Projet FIRA / Axes de recherche / Bibliographie

cropped-earthlights2_dmsp_big3.png Par Groupe FIRA

Frontières identitaires et Représentations de l’altérité

Inégalités, discriminations et reconnaissance

Au début du 21ème siècle, les sociétés nationales (Etats-Nations), du fait d’un monde économique plus globalisé, se reconfigurent de manière significative. Les frontières culturelles et territoriales des Etats-Nations s’estompent tantôt au niveau politique tantôt au niveau socio-économique. En Amérique latine nous avons assisté, entre autres, à la montée des divers mouvements sociaux soulignant le réveil d’identités ethniques et raciales tels les indiens (amérindiens), les descendants d’esclaves africains, les descendants d’immigrants japonais ou encore les populations métisses du monde rural représentées par les mouvements des sans-terres. De surcroît la multiplicité des ONG comme vecteur des revendications sociales et politiques de la vie citoyenne s’inscrit dans des dynamiques démocratiques. L’Europe, pour sa part, a fait le choix d’un bloc économique au sein duquel les directives de la communauté européenne sont devenues le référent d’un pacte européen complexe où l’entente n’est guère moins difficile. Dans ce contexte particulier, les diverses filières migratoires, au cours des dernières décennies ont fait naître de nouveaux brassages culturels et des enjeux géopolitiques réarticulés sur des nouvelles bases.

Notre projet de recherche se situe dans les interstices (Bhabha, Appadurai) de mouvements sociaux nationaux et transnationaux traversés par de nouveaux référents capables de représenter les cultures occidentales et orientales dans leurs particularités, mais aussi dans leurs similitudes et dans les transformations plus ou moins marquées par les luttes antiracistes et les revendications d’une reconnaissance citoyenne élargie (Hall, Gilroy, Honneth, Saïd, Spivak). Le monde est de ce fait devenu moins étanche et de surcroît une multitude de voix croisées s’élèvent et se transforment en véritable moteur des revendications démocratiques. On observe que dans le contexte des inégalités socio-économiques, politiques et culturelles, ces divers mouvements font écho aux postulats forts et emblématiques du « vivre ensemble » (Touraine) dans un monde multiple cherchant ses repères à partir d’autres différentiels capables de « parler une langue commune, partagée par tous ». Dans ce sens, l’accent de nos travaux est mis sur les processus de cohésion, de croisement et d’interdépendance.

L’un des projets de ce groupe de recherche réside dans le besoin de dévoiler « ces voix communes ». A partir de cette approche, nous proposons qu’au-delà des différents contextes sociaux, culturels et politiques, une réflexion croisée des différents cadres théoriques/conceptuels puisse se révéler opérationnelle dans nos travaux. Une démarche étendue visant l’approfondissement des pratiques autour du vécu des inégalités sociales, raciales, culturelles, économiques et politiques définissant de manière tangible la vie des sujets pris dans les rapports de pouvoirs réels et/ou subjectifs plus au moins difficiles à appréhender  est alors de mise (Foucault, Butler, Fraser). Cet axe central suit évidement le développement d’autres variables spécifiques proposées dans l’ensemble des recherches menées par les membres de ce groupe de travail.

  • Axe de Recherche I

Frontières identitaires, inégalités, discrimination raciale, genre/sexe

La plupart des travaux ici réunis proposent l’analyse de questions liées aux inégalités ethniques/ raciales, de genre, de sexe et de « classe ». Dans cette lignée, ces sujets/objets d’études, se trouvent enchevêtrés et sont alors compris de façon étendue plutôt qu’isolée ou étanche : ceux-ci sont forcément reliés/corrélés et suggèrent l’idée d’intersection, inspirées du courant anglo-saxon. D’autre part, la proposition d’Oscar Quintero pour que la variable « classe » soit prise, dans nos travaux, en dehors du cadre classique marxiste des classes sociales, est utile. A partir de cette optique, les différents phénomènes sociaux sont examinés selon les différents processus de construction des frontières identitaires (Barth). Des nouvelles identités politiques, sociales, culturelles, raciales, nationales, transnationales, régionales se trouvent alors re-positionnées, réinventés ou reconstruites et soulignent les enjeux d’un monde chaque fois plus globalisé et traversé par de nouveaux récits fondés sur une multitude des points de vue propres au foisonnement culturel du monde moderne.

Oscar Quintero (sociologue), dans son étude sur les discriminations raciales subies dans le milieu universitaire en France et en Colombie, propose que l’analyse des phénomènes sociaux prenne acte des processus concrets de discrimination qui sont à l’origine des effets et des cadres normatifs définissant les inégalités socio-raciales dans les sociétés multiculturelles. Le fil conducteur de sa recherche s’ouvre en deux volets principaux. Dans le premier il pose la question suivante : malgré les divergences institutionnelles, historiques et politiques (universalisme versus multiculturalisme) en tant que modèle des politiques d’altérité dans chaque pays, comment l’éducation supérieure, et plus spécifiquement l’université, est définie discursivement ici et là en tant qu’un champ « immunisé » contre le racisme en raison de sa construction symbolique autour de la méritocratie et la mobilité sociale, ce qui amène à une sorte d’invisibilité/négation du racisme et des discriminations à l’université. Dans le deuxième, il propose d’identifier des convergences dans les processus de racisme au quotidien et de discriminations vécus par les étudiant(e)s noir(e)s en France et en Colombie en s’appuyant sur leurs récits. Ces expériences défient non seulement le mythe de la méritocratie et de la mobilité sociale, mais elles questionnent aussi les politiques de l’altérité dans chaque pays, qu’elles soient « universalistes » ou « multi-culturalistes », desquelles découlent des dynamiques différenciées par rapport aux acteurs sociaux concernés.

Dans ce sillage, les travaux d’Henrique Caetano Nardi (Médecin et Docteur en Sociologie) sont placés au centre des analyses de la production de subjectivités, dans le sens foucaldien. Son projet de recherche propose une analyse des directives et des dispositifs mis en place par les politiques publiques dans les secteurs de la santé, de l’éducation, du travail, de l’assistance dans le cadre d’un projet de démocratie  sexuelle (d’après le concept d’Eric Fassin) au Brésil. Le tournant démocratique au Brésil de la seconde moitié des années 1980 (comme dans les autres pays du sud de l’Amérique) est un point d’ancrage pour la discussion d’une nouvelle production de subjectivité née d’un projet de citoyenneté capable de faire face à une longue histoire d’inégalités sociales, d’invisibilité et des rapports clientélistes et tutélaires entre le peuple et le gouvernement. La constitution de 1988 (comme d’autres constitutions Latino-Américaines revues après les processus de démocratisation) en est un exemple, puisqu’elle a été bâtie sur une idée de construction d’un Etat Social, lequel a été bouleversé par les modèles néolibéraux de participation démocratiques et d’exécution des programmes gouvernementaux (par exemple, le programme de lutte contre le SIDA au Brésil ou les projets sociaux visant à lutter contre les vulnérabilités associées à la couleur de la peau, le sexe, l’origine ethnique et l’orientation sexuelle). La forme d’incorporation des théories et des modèles de politiques publiques et la création de modèles indigènes originaux ont construit des spécificités sociales et culturelles qui caractérisent la conformation du Brésil contemporain. Son idée centrale est de pouvoir comprendre l’incorporation des nouveaux droits liés à une forme, en même temps universelle et singulière, de reconnaissance de la diversité sexuelle, du genre, de l’origine sociale, ‘raciale’ et ethnique qui s’introduit dans les corpus des lois et dans les pratiques gouvernementales. Puisant dans un cadre théorique multidisciplinaire (psychologie, sociologie, médecine, anthropologie, éducation, et droit) son projet de recherche « Sexualité, Relations de Genre, Production de Subjectivité et Politiques Publiques » s’attache à comprendre les configurations distinctes des « jeux de vérité » qui légitiment les savoirs vis-à-vis des sexualités et des relations de genre (en articulation avec d’autres ‘marqueurs’ sociaux comme la couleur de la peu et classe, par exemple)  qui sont à la base de la production de subjectivité.

Les recherches de Marion Bottero (ethnologue), en Malaisie et en Thaïlande, portent sur les relations amoureuses dites « mixtes », entre acteurs issus de pays inégalement dotés économiquement. Son travail, fondé essentiellement sur un terrain asiatique, englobe également les contextes de mondialisation, d’expatriation et de tourisme, de crise des identités sexuées et de modernité liquide occidentale (Z. Bauman). Cette étude comparative permet de mieux comprendre les processus de représentation et de recréation identitaire, en portant un intérêt particulier aux catégories de genre. Les rapports de pouvoir pouvant s’instaurer entre les acteurs, vont cependant au delà des hiérarchies de genre, s’appuyant également sur les hiérarchies de classe et de « race ». Ces diverses thématiques de recherche se conjuguent pour questionner et analyser, à l’aide notamment du concept bourdieusien de valorisation du capital, le désir de l’autre.

João Pacheco de Oliveira (ethno-anthropologue) pour sa part, nous fait découvrir la culture et l’identité ethnique amérindienne brésilienne dans son souffle retrouvée et dans sa fierté renouvelé. Dans son projet de recherche, Pacheco se propose d’étudier les processus de re-signification des récits et des images vis-à-vis des populations autochtones du Brésil à l’heure actuelle. Ces études visent, au-delà de la contribution critique et historiographique, à créer des alternatives concrètes aux récits actuels. Ces récits, appauvris de l’histoire habituelle du national brésilien, soulignent que les Indios [amérindiens] sont considérés pour la plupart du temps comme des individus « invisibles » ̶ vus exclusivement comment l’un des éléments des processus mécaniques d’assimilation qui les classe simplement comme des ex-Indiens.

Lenita Perrier (socio-anthropologue), dans sa recherche, s’est concentrée sur les récits de vie et de vécu des Afro-Brésiliens aussi bien au Brésil qu’en France en tant que noyau dur de l’analyse des discours à connotation socio-raciale de cette population dans un monde de plus en plus transnational et traversé par des nouvelles narratives sur les identités noires. S’il est question  d’exalter les avancées des identités noires du Black Atlantique de Gilroy, il n’en demeure pas moins que les données mitigées du vécu de cette population posent l’hypothèse de la prise en compte du thème de l’estime de soi selon les postulats d’Axel Honneth, mais aussi de la perspective située des sujets stigmatisés goffmanians. D’autre part, les récits de vie et le vécu de cette population, tant au Brésil qu’en France, soulignent les apports réels mais aussi les contradictions du cadre idéologique brésilien du métissage paradigmatique freyrien. Sur l’axe comparatiste, les processus relationnels des rapports socio-raciaux et les jeux de miroir entre société française et brésilienne sont alors exploités dans un sens de mise en lumière des contradictions, des dissemblances mais aussi des similarités des contextes brésiliens et français. Cette recherche, placée alors dans un contexte européen transnational, devrait être élargie dans le cadre d’un post-doctorat, cette fois-ci sur une perspective comparatiste entre le vécu des Afro-Brésiliens en France et en Angleterre.

Ulrike Zander (socio-anthropologue), dans son projet de post-doctorat, a choisi d’approfondir les questions liées à la conscience nationale et l’identité en Martinique développées dans son travail de thèse. Elle propose d’étudier le flux migratoires circulaires pour en mettre en relief les processus de construction des identités guadeloupéennes ou martiniquaises, voire antillaises. Son analyse se décline en deux volets : i) la population migrante installée en métropole et ii) les migrants de retour aux Antilles – formant une continuité, un va-et-vient, à l’image du phénomène migratoire lui-même. Ulrike formule l’hypothèse que la migration circulaire des Antillais renforce, d’une part les identifications sous la forme d’appartenances multiples, et d’autre part, la construction d’une conscience culturelle antillaise qui se fonde sur un transnationalisme sans dimensions politiques ni géographiques. Afin de vérifier cette hypothèse, elle s’attache en particulier à mettre en relief la diversité des parcours migratoires, en examinant comment à chaque fois sont négociées les appartenances. Elle propose d’ailleurs d’étudier en profondeur la notion de racisme dans le contexte spécifique des migrations antillaises et de s’interroger sur le rôle des migrants antillais dans la constitution d’une « communauté noire de France ». Bien que cette recherche ne s’inscrive pas dans une démarche strictement comparative, ses résultats donneront lieu à des comparaisons avec d’autres mouvements migratoires transnationaux, afin de contribuer à une meilleure appréhension des enjeux généraux liés aux mouvements migratoires.

La recherche de Stéphanie Pouessel (anthropologue) s’inscrit dans le nouveau contexte migratoire d’une forte mobilité entre France et Maghreb – qui drainent des représentations inédites de la « diversité culturelle », notamment une sensibilité au racisme – et celui des mobilités africaines en direction du Maghreb, véritable lame de fond qui traverse les identités nationales au Maghreb. Les migrations africaines en direction de la Tunisie produisent un questionnement réflexif sur « l’étranger du Sud » c’est-à-dire d’Afrique, aujourd’hui en Tunisie et contribuent à rendre possible le débat tabou des stratifications de couleurs au Maghreb. De plus, la rupture politique du 14 janvier 2011 (révolution tunisienne) voudrait rimer avec une nouvelle perception de la « diversité de la société », au sein de laquelle les « opprimés de la culture » que sont certains Noirs tunisiens militants, tentent d’imposer une citoyenneté à part entière. Le « discontinu » qui fait aujourd’hui d’une partie des Noirs tunisiens un groupe qui se conscientise et l’expression des modalités de leur traitement (appellations, discriminations, etc.) est inédit. Il est inédit à mesure de la force des résistances qui en fait un sujet sensible, souvent présenté comme tabou, auquel on objecte une unité nationale qui surplombe les différences, voire un islam égalitariste par nature.

Francesca Di Legge (doctorante en anthropologie) a concentré ses recherches sur la question raciale en Italie (Rivera et al. 2012) ainsi que sur les processus d’identification nationale et ethnique des Italiens (Brubaker 2001). En analysant leur expérience vécue, elle met au jour ce qui sous-tend les énonciations et les représentations des acteurs sociaux italiens qui habitent dans les quatre villes principales de la région des Marches. En cherchant à comprendre l’origine de certaines expressions discriminatoires, elle se demande si il existe une véritable pensée collective xénophobe et/ou raciste envers les étrangers (Sanchez-Mazas & Licata 2004). L’analyse des discours (T.Van Dijk 1987) et les données tirées des entretiens révèlent une propension assez forte à la généralisation des préjugés racistes et s’ouvre sur plusieurs pistes de réflexion. En premier lieu les différences culturelles sont encore fortement ressenties. Parmi ces différences, les coutumes religieuses semblent occuper le devant de la scène surtout en ce qui concerne l’espace public. Par ailleurs, l’étranger peut être identifié selon différents critères (ethniques, nationaux), plus ou moins discriminants. Enfin, une défiance se dégage, souvent non avouée comme telle mais non moins forte, à l’endroit de ceux qui apparaissent comme inconnus et différents. Cela se manifeste fréquemment par une attitude de mépris, exprimée au moyen de stéréotypes et de stigmates (Goffman 1968). Il s’agit donc, avec ce travail, d’analyser les différentes modalités de construction d’un discours commun revendiquant une appartenance culturelle et territoriale forte.

Ancré dans une approche multidisciplinaire (sociologie, anthropologie, politique et psychosociologie), Katia Machado (sociologue) propose dans son projet de recherche une analyse des effets produits par les images photographiques qui représentent des personnes touchées par la détresse sociale. Le principal problème posé par ce genre de récit visuel est que les personnes des milieux défavorisés sont particulièrement vulnérables à la stigmatisation visuelle. D’où l’importance du comment et dans quelles circonstances les représenter. Le pouvoir de stigmatisation de l’image photographique découle notamment de sa capacité de propager de croyances sociales (en photographie on fait voir pour faire croire) ainsi que de dissimuler le déploiement de la violence symbolique (Bourdieu), et de son appartenance à la catégorie de médiations qui s’inscrivent dans les champs « des luttes pour la reconnaissance » (Honneth, Ricœur, Margalit). Ce travail permet de dévoiler, d’une part, les différentes formes d’atteintes portées contre les personnes représentées, les images qui qualifient celles-ci uniquement par la faiblesse sociale et politique de leur condition actuelle de vie, et d’autre part, de montrer comment les images qui valorisent leur condition d’existence constituent une modalité de revendication pour la reconnaissance.

  • Axe de Recherche II

Appropriation des territoires : mobilités, identités, altérités, construction et déconstruction des espaces

Ce deuxième axe de recherche réunit des travaux portant sur : (I) les diverses formes de mobilité des populations dans l’espace urbain, (II) les phénomènes qui, liés à la migration, caractérisent les groupes sociaux ou les affectent. Les questionnements s’articulent autour de mobilités spatiales, territoriales et sociales très contrastées. Privilégiant une approche pluridisciplinaire (sociologie, anthropologie, histoire), ces travaux essayent de saisir la complexité des relations entre une identité territoriale et l’altérité qui en résulte altérité perceptive. Ils mettent en avant les multiples formes d’expressions qui s’enrichissent de la diversité des terrains abordés. Dans ce deuxième axe, les motivations économiques, politiques, culturelles et sociales sont examinées à partir de l’identification de l’espace et sous le prisme de l’appropriation, de la dominance, du sentiment d’exclusion (d’injustice), ainsi que des formes de reconnaissance (Honneth) individuelle et/ou collective.

Lionel Saporiti  (sociologue) mène depuis un certain nombre d’années des recherches sociologiques auprès de sans domicile fixe, des individus souvent rétifs à toutes aides sociales, nommés encore communément et péjorativement « clochards ». A travers son travail, axé sur un contournement des notions de pathologies psychiques et de « désocialisation » souvent utilisées pour caractériser ce type de population, il tente de porter un regard différent sur les conditions d’existence de ces derniers par le biais de rencontres se réalisant dans la rue, en s’appuyant sur des récits de vie sur la durée afin d’analyser d’une part, le processus de recomposition identitaire en action chez ces individus, et pour y déceler d’autre part, des logiques d’action qu’ils élaborent et qui font le quotidien d’une existence teintée de résistance dans les interstices de l’espace social. Ces recherches in situ tentent de montrer de manière plus globale, l’inclusion de cet ensemble populationnel au sein de notre société, dans un positionnement et une posture atypique, révélatrices d’une identité de lieu.

Maica Gugolati (doctorante en anthropologie), après une formation en philosophie herméneutique auprès de la communauté Diotima en Italie, poursuit ses études de doctorat en France. Sa recherche porte sur le carnaval contemporain du pays caribéen anglophone Trinidad et Tobago. Elle étudie les effets de la diaspora Trinidadienne sur la production du carnaval (Mas’) dans l’île proprement dite. Elle questionne comment le carnaval, en tant que symbole national, adapte et reforme ses caractéristiques entre la localité et l’internationalité des producteurs, les participants locaux et les diasporas. Son centre d’intérêt principal est une forme de mascarade dansante, au rythme des sound-systems pratiquée par la majorité des femmes et fonctionnant comme plateforme de visibilité médiatique de dimension internationale. Maica interroge la performance carnavalesque contemporaine dans son rapport au genre et l’impact diasporique dans le contexte national, que celui-ci soit urbain (de la capitale de Port of Spain) et rural.

Liée aux variables des mobilités spatiales, avec un fort accent sur les classes sociales dans les dynamiques des villes urbaines, Angela Torresan (visual-anthropologue) nous introduit dans le monde ludique du quartier bohème du Rio de Janeiro : Lapa. Dans sa recherche Angela s’intéresse aux processus identitaires soulignant l’émergence, le maintient et la revitalisation des identités en situation de mouvement physique et cognitif, ou encore de changement culturel. A partir d’une analyse photographique et filmographique Angela se propose de faire ressortir le son, la politique et la culture, ainsi contrastés par l’identité bohème de la classe ouvrière avec celles de la classe moyenne mobile des patrons, ici attirés par les plus récents processus de gentrification de ce quartier. Angela pose alors la question de savoir comment ces groupes sociaux se positionnent par opposition les uns aux autres dans la structure sociale, comment ils participent et comment ils aident à construire l’identité promue par ce quartier mythique.

  • Bibliographie

AMSELLE, Jean-Louis (2011) L’ethnicisation de la France, Éditions Lignes.

BADIE, Bertrand (1995) La fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Fayard, Paris.

BARTH, Fredrik (1969) Ethnic Groups and Boundaries, USA, Waveland Press, Inc., 153 p.

BAUMAN, Zygmunt (2010) Identité, Éditions de l’Herme, Paris.

BAUMAN, Zygmunt (2005) Liquid Life, Polity Press Ltd., Cambridge.

BAUMAN, Zygmunt (2000) Liquid Modernity, Polity Press Ltd., Cambridge.

BHABHA, Homi (1994) The Location of Culture, London and New York, Routledge Classics 2004 by Routledge, 408 p.

BRUBAKER, Rogers (2004) Ethnicity without Groups, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 283 p.

BRUBAKER, Rogers (2001) Au-delà de l’identité, Actes de la Recherche, Centro de Sociologie Européenne du Collège de France et de l’EHESS, N° 139, pp. 66-85.

BUTLER, Judith (2005) Humain, Inhumain : Le travail critique des normes, Éditions Amsterdam, 2005, 165 p.

BUTLER, Judith (2004) Undoing Gender, Routledge, New York, USA.

CAILLE, Alain (2007), La quête de reconnaissance, nouveau phénomène social total, La Découverte, Paris.

DE CERTEAU, Michel (1990) l’invention du quotidien.  1. arts de faire, Éditions Gallimard.

CRENSHAW, Kimberlé Williams (2005) « Cartographies des marges : Intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », in Cahier du Genre, n° 39, 30 p.

DIECKHOFF, Alain et JAFRELOT, Christophe, (dir.) (2006) Repenser le nationalisme. Théorie et pratiques, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris.

EDWARDS, Brent Hayes (2003) The Practice of Diaspora. Literature, Translation, And the Rise of Black Internationalism, Harvard University Press, 397 p.

ESSED, Philomena (1955) Understanding Everyday Racism: An Interdisciplinary Theory, Sage Publications, London, The International Professional Publishers, Copyright 1999.

ESSED, Philomena et GOLDBERG, David Théo (2005) Race Critical Theories. Text and Context, Blackwell Publishing Ltd, 537 p.

FASSIN, Didier et FASSIN, Eric (2006) De la question sociale à la question raciale ? : représenter la société française, Paris, Editions La Découverte, 263 p.

FASSIN, Eric (2005) L’invention de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam.

FASSIN, D. (2005) « Biopouvoir ou Biolégitimité : splendeurs et misères de la santé publique ». In : GRANJON, M.C. (org.) Penser avec Michel Foucault : théories critiques et pratiques politiques, Paris, Ed. Karthala.

FOUCAULT, M. (1976) Histoire de la sexualité I : la volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, M. (2004) Naissance de la Biopolitique : cours au collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

FRASER, Nancy (2008) Scales of Justice : Reimagining Political Space in a Globalizing World, Polity Press, USA

GILROY, Paul (1993) The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, London and New York, Verso, XI-261 p.

GIROLA, Claudia (2007) De l’homme liminaire à la personne sociale. La lutte quotidienne des sans-abri. Lille, ANRT.

GOFFMAN, Erving (1968) Stigma: Notes on the management of spoiled identity, Harmondsworth (Mddx.), Penguin Books, 176 p.

GOFFMAN, Erving (1975) Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Les Éditions de Minuit, Paris.

HALL, Stuart (2007) Identités et Cultures : politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam, 327 p.

HINE, Darlene Clarke, KEATON, Trica D., et SMALL, Stephen  (2009) Black Europe and The African Diaspora, University of Illinois Press, 326 p.

HONNETH, Axel (2008 [2006]) La société du mépris : vers une nouvelle Théorie critique, Éditions La Découverte, Paris, 349 p.

HONNETH, Axel (2002) La lutte pour la reconnaissance, Les Éditions du Cerf, Paris.

MASCLET, Olivier 2012), Sociologie de la diversité et des discriminations, Armand Colin, Paris.

MAUSS, Marcel (1950) Sociologie et anthropologie, « Quadrige », PUF, onzième édition, 2008, Paris.

MORRISON, Toni (1993) Playing in the Dark, France, Christian Bourgeois éditeur, 114 p.

NDIAYE, Pap (2008) La Condition Noire, Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 435 p.

SAID, Edward W. (1980 [1997]) L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Éditions du Seuil, Paris, 422 p.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990) Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

TONDA, Joseph (2005) Le souverain moderne.Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Éditions  Karthala, 2005.

TONDA, Joseph (2007) « Entre communautarisme et individualisme: la ‘tuée-tuée’, une figure miroir de la déparentélisation au Gabon  » In: Sociologie et société, volume 39, numéro 2, automne 2007, p. 79-99.

TOURAINE, Alain (1997) Pourrons-nous vivre ensemble ? Egaux et différents, Paris, Librairie Arthème Fayard, 72-La Flèche, 395 p.

Crédits photo : Projet « Decolonize This Place » by Sneha Ganguly and Eva Mayhabal  

Inégalités, discriminations, reconnaissance