Archives par mot-clé : résistance

Soutenance thèse Lionel Saporiti, 02 avril 2015 Université de Strasbourg

Lionel Saporiti soutiendra sa thèse en ethno-sociologie intitulée

« Comprendre des vies de plus de dix années dans la rue par une approche biographique menée dans la durée »

Institut Le Bel de Strasbourg (Université de Strasbourg) le jeudi 02 avril à 14h dans la salle Ourisson

La soutenance est publique

Le jury sera composé de Mme. Catherine Delcroix, Professeur à l’Université de Strasbourg (directrice de thèse); M. David Le Breton, Professeur à l’Université de Strasbourg (directeur de thèse); M. Marc-Henry Soulet, Professeur, titulaire de la Chaire de Travail Social et politiques Sociales de l’Université de Fribourg; M. Patrick Bruneteaux, Directeur au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne CNRS/Paris I (rapporteur); M. Cédric Frétigné, Professeur à l’Université de Créteil (rapporteur); Mme Claudia Girola, Maître de conférence à l’Université Paris Diderot.

Résumé :

Ancrée dans une tradition ethnosociologique et dans une perspective compréhensive, cette thèse se fonde sur l’analyse des conditions d’existence de dix hommes « sans domicile » vivant dans la rue hors des circuits d’assistance depuis au moins une dizaine d’années.

L’ambition de cette thèse était de recueillir sur leur lieu de vie, les témoignages de ces hommes qui nourrissent ce paradigme sur la grande « exclusion » ; celui-là même faisant d’eux, ces « inutiles au monde » fréquemment présentés comme des êtres « désocialisés », rétifs à toutes action sociales, sous l’emprise d’une pathologie psychique expliquant leur situation d’(auto) « exclusion ». Il s’agissait ainsi de tenter de briser ces représentations au principe même de cette « individualité négative » pour mieux saisir les tenants mais surtout les aboutissants de telles existences, et pour mieux montrer toutes les logiques en action afin de survivre à leur condition d’existence infrahumaine et aux effets du déclassement portés par ce phénomène de régression sociale.

Pour ce faire et d’un point de vue méthodologique, l’approche biographique a été privilégiée en adoptant la technique du récit de vie répétés agrémentée d’observations in situ. La particularité de la méthode choisie a été d’être engagée sur la durée, souvent sur plusieurs mois, afin d’analyser en détails leurs trajectoires sociales pour au final découvrir, malgré la singularité des personnes et de leurs histoires de vie, cette forme commune de résistance aux interstices de l’espace social. Une résistance fondée sur une renégociation identitaire utilisant des réminiscences d’un passé d’avant la chute, bien présentes dans les discours et dans les actes, pour laisser s’exprimer cette continuité de l’être malgré les circonstances et cette constance à soi salvatrice.

Mots-clefs : « sans domicile », renégotiation identitaire, approche biographique, résistance.