Lionel Saporiti : Séminaire Centre d’études africaines/FIRA, le 2 avril 2013

Lionel Saporiti (Université de Strasbourg)

Les récits de vie élaborés dans la rue : une méthode d’enquête et d’analyse des processus identitaires en action chez des individus sans domicile fixe

Lors de la précédente journée d’étude, nous nous étions attachés à présenter les processus participant à une reconstruction identitaire de survie en marche chez des individus sans domicile fixe et en lien avec leur position dans le social ; un processus montrant toutes les logiques d’action mises en œuvre pour faire encore partie de ce « tout » afin de lutter contre ce phénomène de distanciation – d’exclusion – engendré par un positionnement social atypique, à l’extérieur de frontières symboliques elles-mêmes issues de cette « conscience collective ».

À l’occasion de ce séminaire, nous souhaiterions approfondir les hypothèses de notre recherche faite auprès de personnes sans abri, en montrant toute la dimension sociale que peut dégager ce type d’existences, et qui se dévoile à travers la construction de récits de vie et la réalisation d’observations faites sur le terrain en proximité avec cet autre qu’ils incarnent au sens simmelien du terme.

Nous verrons en fonction des éléments synchroniques et diachroniques qui dessinent ces trajectoires sociales, les manières de « dire » décelées dans les discours constitutives d’une reconstruction identitaire de survie, auxquelles s’ajoutent dans certains cas les observations in situ de manières de « faire » en lien avec l’histoire de ces individus permettant l’élaboration de véritables « récits de pratiques » montrant la réactivation d’acquis antérieurs dont certains font preuve, afin de résister aux conditions extrêmes d’une existence dans la rue. Un type de procédé qui vient accentuer davantage ce processus de reconstruction identitaire présent chez l’ensemble des personnes rencontrées.

De manière plus générale il s’agira de mettre en perspective, l’importance dans notre travail de la prise en compte du « fait social total » et son aspect « tri-dimensionnel » pour l’appréhension et la compréhension de ces existences caractérisées par leur position interstitielle dans l’espace social et synonyme de résistance.

Projection et conférence de F-X Pelletier, documentaire « les invisibles de Belo Monte »: 28 mars/université de Tours

Suite à la journée d’étude organisée par le laboratoire CITERES sur le thème « Cinéma et mobilisations: démarches filmiques citoyennes et films documentaires militants », le réalisateur F-X Pelletier présentera son documentaire intitulé « les invisibles de Belo Monte ».
Université de Tours, jeudi 28 mars à 17h30, amphi C sur le site des Tanneurs.
Pour en visionner un extrait: https://www.youtube.com/watch?v=KPA-hxW8e_s

LA CRITIQUE TV DE TÉLÉRAMA DU 01/12/2012

En plein coeur de l’Amazonie brésilienne, la Volta Grande recèle l’un des biotopes les plus riches du monde. Ses forêts primaires et ses eaux peuplées d’espèces endémiques abritent des Indiens qui vivent en osmose avec la nature. Ce jour-là, un tapir paresse sur une branche et des hommes cueillent des fruits. Quand soudain, miracle, il neige des fleurs blanches dans la jungle. Vision béatifique avant l’apocalypse. Depuis 2011, un projet risque d’anéantir ce patrimoine inestimable : la construction d’un barrage hydroélectrique sur le Rio Xingu menace d’inonder 160 000 hectares et de déraciner 40 000 familles vivant sur les rives du fleuve.

« Le Belo Monte est une succession d’inégalités, d’ignorance et de mauvaise foi, au détriment d’un environnement humain, animal, végétal et minéral », s’insurge d’une voix blanche François-Xavier Pelletier, le regard vissé à l’objectif. C’est à notre conscience qu’il s’adresse. Ethnologue et cinéaste, ce spécialiste des civilisations amazoniennes ne cache pas son désespoir ni sa colère. Il dénonce un combat perdu d’avance entre « un vampire qui suce le sang de la terre » et « les derniers garants d’un paradis perdu ». David contre ­Goliath… Voilà des mois que pêcheurs et riverains subissent la pression de Norte Energie, le consortium à l’origine du chantier. Contemplatif et militant, ce film poignant suit le quotidien des « invisibles de Belo Monte » pour mieux sublimer leur élément naturel. On dirait que le temps s’est arrêté. Mais jusqu’à quand ?

Eléonore Colin

source: http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/les-invisibles-de-belo-monte,44862264,critique.php)