Lettre aux intervenants du Colloque International « L’altérité et l’identité à l’épreuve de l’altérité »

Paris, 26 novembre 2014

A tous les intervenants du Colloque International du 17 et 18 novembre 2014.

Chères amies, chers amis, chers collègues,

Soyez vivement remerciés de votre participation active au Colloque International que nous avons organisé sur le thème « L’altérité et les identités à l’épreuve de la fluidité« .

Grâce à vos interventions, toutes passionnantes, ce colloque a été très riche et une réussite. Les exposés et les débats qui ont suivi ont confirmé l’importance de vos approches exigeantes des études sur l’altérité et les identités.

Nous reprendrons contact prochainement une fois décidé sur les possibilités de publication d’un dossier spécial des articles tirés de notre colloque. En tout cas, nous vous confirmons que faute d’une publication papier nous procéderons à la publication dans une revue en ligne.

A bientôt donc, et encore merci à chacune et à chacun de vous,

Bien cordialement,

Toute l’équipe du groupe de recherche FIRA – Frontières identitaires et Représentations de l’altérité 

et l’IMAF-Institut des mondes africains/EHESS.

Lenita Perrier – REALIS – Revista de Estudos AntiUtilitaristas e PosColoniais

Article : Lenita Perrier

Novembre 2014

« Race, genre et sexualité. La mise à l’épreuve des représentations identitaires des femmes brésiliennes noires et métisses à Paris »

 

 v. 4, n. 1 (2014)
Capa da revista
Este trabalho está licenciado sob uma Licença Creative Commons Attribution 3.0 .

ISSN: 2179-7501

Biographies Intervenants/es – Colloque « L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité – les 17 et 18 novembre 2014

(Profil) – Biographies Intervenants/es

Hélène Quashie est doctorante en anthropologie sociale à l’IMAF-EHESS et travaille sur les questions d’ethnicisation et de stratification sociale en contextes mondialisés. Elle s’intéresse aux thématiques des migrations, du tourisme et des politiques patrimoniales en Afrique subsaharienne.

Zoé Adamest militante et étudiante au laboratoire CECILLE de l’Université de Lille 3. Après des études d’histoire de l’art, elle est doctorante et sa recherche porte sur les croisements entre art contemporainset pratiques queers.

Camille Lagarde-Belleville est doctorante en Sciences du langage à l’université de Montpellier III. Elle travaille sur l’analyse de discours, en adoptant une approche énonciative et praxématique et s’intéresse particulièrement aux notions de stéréotypes et catégorisations au sein de corpus médiatiques et numériques.

Wenjue Zhangest artiste et chercheuse. Elle est doctorante en arts plastiques et science de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille avec la photographie et la performance, et son travail de recherche porte sur les questions de genre, de race, de sexualité et d’identité. A travers la mise en scène de soi de ses autoportraits, elle propose une nouvelle identité par delà le dualisme.

Klara Hellebrandovaest doctorante en Sociologie. Membre du laboratoire IRIS, jeune chercheuse du Groupe Interdisciplinaire des Etudes de Genre de l’Université Nationale de Colombie. Jeune chercheuse dans le projet « Citoyennetés plurielles, Genre et Participation Politique » (ECOS Nord /France, Colombie).

Henrique Caetano Nardi est médecin et docteur en Sociologie. Il est professeur et directeur d´études, 3ème cycle, au Département de Psychologie Sociale à l’Université Fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS). Il est également chercheur au CNPq/Brésil, chercheur associé à l’IRIS-EHESS et Membre du groupe FIRA. Il est actuellement Directeur de l’Institut de Psychologie à l’UFRGS. Ses recherches portent notamment sur la sociologie du travail, la santé, l’éducation et la démocratie sexuelle. 

Benoît Carteront est ethnologue, maître de conférences à l’Université Catholique de l’Ouest Angers – LUNAM et membre du laboratoire Espace et Sociétés (ESO) Angers UMR 6590. Ses recherches en Nouvelle-Calédonie depuis 2005 abordent le lien entre l’affirmation des identités culturelles et l’émergence d’un sentiment d’appartenance commune ou nationale.

Yoann Lopezest docteur en sociologie, il a réalisé une thèse traitant du surgissement de la question noire en France en 2005. Il est associé au Centre Emile Durkheim et poursuit actuellement ses recherches sur les identités noire et antillaise combinées aux thématiques des mouvements culturels, de la reconnaissance et de la justice sociale tout en étant consultant au sein du cabinet d’études Pollen Conseil (Paris).

João Pacheco de Oliveira est anthropologue et professeur titulaire du programme de post-graduation en anthropologie sociale du Museu Nacional de l’Université Fédérale du Rio de Janeiro. Il a travaillé sur les Indios Tikuna dans la région de l’Amazonie et sur l’histoire et la culture des peuples indigènes du nord-est brésilien. Il a publié divers ouvrages sur l’ethnologie, l’histoire indigène, les territoires ethniques, les politiques publiques et le droit. Il a été président de l’Association Brésilienne d’Anthropologie, l’ABA, et il est actuellement coordinateur de la Commission des questions indigènes de l’ABA.livros et curateur des Collections ethnographiques du Museu Nacional. Il est membre du groupe FIRA.

Nathalie Thieryest maître de conférences au Département Carrières sociales de l’IUT de Ville d’Avray-Saint-Cloud – Nanterre, Membre statutaire du Centre de Recherches Education et Formation (CREF, EA 1589) dans l’équipe Education familiale et interventions sociales auprès des familles (EFIS) à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Pascal Politanski est maître de conférences à l’Université de Strasbourg et sociologue au Laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société), EA 4660. Il est enseignant-chercheur à l’ESPE de Strasbourg où il a exercé les fonctions de directeur adjoint, il forme également les cadres des organismes du travail sanitaire et social. Ses recherches portent sur la sociologie des institutions et en particulier sur l’école, ses acteurs et professionnalités.

Laure Pairet est maître de conférences à l’Université de Picardie et spécialiste en analyses de données textuelles au Centre de Recherche sur l’Industrie, les Institutions, et les Systèmes Economiques d’Amiens (CRIISEA, UPRES EA n° 3098). Ses recherches portent sur l’usage et la dimension sémantique du vocabulaire à partir de corpus variés : acteurs en gestion des entreprises, travailleurs frontaliers, acteurs de l’école. Son travail s’attache notamment à décrypter l’apparition des discours sur les nouveaux média tels que le web.

Jean-Paul Villette est maître de conférences à l’Université de Strasbourg et spécialiste en analyses de données exploratoires au Bureau d’Economie Théorique et Appliquée (BETA, UMR 7522 du CNRS). Mathématicien de formation, son travail à la Faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg l’amène à développer ses recherches en Statistique Exploratoire (Analyse des Données) pour l’aide à la Décision. Ses études ont été développées à partir de données collectées dans des domaines variés : les pôles de compétitivité, les acteurs de l’école, les transports urbains, etc.

Monique Bitoun est Présidente du collectif « Place-aux-femmes-d’Aubervilliers ». Elle est agrégée d’allemand et a enseigné dans des établissements de l’enseignant secondaire en Seine Saint Denis. Son activité de militante politique l’a amené à s’engager et à lutter de différentes manières pour les droits des femmes. Elle est également très impliquée dans l’Association Auberbabel, association qui défend la diversité linguistique en organisant des repas linguistiques et une chorale multilingue.

Oscar Quinteroest docteur en sociologie de l’Université Rennes 2. Il est actuellement professeur assistant du département de sociologie de l’Université Nationale de Colombie. Il a été boursier du gouvernement Français et de l’Institut de Recherche pour le Développement et il est Membre du groupe FIRA. Ses recherches portent principalement sur l’enseignement supérieur et l’altérité, notamment les études sur les inégalités de classes sociales à partir de l’idée de race et de genre.

Boris Adjemian est docteur en histoire (EHESS/Université de Naples), chercheur affilié à l’IMAf il est actuellement conservateur de la bibliothèque arménienne de la fondation Nubar, à Paris. Ses recherches portent sur l’histoire de la Corne de l’Afrique, l’histoire des diasporas et de l’immigration, l’histoire et la mémoire des présences arméniennes en Éthiopie et à Jérusalem.

Lyang Kim est doctorante à l’IMAF-EHESS. Sa thèse porte sur la question d’habiter à la frontière dans une approche typologique. Elle réalise et produit des films documentaires sur le même thème, à partir d’une expérience de terrain dans des villages frontaliers (entre la Corée du Sud et la Corée du Nord ; entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan). Son premier film, Dream House by the Border, a été présenté dans des nombreux festivals internationaux ; le second, Resident Forever, est en cours de production.

PROGRAMME COMPLET Colloque International « L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité » – 17 et 18 novembre 2014

Colloque International – 17 et 18 novembre 2014

Groupe de Recherche FIRA, IMAF–Institut des mondes Africains/EHESS (site Raspail), Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil)

105 Boulevard Raspail, Amphithéâtre François Furet, PARIS – France

« L’ALTÉRITÉ ET L’IDENTITÉ A L’ÉPREUVE DE LA FLUIDITÉ »

 Programme

Lundi 17 novembre

9h – Réception des participants

9h10 – Mot de bienvenue de Lenita Perrier (IMAF-EHESS, FIRA) et d’Henrique Caetano Nardi (UFRGS, IRIS-EHESS, FIRA)

9h15/9h25 – Ouverture du Colloque par Rémy Bazenguissa Ganga (IMAF-EHESS) et Jean Paul Colleyn (IMAF-EHESS)

Séance I – 9h25/12h30

Le corps, le soi et l’autre : la construction de la subjectivité à l’épreuve de la fluidité

Président de séance : Lionel Saporiti (University of Strasbourg, FIRA, France)

Discutant : Eric Fassin (Université Paris-8 Vincennes Saint-Denis, IRIS-EHESS)

9h25/9h50 – Hélène Quashie (IMAF-EHESS)

« La ‘blanchité’ au miroir de l’africanité : constructions sociales urbaines d’une assignation identitaire peu explorée (Sénégal) »

Contrairement à la notion de « blackness », celle de « blanchité » fait l’objet de peu de recherches académiques. Elle constitue pourtant une matrice ethnicisée fortement mobilisée. Ses logiques épousent des contours transnationaux, révèlent des stigmates spécifiques dans l’expression sociale des différences, et brouillent par endroits les frontières Nord-Sud. Les assignations « ethniques » ne circulent pas seulement de l’Occident vers l’Ailleurs : il apparaît indispensable d’analyser leurs constructions en miroir dans les mondes sociaux contemporains globalisés, qui oscillent entre crispations et labilités identitaires. Dans cette communication, nous interrogerons de manière transversale le face-à-face « Noir-Blanc » au sein de la société urbaine dakaroise (Sénégal), à partir de l’expatriation européenne et de migrations universitaires nord-américaines. Le concept de « blanchité » dépassant les réalités du phénotype physique, nous nous pencherons parallèlement sur les catégorisations sociales et les hiérarchies de classe qu’il construit localement au miroir de l’« africanité ».

9h50/10h15 – Zoé Adam (Université de Lille 3, France)

« Des identités en résistance : entre violence destructive et nouveaux canons »

Les identités transgenres se définissent au-delà des dictats hétéro-normatifs afin d’explorer d’autres possibles. Les identités entrent alors en résistance, jouant avec la production des genres pour en construire des contre-stéréotypes. Le risque c’est qu’apparaissent de nouveaux canons venant à leur tour normaliser ces identités. Les représentations artistiques de ces identités nouvelles répondent à des stratégies différentes. Chez les uns, leur représentation passe par une violence esthétique caractéristique d’une grande partie du courant queer. Ce qui amène la question de la destruction des canons pour en faire naitre de nouveaux. Chez les autres, au contraire, la représentation des identités marginales passe par la « classicisation ». Si cela permet d’ouvrir les normes sans les détruire, n’y perd-t-on pas la dimension subversive si essentielle au queer ? L’enjeu sera alors d’étudier ces tensions entre identités de genre stéréotypées et constructions de contre-stéréotypes.

10h15/10h40 – Camille Lagarde (Université Paul-Valéry, Montpellier 3, France)

« Le Même et l’Autre en gazouillis : du rôle de Twitter dans le processus de stéréotypisation ethnique »

Au sein d’un corpus constitué de tweets, produits en contexte sportif, nous faisons appel à une approche énonciative et praxématique, et mobilisons des outils d’analyse conversationnelle afin de souligner les tendances en termes de représentations des identités ethniques véhiculées sur la plate-forme Twitter. L’analyse des discours numériques permet de mobiliser des notions pensées par la Praxématique, notamment celle de dialectique du Même et de l’Autre, à l’œuvre dans les processus de stéréotypisation ethnique. La culture du « buzz » sur Internet façonne le jeu allant de la mention d’une identité à l’exposition d’énoncés stigmatisants, le réseau social pointant la prise en compte des positionnements des locuteurs exposés sur la scène publique ; le but est alors de montrer l’intérêt pour le chercheur de mobiliser les réseaux sociaux dans un environnement d’expression forte d’identités, dessinant, en discours, les conceptions de ce Même … et surtout de cet Autre.

10h40/10h55 – Pause café

10h55/11h20 – Wenjue Zhang (Université Paris 1, Panthéon Sorbonne, France)

« Nudité performée et identité mise en scène »

Le déguisement a une forte présence dans ma pratique artistique, les blanches, l’arabe, la noire, l’asiatique, Olympia noire, le modèle, show girl, etc. Je performe « les autres », mais je suis ce que je performe – « les autres ». Je considère leurs différences comme ma propre différence, qu’elle soit culturelle, raciale ou sexuelle. Mais grâce à cette identité performative, je n’ai jamais une identité stable et fixe façonnant mon corps comme une imitation sans original, construisant une identité mouvante par delà le dualisme des identités sexuelles, raciales et hiérarchiques, afin de déstabiliser les codes dominants. En utilisant des images sexuelles explicites et érotisées, mettant en lumière le désir et le plaisir, ma position féministe postmoderne me permet de revendiquer un corps puissant et utopique, afin de questionner les représentations dominantes du genre, de la race, de la sexualité, des classes sociales, et bien d’autres marqueurs corporels, cela afin de reconstituer une politique non sexiste, non raciste.

11h20/11h45 – Klára Hellebrandová (IRIS-EHESS)

« Des corps ‘noirs’ aux corps ‘Afro’? : genre et sexualité dans la construction de l’identité urbaine racialisée (le cas des jeunes afrodescendant(e)s de Bogotà) »

Dans cette communication, à partir d’une perspective intersectionnelle et se basant sur les travaux du « black feminism », j’analyserai les discours et l’expérience des jeunes femmes et hommes afrodescendant(e)s de Bogotà (Colombie),  en identifiant les différents stéréotypes raciaux sexualisés et les stéréotypes sexuels racialisés. Je chercherai à montrer ces jeunes hommes et femmes non seulement en tant que victimes de ces stéréotypes, mais également en tant qu’agents(es) qui les transforment ou les reproduisent. Je me concentrerai notamment sur les corps qui agissent en tant que dépositaires et vecteurs des normes raciales et de genre mais aussi en tant qu’un fort moyen de résistance. Ceci impliquera, entre autres, de m’intéresser à l’esthétique « Afro » et à sa mise en œuvre, de même qu’aux relations sexuelles et amoureuses mises à l’épreuve par cette nouvelle identité urbaine racialisée.

11h45/12h30 – Débat

12h30/14h – Déjeuner

Séance II – 14h00/17h

Enjeux politiques : minorités et frontières identitaires   

Présidente de séance : Katia Machado (Sorbonne Nouvelle/Paris 3, FIRA, France)

Discutante : Emmanuelle Kadya Tall (IMAF-EHESS)

14h00/14h25 – Henrique Caetano Nardi (Université Fédérale du Rio Grande du Sul/Brésil, FIRA, IRIS-EHESS)

« Le projet d’État Social au Brésil et l’inégalité structurelle : la légitimité sociale de l’agenda antidiscriminatoire au regard des minorités ».

L’objectif de ma présentation est de situer le diagramme des rapports de pouvoir et des jeux de vérités concernant la légitimité sociale de l’agenda politique par rapport à la diversité des identités sexuelles et des identités de genre au Brésil. L’analyse des politiques publiques récentes montre qu’après la redémocratisation du pays en 1986, la Constitution, dite citoyenne, a établie le socle d’un agenda antidiscriminatoire concernant l’inégalité raciale, le sexisme, la question indigène et, depuis 2004, l’hétérosexisme. Cet agenda est inséré dans un projet d’État Social qui a dressé un chantier de programmes sociaux afin de combattre et faire face aux inégalités structurelles. Même si l’on observe une discontinuité de l’appui du gouvernement fédéral entre la période du Président Lula et de la Présidente Dilma Rousseff, des réseaux des services et des programmes visant à lutter contre les discriminations aux niveaux des municipalités et des États ont été créés. Cette thématique a pris de l’ampleur dans les débats électoraux de 2014, l’analyse des énoncés structurant ces débats permettra de mettre en exergue le clivage moral (et politique) qui caractérise la société brésilienne.

14h25/14h50 – Benoît Carteron et Estelle Laboureur (Université Catholique de l’Ouest Angers/LUNAM, France)

« Se définir Caldoche et Métis en Nouvelle-Calédonie : complexité identitaire et clivages politiques »

Longtemps occulté, le métissage concerne désormais tous les groupes en Nouvelle-Calédonie. Pour autant, il peine à devenir un élément unifiant les habitants du pays. Pourtant affichée par les individus et idéal des discours publics, la catégorie de Métis ne s’associe pas à une communauté, a fortiori comme culture de créolisation Kanak/non-Kanak. Ceci au profit de catégories ethniques officialisées par les institutions et l’usage courant, devenues un instrument politique qui prolonge les clivages, occulte les dynamiques de recomposition des groupes ainsi que la complexité et la fluidité des identités individuelles. S’appuyant sur des enquêtes par entretiens, il s’agit de mettre en lumière les ambivalences liées à l’appartenance au pays chez les descendants d’Européens. Source de tensions, l’identité caldoche butte entre autres sur la reconnaissance d’un métissage associé à la domination européenne. Comment les personnes se situent-elles, entre une affirmation identitaire défensive et une réflexion ouverte sur la complexité des appartenances ?

 14h50/15h15 – Yoann Lopez (EHESS, Centre Émile Durkheim, France)

« L’expérience de la condition noire face à la fluidité des identités noires »

 En prenant comme cas d’étude la « révélation » de la question noire en France en 2005, l’objectif de cette communication est de réfléchir aux conditions, aux enjeux et à l’impact de l’affirmation de l’existence d’une communauté noire, ainsi que de la re-valorisation de l’identité noire dans une société traditionnellement colour-blind. Plus globalement, il conviendra de penser l’émergence de l’expérience minoritaire dans la sphère publique. Il s’agira ici d’analyser la construction identitaire réalisée par le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) d’une part et par différentes « poches » issues de la communauté antillaise d’autre part ; celles-ci rejetant la formation du CRAN et sa thèse soutenant la réalité d’une communauté noire française incluant la population antillaise. Nous lirons alors le mouvement culturel initié par le CRAN au prisme de logiques d’actions esquissant une expérience sociale de la condition noire au sein desquelles s’opposerait une pluralité d’identités « noires ».

15h15/15h30 – Pause café

15h30/15h55 – João Pacheco de Oliveira (Université Fédérale du Rio de Janeiro/Brésil, Museu Nacional, FIRA)

« Le discours de la pacification : la construction d’une altérité discriminée dans le Brésil contemporain » 

L’usage qui est fait actuellement de la catégorie de « pacification » par les médias, dans le cadre des politiques publiques et de conversations quotidiennes, cause un grand inconfort chez les ethnologues et les historiens. La naturalisation de l’association systématique de cette catégorie aux segments actuels de la population urbaine marqués par la pauvreté et la stigmatisation raciale surprend et préoccupe. En proposant de réfléchir sur les usages passés et présents de cette catégorie, cette communication met en contraste les modalités d’établissement de frontières entre populations et territoires. La gouvernance, tout comme le propre exercice de régulation de la domination, suppose la construction d’un « autre » au travers de catégories amplement partagées et utilisées par les acteurs sociaux en présence. Pour comprendre ce processus de formation d’altérité, deux domaines de recherches en anthropologie et en sciences humaines  ̶ lesquels dialoguent rarement entre eux ̶  sont mis en connexion, comme c’est le cas des études ethnologiques et de celles abordant les périphéries urbaines. Cette connexion nous permettra d’avancer des hypothèses sur les modalités de la construction de l’altérité dans le contexte brésilien, combinant une démarcation rigide des frontières ethniques avec certains aspects plus fluides et subjectifs.

15h55/17h00 – Débat

17h30 – Buffet de réception

Mardi 18 novembre

Séance III – 14h00/19h

Resistance et critique de l’espace institutionnel : entre fluidité et solidité

Président de séance : Isabelle Lacroix (CREVAJ, ENAP, Montréal)

Discutant : Marc Bessin (IRIS-EHESS)

14h00/14h25 – Nathalie Thiery (Université Paris-Ouest-Nanterre/CREF, France)

« Identité et altérité : les représentations des enfants noirs dans les albums pour la jeunesse »

Cette communication porte sur les représentations de l’enfant noir dans les albums de fiction pour la jeunesse, publiés depuis 1980. Cette étude montre que la thématique de l’histoire, le vocabulaire employé, les images  ̶ différents selon la date de parution des albums et les contextes de la narration ̶  font apparaître des figures multiples de l’enfant noir. En contexte occidental, une couleur de peau foncée (cependant rarement nommée) est souvent associée à des problématiques spécifiques. Les autres caractéristiques notamment ethnoculturelles, des personnages noirs, y sont gommées tandis qu’elles abondent dans les autres contextes, parfois même à la limite du stéréotype. Dans une période où les processus d’identification se complexifient en devenant plus mouvants, l’apport de ces albums pour tous les petits lecteurs est à interroger en termes d’image de soi et de reconnaissance de l’autre, notamment dans leur histoire personnelle et familiale, leurs conditions de vie ou leurs habitudes particulières.

14h25/14h50 – Pascal Politanski, Laure Pairet, Jean-Paul Villette & Monique Bitoun  (Université de Strasbourg, Université de Picardie – Jules Verne, France)

« Le Café, un espace institutionnel et médiatique subversif ? Une analyse des discours autour de l’exemple des mobilisations du Collectif ‘Place aux femmes’ d’Aubervilliers »

Le Café fait figure d’espace oscillant entre sphère privée et sphère publique. Ce territoire institutionnel refait son apparition sur le terrain des luttes entre genres. La naissance du « Collectif-place-aux-femmes-d’Aubervilliers » illustre ce phénomène. Cet espace est redevenu un endroit où les femmes ont été amenées à réagir afin de revendiquer à travers leur place, l’application de leurs droits en matière d’égalité. La transmission du message du Collectif a fait tâche d’huile. Certes, les médias classiques évoquent ces mobilisations qui amènent ces « féministes » à labelliser les cafés, mais l’information est très vite récupérée par des sites web qui la détournent au profit de thèses racistes (anti-arabes) et à un nationalisme qui « réduit » la dimension de citoyen(ne) à celle « de résident dit de souche ». Dans ce contexte, les militantes du « Collectif-place-aux-femmes-d’Aubervilliers » continuent d’agir afin de faire évoluer le message en alliant harmonieusement identité et altérité !

14h50/15h15 – Oscar Quintero (Universidad Nacional de Colombie, FIRA)

« Le racisme euphémisé à l’université : l’expérience vécue des étudiants noirs à Paris »

L’université en France est parfois considérée comme le dernier bastion de l’universalisme  républicain, soit une institution capable de résister à la constante fluidité des sociétés contemporaines. Cependant, les dynamiques sociales ont contribué à une diversification de la population des étudiants issus de classes sociales, de genre et d’identification ethno-raciale hétérogènes. D’autre part, les universités ne sont pas complètement préparées à faire face et à répondre à ces nouvelles demandes d’éducation. Cette communication a pour but de présenter une réflexion issue d’une recherche achevée portant sur les discriminations et le racisme vécu par les étudiants dits « noirs » des universités en région parisienne. Nous essayons de montrer que, malgré la prégnance de l’idéologie universaliste, le racisme est bel et bien présent dans les universités et qu’il se manifeste d’une façon plutôt euphemisée, proche (mais pas toujours similaire) du colorblind racism des Etats-Unis. Ce racisme se manifeste par des mécanismes de discrimination qui produisent des difficultés pour les étudiants et leurs projets éducatifs, et par l’accumulation des inégalités liées aux origines sociales et à la racialisation des étudiants.

15h15/15h30 – pause café

15h30/15h55 – Boris Adjemian (IMAF-EHESS)

« Entre färändj et habäsha, les Aeméniens en Éthiopie au XXé  siécle. Comment écrire l’histoire d’un entre-deux identitaire »

Au début du xxe siècle les immigrants arméniens en Éthiopie n’étaient pas considérés comme des färändj, c’est-à-dire des « Francs » ou des « Blancs », mais occupaient une place indécise entre étranger et autochtone. L’étude de la genèse de cet entre-deux, tant matériel qu’idéel, révèle l’incidence des contextes historiques sur les parcours et les choix des individus, et sur leur affiliation à un « Nous » collectif. Elle amène à s’interroger sur l’efficacité heuristique d’une notion d’identité qui tient couramment lieu de catégorie d’analyse dans les sciences humaines et sociales. Il apparaît plus fécond de penser les mobilités sociales déployées par ces immigrants et leurs descendants en termes d’espaces de sociabilités, de champs du possible des relations humaines, dans un sens qui se rapproche du concept de configuration de Norbert Elias, afin de mettre en lumière la sédimentation historique et sociale de positionnements réputés ambivalents et longtemps demeurés insaisissables.

15h55/17h – Débat et conclusion du colloque

Rémy-Bazenguissa Ganga (IMAF-EHESS)

João Pacheco de Oliveira (UFRJ/Museu Nacional/Brésil, FIRA)

Henrique Caetano Nardi(UFRGS, Brésil/FIRA, IRIS-EHESS)

Film (89’)

17h00/18h30 – Lyang Kim (IMAF-EHESS)

« Dream House by the Border »  / « Maison de rêve à la frontière »

Le film établit le lien entre la mémoire collective et la mémoire personnelle des habitants qui vivent tout près de la DMZ, sous contrôle militaire, et leur lente installation dans un lieu de vie. C’est la dictature Park qui a pris l’initiative de défricher ces terres vers la fin des années 60, afin de sortir le pays de la famine ; ce plan de sauvetage a pris pour modèle les kibboutzim israéliens. Fille d’un Coréen originaire du Nord, la réalisatrice est en quête de l’identité liée au lieu: le film commence par les frontières invisibles de l’espace européen et enchaîne sur le désespoir du père dans son pays natal, manifesté par son ennui de parler devant la caméra de sa fille. Le film poursuit par une série de variations, sur les témoignages des habitants de villages de la DMZ, présentés dans un cadrage frontal et rigoureux et montés en parallèle avec une description de leur intérieur.

18:30 – Débat avec la réalisatrice Lyang Kim

Remerciements/mot de clôture : Jean-Paul Colleyn (IMAF-EHESS)

Argumentaire – : 

Ce colloque se propose d’approfondir l’analyse des processus d’identification mis en tension dans les situations sociales d’hybridité et d’ambivalence. Les constructions identitaires sont au centre des problématiques sociétales contemporaines. De ce fait, on observe que certains remparts s’élèvent face à la fluidité des liens sociaux et intimes, ou encore à l’individualisme accru. L’un d’entre eux consiste, dans certains contextes, à se tourner vers des valeurs plus traditionnelles. Des espaces sociaux proposant des cadres de référence identitaires plus solides et fortement hiérarchisés peuvent alors s’imposer, que ce soit dans l’espace social, au sein de la famille ou du couple. Quels peuvent être ces diverses manifestations, parfois contradictoires, de recherche de structures traditionnelles, et comment s’accommodent-elles, ou pas, aux différentes transformations dans l’espace-temps historique et géographique, institutionnel et politique, social et intime ?

Nous nous intéressons aux phénomènes liés aux transformations de l’ordre social qui  affectent les structures étatiques, les conditions de travail, la subjectivité, la production culturelle, la vie quotidienne et notre rapport à autrui. Nous nous proposons alors d’examiner les modalités d’identification attachées à l’évolution du « vivre ensemble » et du lien indéfectible de dépendance entre l’individu et le collectif, en tant que socle fondateur de la vie commune. Dans une optique multidisciplinaire, il s’agira d’explorer les approches analytiques multidimensionnelles et d’observer les processus de déconstruction et de résistance aux grands récits à caractère absolu.

L’objectif principal de ce colloque sera d’approfondir la critique sociale des discours sous-tendant les appartenances, les processus de subjectivation et d’identification à caractère éminemment négociable et révocable, et, par conséquent, l’impossibilité de les définir une fois pour toute. Nous nous engageons à questionner, d’une part, les ambivalences propres aux appartenances et aux besoins identitaires des acteurs sociaux et, d’autre part, la fluidité et l’affaiblissement des liens sociaux et du corps institutionnel au sein des sociétés modernes. Comment réaliser l’unité dans (malgré) la différence, et comment préserver la différence dans (malgré) l’unité ? Comment peut-on conjuguer l’instabilité et le caractère éphémère des identités sociales et la recherche de cadres référentiels plus structurants ?

Organisateurs : Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAF-EHESS), Lenita Perrier (IMAF-EHESS, FIRA), Henrique Nardi (Université Fédérale du Rio Grande du Sul, IRIS-EHESS, FIRA), Marion Bottero (Université Paris X, Nanterre La Défense, FIRA).

Comité Scientifique : Michael Banton (University of Bristol, United Kingdom), Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAF-EHESS, France), Abdelhamid Benkhattab (Université Sidi Mohamed Ben Abdallah, FIRA, Maroc), Jean Paul Colleyn (IMAF-EHESS, France), Pascale Gruson (Institute Marcel Mauss, CEMS-CNRS-EHESS, FIRA, France), Henrique Nardi (UFRGS, Brésil, IRIS-EHESS, FIRA, France), João Pacheco de Oliveira (Museu Nacional, UFRJ, FIRA, Brésil), Lenita Perrier (IMAF-EHESS, FIRA, France), Oscar Quintero (Universidad Nacional de Colombie, IRD-URMIS, FIRA, France), Angela Torresan (University of Manchester, United Kingdom, FIRA), Ulrike Zander (IMAF-EHESS, FIRA, France).

Comité d’organisation : Katia Machado (Paris 3/Sorbonne Nouvelle, FIRA, France), Pamela Millet (CEIFR-EHESS, France), Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis), Marie-Catherine Scherer (IMAF-EHESS, France), Lionel Saporiti, (Université de Strasbourg, FIRA, France).

Prog.Colloque.2014.II

Prog.Complet.2014

Affiche.Colloque.2014-2