard (à confirmer), Patricia Sampaio (confirmé), Pascale Gruson (confirmé), Joao Pacheco de Oliveira (à confirmer), Henrique Nardi (confirmé)

  • Séminaire du groupe pour la rentrée 2011

Nous envisageons un séminaire de 2 heures (à discuter) et mensuel

Titre du Séminaire (?) Pas encore décidé

Niveau requis : Tous les niveaux

Nous allons préparer le résumé de la thématique du séminaire et puis passer par le processus administratif de l’EHESS au mois d’avril. Cela devait être élaboré évidement à partir du projet de recherche en construction.

  • Notre website on line

Texte de présentation du groupe, travail graphique et mise en page, style, couleurs, logo, agenda d’activités, bibliothèque des travaux des chercheurs membres du groupe, mais aussi un espace avec d’autres articles et d’autres publications pertinentes à notre projet de recherche. Il y a-t-il un dispositif de sécurité pour que le groupe puisse discuter on line en sécurité ?

Equipe Responsable : Helena, Zubeida (?) Helena a confirmé son engagement et elle doit nous apporter plus d’informations. Elle nous a proposé de penser à un blog – blogspot – qui est d’ailleurs gratuit. Nous nous devons donc d’essayer de nous concentrer à chercher le meilleur site/blog pour notre groupe.

  • Partenaire scientifique/autres :

Le CRAN : Lenita doit contacter Pap Ndiaye. Helena nous a alertés sur le fait que le CRAN est une association et serait peut-être mal placé dans le rôle de partenaire scientifique. Malgré cet avis judicieux, je propose d’établir le contact pour en savoir plus.

La revue Diasporiques – Lenita doit contacter Philippe Lazar

Ulrike = les associations antillaises/françaises, autres ?

Zubeida = les associations Kurdes/Iraquiennes ?

Lenita/Helena = L’Ambassade/Consulat du Brésil/ autres ?

Henrique/Joao Pacheco = CNPq, Museu Nacional, Université du RGS, Fundaçao Palmares. ?

Oscar = Université de Colombie/associations noires/autres en Colombie ?

Pascale = Les associations françaises, les centres de recherche/autres ?

Angela = Université de Manchester/ONGs britanniques/autres ?

Byasdeb = Université/associations en India/autres ?

Cynthia Tolentino = Les associations américaines ?  (Cynthia devait peut-être nous joindre…)

Nora = Les associations maghrébines/autres ?

  • « Charte de Principes Ethiques »

En chantier … « Le respect de l’autre, l’empathie, l’écoute » …

Equipe Responsable : Tous !! On doit la mettre dans notre website pour la construire avec la participation de tous…

Nous avons terminé la séance du 18 février avec un très bon exposé de Patricia Sampaio sur le livre d’Axel Honneth : « La société du mépris ».

Pour cette même séance, nous nous proposons d’inviter un intervenant extérieur dans le sens d’approfondir la discussion sur le parcours de l’Ecole de Francfort. Ensuite Nora Bouaouina nous parlera brièvement du quartier huppé d’Alger : le quartier d’Hydra. Ces communications doivent nous aider à réfléchir sur le lien entre la théorie critique de l’Ecole de Francfort, les travaux empiriques exposés par Nora, et la pertinence des travaux d’Axel Honneth à l’heure actuelle.

Nous allons prochainement mettre online une copie du chapitre 7 du livre d’Axel Honneth : « Invisibilité : sur l’épistémologie de la « reconnaissance ».

Lenita Perrier